4297 Hollande | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Droit | Famille | France | Gestation pour Autrui | Homoparentalité | Justice | PS | 29.04.2012 - 22 h 20 | 23 COMMENTAIRES
François Hollande sur la GPA à l’étranger : contradiction tactique ou évolution raisonnable ?

Étiquettes : , ,

« Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » disait Martine Aubry au sujet de François Hollande, en 2011, durant les primaires du Parti socialiste. J’ai longtemps pensé qu’il fallait prendre cette phrase pour ce qu’elle est : un argument de campagne un peu rude, lié au contexte des primaires, ou un simple adage populaire qui pourrait s’appliquer à François Hollande comme à n’importe qui d’autre. Bref, je n’y avais jamais particulièrement prêté attention.

Mais une inquiétude m’a saisi ce soir. Fidèle lecteur de Yagg, comme chacun ici peut s’en douter, j’ai lu avec grand intérêt le script du tchat auquel a bien voulu participer Najat Vallaud-Belkacem le 14 avril 2012. Voici ce qu’y déclarait la jeune femme, qui est porte-parole du candidat socialiste :

Se pose en effet la question de la transcription des actes de naissance des enfants nés légalement de GPA à l’étranger. Il y va en effet de l’intérêt des enfants en question, petits fantômes de la République qui n’ont pas choisi leur condition. François Hollande s’est prononcé en faveur de cette transcription.

Dois-je le préciser ? Cette phrase m’a convaincu de voter pour François Hollande dès le premier tour, alors que je comptais au départ accorder mon suffrage aux Verts, qui ont indiqué sans ambiguïté vouloir reconnaître les enfants nés légalement, à l’étranger, par GPA.

Quelle n’a donc pas été ma surprise, lorsque j’ai pu lire, dans une interview réalisée le 27 février 2012 par le magazine Têtu, un jugement pour le moins bien différent d’une prise de position « en faveur de cette transcription »… rendu par le candidat socialiste lui-même ! Qu’on en juge :

François Hollande : Je suis hostile à la gestation pour autrui, la GPA.

1) Seriez-vous néanmoins favorable à la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger ?
François Hollande : Vous imaginez bien que si j’ouvrais cette question-là, ça pourrait être finalement une facilité donnée à la gestation pour autrui. Et seul compte le droit de l’enfant.

2) Justement, des enfants nés ainsi se retrouvent actuellement en difficulté…
François Hollande : Je sais bien, et donc ce débat devra avoir lieu, mais il ne doit en aucun cas être considéré comme une façon d’accepter la marchandisation du corps.

Les deux déclarations de François Hollande sont plutôt contradictoires : on comprend mal comment « le débat peut avoir lieu » (2) si le candidat refuse « d’ouvrir cette question-là » (1).

Ma question est donc simple : l’affirmation très claire de Najat Vallaud-Belkacem, qui est plus récente d’un mois et demi que les propos fort hésitants de François Hollande, est-elle bien la déclaration qu’il faut prendre en compte pour connaître les intentions réelles du Parti socialiste en matière de GPA réalisée légalement à l’étranger ? Faut-il voir, dans la comparaison entre les deux interviews, le signe d’une évolution raisonnable dans la réflexion personnelle du candidat socialiste au cours des derniers mois ?

Ce thème est pour moi déterminant dans la campagne. Je n’aimerais pas m’être trompé au premier tour, mais j’aimerais encore moins voter au second tour en ayant l’impression d’avoir été dupé par un homme que j’estime, François Hollande, et par une personnalité que j’admire, Najat Vallaud-Belkacem. Le changement, c’est maintenant : que le Parti socialiste justifie d’ores et déjà son slogan en faisant preuve, à l’inverse du parti actuellement au pouvoir, d’une réelle transparence et d’un vrai courage politique.

Education | Famille | France | Homoparentalité | Mariage | Politique | PS | 10.02.2012 - 14 h 54 | 17 COMMENTAIRES
[Info exclusive] Lors de son discours d’Orléans, François Hollande a rayé son hommage aux familles homoparentales.

Étiquettes : , , , , , ,

Est-ce un incident troublant et inquiétant, ou un simple revirement anodin dû aux circonstances ? François Hollande, qui devait rendre un hommage appuyé aux familles homoparentales ce jeudi soir à Orléans, a finalement préféré ne pas dire un seul mot sur ce sujet.

Le discours tenu par François Hollande ce jeudi 10 février, à Orléans, devait être centré sur l’éducation. Pour introduire ce thème, la première moitié du discours a également été dédiée à des thèmes bien plus larges que l’éducation : la compétitivité, la vie démocratique, les inégalités de revenus… Il s’agissait pour François Hollande, en abordant ces questions, de répondre à la longue interview donnée par Nicolas Sarkozy au Figaro Magazine, dont plusieurs éléments commençaient déjà à fuiter dans les médias.

BFM et Europe 1 confirment :  le discours, initialement rédigé par Vincent Peillon et centré sur l’éducation, a ainsi été réécrit dans la journée de jeudi, « pour répliquer à la conception de la République, développée dans le Figaro Magazine par Sarkozy ». On comprend qu’il s’agissait là, pour François Hollande, de frapper un grand coup, et de montrer les idéaux et les principes auxquels il croit, par opposition aux objectifs de Nicolas Sarkozy dans son interview intitulée « Mes valeurs ».

Hélas ! Afin de réécrire son discours, d’en faire un moment fort de la campagne, de répondre à Nicolas Sarkozy et d’affirmer ses valeurs, François Hollande a choisi… de supprimer l’hommage vibrant qu’il avait prévu de rendre aux familles homoparentales !

Voici en effet, en exclusivité absolue, le passage qui devait être prononcé par François Hollande dans les toutes premières minutes de son discours d’Orléans :

Comme Républicain et comme homme de gauche, je suis attaché aussi à trois valeurs essentielles qui, je le sens, sont au coeur de cette campagne qui s’ouvre.

La famille est la première des cellules humaines, celle où tant de choses se jouent, très tôt. Celle où l’on reçoit – où l’on devrait toujours recevoir – l’amour et l’affection. Celle qui vous élève, vous fait grandir, vous protège. Entre toutes les institutions de la société, elle est la plus précieuse. Elle doit être défendue comme telle. Mais elle doit être défendue telle qu’elle est aujourd’hui, c’est-à-dire diverse. Il y a bien longtemps qu’il n’y a plus “un” modèle familial. Je veux que la famille soit considérée comme une institution libre, ouverte, moderne, vivante, ancrée dans la réalité de notre société et s’adaptant à l’évolution de nos moeurs. Défendre la famille, ce n’est pas la corseter dans un cadre défini une fois pour toutes, en dépit de toutes les évolutions et au mépris de tout bon sens, en occultant délibérément ce qui est au fondement de la famille et qui, seul, lui donne sa force : l’amour.  C’est pourquoi, je l’ai dit et je le répète ce soir, je suis favorable au mariage entre personnes du même sexe. Et parce que j’aime la famille et parce que je veux défendre les familles, toutes les familles, je veux qu’elles soient toutes traitées de façon équitable, qu’elles reçoivent toutes de la collectivité le soutien auxquelles elles ont toutes droit, celles qui paient l’impôt sur le revenu comme celles qui ne le paient pas : et, par conséquent, je veux que le quotient familial soit revu et réformé afin que toutes les familles françaises, et pas seulement les plus aisées, soient aidées.  Aimer et défendre la famille, c’est aimer et défendre toutes les familles. Et pas seulement les plus favorisées !

Ce passage vous semble beau ? Ces phrases vous semblent convaincantes ? Eh bien : François Hollande, pour qui on les avait écrites, ne les a tout simplement pas lues ! On pourra visionner l’intégralité du discours du François Hollande pour vérifier :  à aucun moment ces phrases ne sont prononcées par le candidat. En effet, ce passage a été supprimé entre jeudi matin et jeudi soir, alors que Nicolas Sarkozy venait justement de lancer de graves attaques contre les LGBT, en réaffirmant son opposition à l’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe !

Pour prendre cette décision, François Hollande s’est entouré de Vincent Peillon, qui avait rédigé la première version du discours, de Manuel Valls et surtout d’Aquilino Morelle, qui semble porter la responsabilité de cette suppression. Rappelons qu’Aquilino Morelle est l’énarque qui rédigeait déjà les discours de Jospin de 1997 à 2002 – juste avant une défaite que tout le monde croyait impossible.

Alors, Monsieur Hollande : sachez deux choses. D’une part, il arrive que l’histoire se répète. Le PS a déjà perdu deux élections présidentielles imperdables, en écoutant des conseillers timorés, et en suivant des orientations politiques douteuses, voire hypocrites. Un troisième échec n’est pas impossible, si la gauche se coupe encore de ceux qui croient en elle.

D’autre part, je me sens trahi, en tant qu’homosexuel, par vos atermoiements continus au sujet du mariage et de l’adoption par les homosexuels. Refuser d’intégrer ces thèmes dans un discours portant finalement sur vos valeurs essentielles, alors même que Nicolas Sarkozy attaque gravement les LGBT, c’est faire preuve d’une grande maladresse, ou manifester un profond mépris pour nos familles. Ces phrases si belles ne sont donc que des mots ? L’émotion qu’elles laissent transparaître ne sont donc qu’un jeu pour attirer l’électorat, et il faudrait vite les supprimer lorsque les choses deviennent sérieuses ?

Cher Monsieur Hollande, je vous le dis franchement : ma voix ne vous est pas encore acquise. Il est des moments, de plus en plus nombreux, où je me prends à douter sérieusement de votre sincérité et de votre engagement pour les LGBT. Que comptez-vous faire, pour nous prouver enfin que les LGBT sont, à vos yeux, plus qu’une simple réserve de voix ? Vous semblez en effet croire – à tort – que nos voix vous sont acquises d’emblée. Je vous donnerai la mienne avec plaisir, mais je vous prie, auparavant, de vous en montrer digne.

France | Mariage | Politique | 17.11.2011 - 01 h 20 | 1 COMMENTAIRES
Equipe de campagne de François Hollande : la douche froide pour les LGBT ?

Étiquettes : , ,

François Hollande a révélé son équipe de campagne aujourd’hui.

Dans l’armée mexicaine qui l’entoure, emplie de « conseillers spéciaux », « conseillers politiques », « mandataires », « porte-parole » et autres « représentants particuliers », tous les domaines importants de la société civile sont représentés. Qu’on en juge : l’éducation sera traitée par le philosophe Vincent Peillon, l’Europe sera le domaine de Catherine Trautmann, ancienne maire de Strasbourg, le juriste André Vallini s’occupera de la justice et l’expert Jérôme Cahuzac continuera d’arpenter les plateaux TV pour être le « Monsieur Budget et Economie » de François Hollande.

Parce qu’une campagne se joue également sur la maîtrise de sujets pointus, d’autres domaines, qui semblent plus restreints, ont également toute leur place au sein de cette équipe de campagne : ainsi les Français de l’étranger, particulièrement choyés depuis quelque temps par la droite comme par la gauche, seront représentés par la sénatrice Claudine Lepage (à ne pas confondre avec la Corinne du même nom !), l’économie numérique ne relèvera pas de l’autorité de Jérôme Cahuzac mais sera du ressort de Fleur Pellerin, l’économie sociale et solidaire sera défendue par Thierry Jeantet, et Valérie Fourneyron s’occupera tout spécialement du sport. Eh oui : un futur Président, ça pense à tout.

Tout ? La liste des membres de l’équipe de François Hollande et de leurs attributions permettra-t-elle à cette Dream Team de répondre aux problèmes des Français ? Les impôts seront traités par Cahuzac, le chômage sera l’objet des réflexions d’Alain Vidalies, l’énergie sera le problème de Marie-Hélène Aubert… Mais… qui s’occupera des problèmes des LGBT ? Est-ce Yves Krattinger, délégué à la ruralité ? Est-ce Thierry Repentin, qui s’occupera de la politique de la ville ?

Pour les LGBT, c’est George Pau-Langevin qui a été choisie. Comment, me direz-vous, il y a donc dans l’équipe de campagne de François Hollande quelqu’un qui s’occupera spécifiquement des LGBT ? Allons, allons, pas de naïveté : George Pau-Langevin s’occupera des « questions sociétales ». C’est-à-dire, pour faire bref, qu’elle sera responsable des questions liées aux dons d’organes, à l’euthanasie, aux salles de shoot, aux AMAP, à la dépénalisation du cannabis, à l’aide aux mères isolées, aux ventes de pétards et artifices, au tourisme vert, aux intermittents du spectacle et à l’accessibilité des lieux publics pour les personnes handicapées.

La préposée aux questions sociétales trouvera-t-elle un peu de temps libre, au milieu de tous ces sujets, pour s’intéresser à la discrimination des LGBT, aux couples LGBT et à leurs familles ? Quand bien même ce serait le cas – ce dont on peut légitimement douter, à moins qu’elle ne ferme pas l’oeil de la nuit -, il est absolument peu certain que George Pau-Langevin consacre une seule minute aux LGBT. D’abord parce qu’elle n’a manifestement pas montré elle-même de grand intérêt pour ce sujet: : elle ne s’est quasiment jamais exprimée, ni récemment, ni depuis plusieurs années, à propos des LGBT. Son seul fait d’honneur a été de confirmer, suite aux révélations de Bruno Le Roux il y a quelques mois, que Brigitte Barèges a bien comparé les homos aux animaux.

Mais ce qui est plus grave, c’est que la rare fois où George Pau-Langevin s’est exprimée au sujet des LGBT, c’était en 2008 (ça ne nous rajeunit pas…), et voilà ce qu’elle en disait : « Pour ma part, je considère que l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe sera difficile, en raison d’un attachement à la fonction traditionnelle du mariage chez les français. » Oui, Madame Pau-Langevin, qui va s’occuper à elle toute seule du mariage LGBT, de la burka, du déclassement, des conflits de génération, de la prostitution, des droits des enfants, de la lutte contre le suicide, et du développement des associations loi 1901, disait en 2008, au mépris le plus total des sondages déjà existants à l’époque, que « les Français » sont attachés « à la fonction traditionnelle du mariage », et qu’il s’agit donc d’une mesure qu’il sera « difficile » de faire appliquer. On se rappelle que cette opinion est justement partagée par François Hollande lui-même, qui avait dit, au sujet du mariage LGBT et de l’adoption : «Attention, ce ne sera pas si simple de faire passer ces textes».

Pour en rajouter une couche dans l’horreur, il semble que Madame Pau-Langevin apprécie les propos de Mme Agacinski, qui, rappelons-le, est entre autres farouchement opposée au mariage LGBT. Une page complète du site de Mme Paul-Langevin est consacrée au compte rendu d’une intervention de Sylviane Agacinski. En voici la conclusion, qui vous rappelle sûrement des propos bien célèbres depuis 1999 : « Devant des questions nouvelles ou complexes, il importe toujours de se référer aux principes essentiels fondant notre civilisation. » Cette phrase, extraite d’un discours de Sylviane Agacinski sur la gestation pour autrui, et retranscrite sur le site de George Paul-Langevin, prend tout son sens lorsque l’on sait que la différence fondamentale dans l’espèce humaine et dans nos civilisations est, selon Sylviane Agacinski, la différence des sexes.

George Pau-Langevin s’intéresse-t-elle aux LGBT ? La réponse est objectivement « non » si l’on s’en tient à de rapides recherches internet. Si ce thème lui tient à coeur, elle le cache bien ! Selon toute apparence, elle s’intéresse en revanche à la prostitution, et se prononce plutôt en faveur de sa pénalisation, en rendant compte du rapport Bousquet/Geoffroy sans contradiction aucune.

Il reste un peu d’espoir malgré tout : l’équipe de campagne de François Hollande devrait être étoffée dans les jours à venir. Y aura-t-il une personne sérieuse pour s’occuper à plein temps des problèmes rencontrés par les LGBT (don du sang, couples, familles…), alors même que le candidat, qui se prétend convaincu par la nécessité de faire évoluer les choses, a dit lui-même que ce serait « difficile » ? Monsieur Hollande, pour régler un problème « difficile », il ne faut pas une néophyte chargée de régler tous les problèmes en même temps, fussent-ils réunis sous le terme plus élégant de « questions sociétales ». Pour régler un problème que l’on trouve « difficile », il faut une personne compétente, spécialiste du sujet, et chargée d’étudier cette question de manière spécifique. Un tel profil doit bien se trouver au P.S., n’est-ce pas ? Ce sera l’occasion d’étoffer votre équipe, et de « décharger » un peu George Paul-Langevin de la somme de travail qui l’attend déjà…

Publicité