4297 Tillinac | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Discriminations | France | Homophobie | Livres | 05.03.2012 - 01 h 57 | 1 COMMENTAIRES
L’écrivain Denis Tillinac s’en prend violemment aux LGBT.

Étiquettes : , ,

Dans un article publié sur atlantico.fr, l’écrivain Denis Tillinac s’attaque avec virulence aux LGBT et aux féministes. Cet article reprend de larges extraits d’un discours tenu par Denis Tillinac devant les adhérents de l’UNI, ce syndicat étudiant de droite qui était l’un des plus fervents opposants au Pacs.

Dans une rhétorique désormais classique de la part des extrémistes opposés à toute évolution des droits LGBT, et en des termes que ne récuserait pas Christian Vanneste, Denis Tillinac accuse les LGBT d’imposer à la société « le miroir terni d’un narcissisme barbare » et de vouloir la transformer en une « utopie sinistre » où « les égos seraient à la fois souverains, déracinés, insatiables et interchangeables ».

La violence des termes employés à l’encontre de ceux qui sont différents de M. Tillinac fait rire jaune, lorsqu’on voit que cet homme acrimonieux se fait le chantre de l’altérité… Voici, pour les coeurs bien accrochés, un extrait de son texte détestable, où il dénie même aux couples de même sexe la qualité de « couples », en les appelant dédaigneusement des « paires » :

Le féminisme made in USA et le militantisme « gay » de la gauche conpirent (sic) à l’instauration d’un androgynat, selon cette logique de l’indifférencié qui récuse l’altérité des genres. Pour nous, un homme n’est pas une femme, une paire n’est pas un couple et dans une cité civilisée, l’individu n’a pas tous les droits, il doit prendre en compte son héritage et sa postérité. Nous refusons l’utopie sinistre d’une société dont les égos seraient à la fois souverains, déracinés, insatiables et interchangeables. Un monde sans altérité où le même serait réduit à ne dialoguer qu’avec soi dans le miroir terni d’un narcissisme barbare.

Mais où ces gens puisent-ils une telle haine à l’égard des LGBT ?

Publicité