4297 Vanneste | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
France | Politique | PS | UMP | 07.06.2012 - 22 h 50 | 6 COMMENTAIRES
Christian Vanneste, très menacé dans sa circonscription, est lâché à la fois par « son fils spirituel », « son ami de 30 ans » et son association de soutien

Étiquettes : , , , ,

Christian Vanneste

La période est difficile pour Christian Vanneste : il se présente aux élections législatives de juin 2012, mais il est très seul dans cette démarche, au point d’être rejeté de tous côtés.

D’abord l’UMP, même si elle ne l’a toujours pas officiellement exclu, ne lui a pas donné l’investiture pour candidater au nom du parti. Chrisitan Vanneste n’a donc que peu de moyens à sa disposition pour réaliser sa campagne.

Ensuite, il a face à lui la candidature de Gérald Darmanin, qu’il considère comme son fils spirituel, et à qui il affirme avoir tout appris en politique. Le jeune Gérald Darmanin était en effet l’attaché parlementaire de Vanneste, avant d’être le chef de cabinet de David Douillet. En le traitant de « petit apparatchik carriériste parisien », Vanneste déclare à propos de Darmanin :

 Je l’ai mis en place au conseil municipal de Tourcoing, puis lui ai proposé d’être chef de file de l’opposition […] Il était déjà conseiller municipal, conseiller régional, conseiller communautaire et ancien directeur de cabinet de David Douillet. Ça ne lui suffisait pas ? […] S’il partageait vraiment mes convictions, comme il me l’a toujours assuré, il ne ferait pas ça. En se présentant, il se rend complice des gens qui veulent m’abattre.

Nouveau revers pour Vanneste : aujourd’hui, c’est Didier Droart, un élu local d’influence, son « ami de trente ans », qui le lâche définitivement. Droart parle ainsi de Christian Vanneste :

Plus personne ne trouve grâce à ses yeux, il a fait le vide autour de lui. Il était de plus en plus dur à suivre, ingérable pour nous… […] C’est lui qui est le diviseur. Sa candidature est dangereuse […] Je ne voudrais pas qu’il reste un député outrageux… D’autres comme MM. Delnatte ou Balduyck ont su préparer leur sortie.

Et pour couronner le tout, même la fameuse Association des amis de Christian Vanneste, qui lui avait apporté tant de soutien lors de ses démêlés judiciaires et de ses combats politiques, vient d’être dissoute lors de sa dernière assemblée générale. Cette dissolution a été réalisée dans la plus grande discrétion au début du mois d’avril 2012, pour ne nuire ni au candidat Vanneste, ni à ses anciens soutiens (dont fait partie M. Droart, qui était secrétaire de l’association).

Il reste à espérer que la candidate PS, Zina Dahmani, pourra profiter de ces dissensions à droite, et qu’elle parvienne à remporter la victoire face aux candidats de droite qui se déchirent.

Discriminations | France | Homophobie | Justice | Politique | UMP | Vanneste | 17.02.2012 - 04 h 27 | 21 COMMENTAIRES
La lettre de Christian Vanneste aux députés UMP – et la leçon qu’il faut en tirer.

Étiquettes : , , , , ,

D’après le site extrémiste Nouvelles de France, Christian Vanneste aurait fait parvenir une longue lettre aux députés UMP, suite à la menace d’exclusion qui pèse sur lui. Dans un dernier accès de délire paranoïde, il s’en prend directement à GayLib et aux Jeunes pop, et en particulier à Benjamin Lancar.

Cher(e)s Collègues,

Comme vous le savez, je suis attaché aux valeurs de la famille traditionnelle dans notre civilisation, et c’est la raison pour laquelle j’ai pris position depuis longtemps contre les revendications du lobby gay. Celui-ci, très influent au sein de notre mouvement, avec Gaylib et les cadres des jeunes pop, cherche à tout prix mon exclusion, au mépris de la liberté d’expression et des valeurs qui ont toute leur place dans un mouvement issu du gaullisme, de la démocratie chrétienne et du libéralisme.

C’est ainsi que Monsieur LANCAR a osé déclarer dans Têtu : « VANNESTE n’a rien à faire chez nous », moi qui suis à l’UJP depuis 1968 et n’ai jamais quitté ma famille politique.

M. LANCAR a par ailleurs dit tout le bien qu’il pensait de Pierre LAVAL. Il n’a pas été exclu.

Gaylib a critiqué les valeurs défendues et les choix opérés par le Président Nicolas SARKOZY dans son entretien au Figaro Magazine. Il a annoncé qu’il ne soutiendrait pas le Président pour les prochaines élections. J’espère que les menaces d’exclusion qui pèsent sur moi ne sont pas la contrepartie nécessaire à son ralliement.

Depuis des années, je combats un lobby qui fait du mensonge systématique son arme favorite. C’est dans cet esprit que j’ai procédé au rappel des faits. S’il y a eu une déportation des homosexuels en Allemagne (30 000 ou 40 000) et en Alsace Moselle (210), il n’y en a pas eu dans le reste de la France. Cette communication, faite sur un site catholique, avait deux mérites.

D’abord, celui de répondre à l’attente d’un public dont je suis naturellement proche, et qui doit pouvoir soutenir notre candidat. Ensuite, celui de s’en tenir strictement aux données réelles du problème. Le seul argument qui a pu m’être opposé a reposé sur une étude plus récente, qui évoque non pas 210, mais 63 déportés, dont 7 en territoire occupé. Il n’est pas sûr que ces derniers aient été déportés en raison de leur homosexualité.

Les faits que j’évoque sont donc avérés, ce ne sont pas des jugements de valeur, mais un simple rappel historique. Ils ne remettent nullement en cause la déportation, mais uniquement son extension à la France non annexée. Serge KLARSFELD confirme entièrement mes propos et trouve ridicule qu’on parle d’exclusion à propos de quelqu’un qui s’est contenté de rappeler les faits. Car le problème est là : a-t-on le droit à l’UMP de s’opposer aux revendications du lobby gay ? Oui, puisque le Président s’est lui-même prononcé. Peut-on énoncer des faits afin de dénoncer la désinformation pratiquée par le lobby ? A l’évidence, oui, car on ne peut pas condamner la vérité.

A plusieurs reprises, j’ai déjà été victime de ces procédés, qui consistent à me condamner publiquement, sans m’avoir lu ou écouté, sans même avoir pris contact avec moi.

Je considère que ma fidélité au mouvement mérite davantage de respect. L’UMP est un parti de droits et de devoirs, je ne pense pas avoir trahi notre philosophie politique.

Bien à vous,

Christian VANNESTE – Député du Nord

Cette lettre, pleine d’outrance grossière et de menaces tous azimuts, nous montre cependant que Christian Vanneste est suffisamment rusé pour savoir nuire sans s’exposer à être puni par la loi. Les associations LGBT, et les citoyens soucieux de lutter contre ce genre de personnage prêt à tout, ne doivent pas se laisser embarquer dans le petit jeu de Christian Vanneste.

En effet, c’est contre l’ensemble de l’interview donnée par Vanneste que doit porter l’indignation des LGBT et des citoyens français. Il ne s’agit pas seulement d’ergoter et de pinailler sur le nombre de déportés pour homosexualité appartenant à  telle ou telle zone géographique. Sur ce plan-là, Vanneste aura toujours beau jeu de dire que les historiens débattent, et qu’il parle de bonne foi. En revanche, comme beaucoup l’ont déjà remarqué, les propos qui entourent ces déclarations sont proprement abjects, et ne visent qu’à attiser la haine de la population contre les LGBT. C’est donc pour l’ensemble de l’interview (qui dure 20 minutes !), et non seulement pour ses propos sur la déportation, que Vanneste doit être exclu de l’UMP.

Notons qu’un autre type de lettre est en train de circuler à l’UMP : il s’agit de lettres-types à envoyer en tant que militants et sympathisants de l’UMP pour s’opposer à l’exclusion de Vanneste.

Enfin, parmi les trois commentaires que cette lettre a suscités sur le site Nouvelles de France, soulignons l’élégance et la pertinence du second commentaire :

Bravo pour la pertinence de vos propos concernant le lobby des excités du trou de balle.

Ne serait-ce pas un commentaire homophobe, et dûment réprimé par la loi ?

France | Homophobie | Justice | Medias | Politique | UMP | Vanneste | 16.02.2012 - 16 h 27 | 0 COMMENTAIRES
Le magistrat Philippe Bilger défend explicitement l’homophobie !

Étiquettes : , , ,

(Photo : Philippe Bilger, Flickr, cc)

Les propos de Christian Vanneste sur la déportation des homosexuels ont déclenché, de toutes parts, beaucoup de colère et d’indignation. De très nombreux membres du PS, d’Europe Ecologie – Les Verts, du Front de Gauche, de l’UMP… et même le numéro 2 du Front national (!) ont critiqué ce dérapage, qui n’est que le plus récent d’une longue série.

A l’inverse, il s’est trouvé quelques personnes pour défendre Christian Vanneste, au sein des mondes politique et médiatique. La liste est pour l’instant assez brève : les avocats Serge et Arno Klarsfeld, les députés Lionnel Luca et Jacques Myard, le magazine Causeur, ainsi que le polémiste Eric Zemmour.

Mais c’est le soutien le plus récent, celui apporté par le magistrat Philippe Bilger, qui doit retenir toute notre attention. En effet, ce dernier a publié, sur son blog très fréquenté « Justice au singulier », un billet intitulé 48 heures de la vie d’un pays. Bilger fait d’abord l’éloge de Christian Vanneste, et critique les membres de l’UMP qui veulent l’exclure :

La chasse au Vanneste est relancée. L’UMP se couvre de ridicule en affirmant haut et fort qu’elle va l’exclure et lui retirer son investiture pour les futures législatives. […] Il est clair que Christian Vanneste, dans la grisaille intellectuelle et la fadeur politique de l’UMP, ne pense pas comme les autres et donc choque assez souvent. A mon sens, ce sont moins ses idées que l’être lui-même qui irrite : trop intelligent, trop provocateur, trop libre, pas assez prévisible. Sur le plan de l’homosexualité, […] il devrait s’abstenir et résister à la tentation d’être soi à tout prix. Trop dangereux dans un monde frileux.

Mais après cet hommage poignant et plein de déférence, Philippe Bilger enchaîne, comme si cela allait de soi, en se lançant dans une bien étonnante défense… de l’homophobie :

A supposer même que Christian Vanneste, individu singulier, esprit indépendant, parlementaire iconoclaste, dise du mal de l’homosexualité s’il en a envie, où serait le scandale ? 

Si je comprends bien cette phrase (et une erreur d’interprétation n’est jamais exclue…), j’en déduis que le magistrat Philippe Bilger, ancien juge d’instruction, ancien avocat général à la cour de Paris, légitime bel et bien, explicitement et par écrit… l’homophobie. Il semble que le magistrat, aujourd’hui à la retraite et consultant pour un grand cabinet parisien, soit désormais prêt à tous les excès pour exprimer l’admiration sans borne qu’il ressent pour son ami Vanneste.

Faut-il donc rappeler que « dire du mal de l’homosexualité », c’est-à-dire l’expression de propos homophobes, est puni depuis 2004 par le Code pénal ? Faut-il rappeler que « le scandale » de l’homophobie n’est pas plus une légende que la déportation des homosexuels ? L’homophobie tue, M. Bilger, et il n’est pas plus anodin de « dire du mal de l’homosexualité » que de tenir des propos racistes ou antisémites.

Il serait bon qu’un ancien avocat général se souvienne des lois qui ont été votées par la représentation nationale, et ne s’abaisse pas à légitimer l’expression de propos homophobes, quels qu’ils soient.

P.S. : L’article de Philippe Bilger est déjà repris par Marianne2, qui ne semble pas non plus voir de problème à ce qu’on tienne des propos homophobes « si on en a envie »…

France | Politique | UMP | 27.01.2012 - 11 h 37 | 4 COMMENTAIRES
Christian Vanneste sera candidat UMP aux législatives 2012, mais pas Roselyne Bachelot.

Étiquettes : , ,

Il était question qu’il ne se représente pas, et qu’il laisse sa circonscription de Tourcoing à quelqu’un autre que lui pour les élections législatives de 2012. Christian Vanneste, qui s’était montré plusieurs fois en désaccord avec l’UMP, avait en effet déclaré, en octobre 2011 :

Je prendrai ma décision en fin d’année ou début d’année prochaine. Plus je regarde mes amis moins j’ai envie d’y aller, mais plus je regarde mes adversaires plus j’ai envie. Je prendrai ma décision suffisamment tôt pour le cas échéant laisser le temps à quelqu’un d’autre d’y aller.

Mais La nouvelle est tombée aujourd’hui : Christian Vanneste, l’homme politique qui considère que l’homosexualité est par nature « inférieure » à l’hétérosexualité, et qu’elle constitue « une menace » pour l’humanité, sera candidat UMP dans la dixième circonscription du Nord. Il l’a lui-même annoncé dans un communiqué de presse, où il déclare :

C’est pour moi une satisfaction dans la mesure où, il y a cinq ans, ce parti ne m’avait pas accordé cette investiture, sous prétexte que j’étais alors poursuivi d’une manière scandaleuse et attentatoire à la liberté d’expression.

L’UMP lui accorde donc cette fois un soutien plein et entier : alors qu’en 2007, elle l’avait fait élire sous l’étiquette CNI en ne présentant aucun candidat contre lui, elle s’apprêterait cette fois à le faire élire en tant que candidat UMP ! C’est la fin du suspense qui était monté depuis quelques mois autour de l’actuel député du Nord : il se représentera bien, selon Nord Eclair, pour briguer une nouvelle fois le poste de député.

Pour ceux qui penseraient que Christian Vanneste est un homme fréquentable, voilà ce qu’il déclarait il y a encore quelques jours au sujet des membres de l’UMP qui sont favorables au mariage pour les couples de même sexe… Ce sont pour lui des «démagos bobos, très liés au milieu parisien et à une forme d’arrivisme politique». La question du mariage pour les LGBT est selon lui un «sujet dérisoire face aux problèmes actuels de la France».  Il est même opposé à l’idée d’une union civile distincte du mariage, et trouve que si Nicolas Sarkozy en faisait l’un de ses projets, «il aurait tort car il s’aliénerait une grande partie de la population».

Rappelons au passage qu’en janvier 2007, Nicolas Sarkozy avait affirmé ceci au Figaro : « Christian Vanneste ne sera pas réinvesti aux législatives [de 2007]. Je condamne fermement ce qu’il a dit. Je ne veux ni de près ni de loin être associé à des propos homophobes. »

L’ADFH a publié un communiqué pour aider le Conseil national de l’UMP à statuer sur le cas Vanneste ce samedi 28 janvier. Y sont réunies les meilleures phrases du bon député.

Séquence nostalgie, en vidéo cette fois :

Edit du 29 janvier 2012 : A peine son investiture officialisée, Christian Vanneste s’est empressé de s’épancher auprès de Nord Eclair. Il se présente, dit-il, par « devoir de service », et déclare tout de go qu’il ne va pas se « battre à fond » pour son camp ! Après s’être fâché avec Nadine Morano suite à ses atermoiements, il déclare maintenant au sujet de Benjamin Lancar, président des Jeunes Populaires :

Il a osé dire que je n’avais rien à faire à l’UMP. Je suis chez moi. Il devrait manifester un peu de respect. Quand on compare Fillon à Laval comme il l’a fait, en ignorant que Laval c’était le numéro deux de Vichy, je me dis que ce type devrait être viré à grands coups de tatane de notre mouvement.

Enfin, en réponse à la question « Et si demain Nicolas Sarkozy se prononce pour le mariage entre homosexuels ? », Vanneste répond :

Ce ne sera pas un problème personnel, on est 150 parlementaires à penser la même chose. Je ne suis pas obsédé par ça, mais je suis déterminé à ne pas accepter qu’on institutionnalise.

Quant à Roselyne Bachelot, elle a annoncé qu’elle ne se représenterait pas en 2012, et qu’elle abandonne donc sa circonscription du Maine-et-Loire.

Publicité