4297 Journées de Retrait de l’Ecole | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Education | Extrême(s) Droite(s) | Famille | France | Homophobie | Politique | Religion | 20.09.2014 - 23 h 19 | 38 COMMENTAIRES
L’Education nationale engage enfin une procédure disciplinaire contre l’enseignante extrémiste Farida Belghoul !

Étiquettes : , , , , , ,

Malgré l’engagement anti-LGBT de Farida Belghoul, et malgré les violentes déclarations que cette enseignante avait proférées à l’égard des professeurs et des homosexuels, l’administration de l’Education nationale n’avait jamais pris de mesures envers cette militante radicale, proche de l’extrême-droite, de Dieudonné et de l’essayiste « national-socialiste » Alain Soral. Le rectorat de Versailles vient de mettre fin à ce silence de plusieurs mois, en engageant une procédure disciplinaire à l’égard de cette enseignante haineuse, qui se dit régulièrement « prête à mourir » pour lutter contre les LGBT.

1) Farida Belghoul, la combattante anti-LGBT

Farida Belghoul est l’initiatrice des Journées de Retrait de l’Ecole (J.R.E.). Organisées une fois par mois depuis près d’un an, ces journées doivent, selon leurs partisans, permettre aux parents d’élèves de retirer leurs enfants des écoles françaises, afin de protester contre la supposée introduction de la théorie du genre dans les écoles. En effet, d’après Farida Belghoul, « la pudeur et l’intégrité de nos enfants sont profondément attaquées par la théorie du genre » dans les établissements scolaires.

abcd egaliteCes journées ont connu un certain succès à leur lancement en janvier 2014, en paralysant des dizaines voire des centaines de classes en France, et les grands médias ont alors tous consacré plusieurs longs articles ou reportages à Farida Belghoul et aux JRE. Comble du succès : Farida Belghoul revendique même d’être à l’origine de l’abandon des ABCD de l’Egalité par le Ministère de l’Education nationale en juin 2014.

Répétant à l’envi le slogan « Vaincre ou mourir », Farida Belghoul mène en effet un combat sans relâche contre le mariage pour tous, contre les LGBT et contre « le mal » ou « le diable » qu’elle dit voir s’étendre peu à peu dans le monde moderne. Après s’être rapprochée du mouvement Civitas, elle a notamment créé une association de parents d’élèves indépendante, « dans le but d’interdire l’idéologie du genre à l’école ». Nous verrons à ce sujet (dans un prochain article à venir) que la Manif pour Tous n’est pas du tout insensible aux attraits de cette fédération très clairement extrémiste.

2) L’Education nationale prend enfin les mesures nécessaires contre Farida Belghoul

Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education

Il se trouve que Farida Belghoul est aussi enseignante de lycée professionnel, en français et histoire-géographie. Elle a notamment enseigné au lycée professionnel de Bezons (Val-d’Oise), et elle est aujourd’hui en disponibilité, pour élever ses enfants à domicile, et pour mener ses combats contre l’école et contre les LGBT. Paradoxe : cette opposante acharnée à l’école publique est donc, dans le même temps… fonctionnaire titulaire du ministère de l’Education nationale, dans le système d’enseignement public !

Durant près d’un an, l’Education nationale n’a, semble-t-il, pas voulu ou pas osé agir contre l’un de ses personnels qui outrepassait pourtant clairement les limites de la déontologie liée à son métier. Mais la nouvelle ministre, Najat Vallaud-Belkacem, a décidé qu’il était temps de mettre fin à cette retenue, qui s’apparentait davantage à de la faiblesse qu’à de la générosité. En effet, ce samedi 20 septembre 2014, Pierre-Yves Duwoye, recteur de Versailles, a annoncé à Farida Belghoul qu’une mesure disciplinaire est engagée à son encontre.

Il faut noter, toutefois, que cette procédure n’est pas liée à l’ensemble des propos et activités de Farida Belghoul, mais à un texte très précis de la militante, intitulé « Belghoul versus Belkacem ». Le rectorat de Versailles reproche à Farida Belghoul d’avoir, dans ce texte, manqué à son devoir de loyauté et de réserve. Il affirme en particulier que la militante a tenu « des propos déplacés à l’encontre de la ministre », et qu’elle a incité les parents « à retirer leur enfant de l’école, une journée par mois, en méconnaissance de l’obligation d’assiduité des élèves ».

En effet, dans le texte incriminé, on pouvait lire notamment :

La nomination de Monsieur Najat Belkacem au poste de ministre de l’Education Nationale est une déclaration de guerre aux familles de France. La chouchoute du lobby trans, bi et cie vient de remporter le morceau de charbon incandescent à 36 ans. Si jeune et déjà si âpre à faire le malheur des hommes. […] Il n’y a pas d’argument à introduire le sexe à l’école « dès le plus jeune âge ». Point de « dialogue » donc, mais une provocation calculée.

Ils savent que le Temps joue contre eux, qu’Il oeuvre en faveur des innocents. Ils pressent le pas car leur défaite est à l’horizon. Ils tentent donc le tout pour le tout et plantent une femme « arabe » dans le dos d’une autre femme « arabe ». Ils oublient que l’une des deux, et c’est ce qui la caractérise bien plus que sa race, est prête à mourir pour sauver les enfants.

Pères et mères de France, engagés, et courageux, rassemblez-vous dans les rangs de la FAPEC, familles au complet, levez-vous en première ligne pour vous battre. Lancez-vous dans ce combat béni, protégez la chair de votre chair, ne la vendez pas à vil prix. Sauvez vos enfants, et ainsi sauvez ce monde en marche vers l’abîme. Méprisez le régime de la terreur, et de la calomnie, mis en place contre la JRE. Le pervers se nourrit de ténèbres et de confusions : la nécessité de se détacher de lui devient plus claire. Battez-vous ! Votre regard intensément posé sur votre enfant emporte déjà la victoire finale.

Vaincre ou mourir.

3) Des arguments juridiquement fragiles ?

Pierre-Yves Duwoye, recteur de Versailles

Pierre-Yves Duwoye, recteur de Versailles

Si cette décision était attendue depuis un temps certain, le rectorat de Versailles prend cependant un vrai risque en se lançant dans cette action. En effet, les textes de Farida Belghoul ont toujours été rédigés de manière à sauver les apparences pour échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires ou à des sanctions administratives. Le texte en question n’échappe pas à cette règle : Farida Belghoul aura sans doute beau jeu de plaider la bonne foi et de revendiquer sa liberté d’expression. Le rectorat devra donc user de toute son expertise en matière de justice et de droit administratif, afin de faire valoir la légitimité de la procédure engagée.

En outre, ces décisions récentes sont clairement la conséquence du changement de ministre, et il faut s’en féliciter. La politique appliquée par Najat Vallaud-Belkacem et ses conseillers tranche sur ce point avec celle de ses prédécesseurs, qui, malgré une plainte déposée au printemps 2014 par le rectorat d’Orléans-Tours suite à un événement ponctuel, n’avaient pas osé attaquer aussi directement la fondatrice des Journées de Retrait de l’Ecole. On peut sans doute affirmer, sans grand risque de se tromper, que la commission disciplinaire de l’académie de Versailles, en toute objectivité, et au vu de la gravité des actions menées par Farida Belghoul, votera des sanctions contre l’enseignante. Mais, en cas de recours de la part de Farida Belghoul, les motifs invoqués, au regard du texte choisi pour les justifier, pourraient bien ne pas convaincre un tribunal administratif. Celui-ci pourrait en effet privilégier le droit à la liberté d’expression, ou trouver que le texte ne corrobore pas précisément les accusations lancées par le recteur.

4) Prise au dépourvu, Farida Belghoul panique et fulmine.

A l’heure actuelle, apparemment décontenancée par cette décision courageuse et impatiemment attendue par bon nombre de partisans de l’égalité et/ou de l’école républicaine, Farida Belghoul en est réduite à faire appel aux « avocats de France, engagés et courageux, spécialisés en droit administratif ». Elle espère qu’ils la contacteront d’eux-mêmes et l’aideront à sortir de cette situation – où elle s’est elle-même fourrée. Incapable de réagir rapidement à cette situation pour elle inattendue, elle ne peut, semble-t-il, réagir avant au moins deux jours, et elle promet un communiqué pour la soirée du lundi 22 septembre au plus tôt.

Adepte de la théorie du complot jusqu’au bout des ongles, Farida Belghoul continue malgré tout son délire et perd pied de plus en plus. Elle écrit en rouge et en majuscules, sur la copie de la lettre du rectorat, que, lorsqu’elle scanne cette lettre, « la numérisation du document fait apparaître les couleurs de l’arc-en-ciel dans les logos de cette lettre ». Comprenez : le lobby LGBT est partout, et l’Education nationale travaille pour lui ; la preuve en est que le logo de l’Education, quand on le scanne, ferait « apparaître les couleurs de l’arc-en-ciel » !

Soral et Belghoul surpasseront-ils J.R. et Sue Ellen ?

Soral et Belghoul surpasseront-ils J.R. et Sue Ellen ?

Il semble, en réalité, que le navire Belghoul prenne l’eau de toute part. En effet, elle affirme elle-même avoir été « trahie » et « abandonnée » par les deux membres les plus importants des Journées de Retrait de l’Ecole ! Depuis plusieurs semaines, sa « principale collaboratrice » et son « principal collaborateur » ont décidé de rompre tout lien avec elle, et elle a même déposé plainte contre celui qu’elle considérait comme son propre fils. En parallèle, elle se dit harcelée par l’autre figure principale des JRE, sa collaboratrice qui nourrissait en réalité, selon Belghoul, « une passion pour le traître » et aurait donc quitté sa patronne pour cette raison !

Ironie de l’histoire : Farida Belghoul voulait restaurer la cité de Jérusalem sur terre, pour y célébrer le retour des prophètes. Mais elle n’aura réussi qu’à ressusciter une pâle et grotesque copie d’une autre ville : Dallas, ou Santa-Barbara.

Publicité