4297 familles | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Droit | Famille | Gestation pour Autrui | Homoparentalité | International | 04.03.2013 - 00 h 18 | 0 COMMENTAIRES
Suède : le Conseil National d’Ethique Médicale recommande de légaliser la GPA

Étiquettes : , , , , ,

Kjell Asplund

Kjell Asplund

Dans un rapport remis en mars 2013, le SMER (Conseil National Suédois d’Ethique médicale) recommande au gouvernement et au parlement suédois de légaliser la GPA.

Kjell Asplund, professeur émérite en médecine à l’Université d’Umeå et président du SMER, a été interrogé à ce sujet par la radio publique nationale Sveriges Radio. Il a précisé que cette légalisation devait être établie « dans les cas où l’argent n’est pas la motivation de la mère porteuse, et où l’on souhaite simplement aider un être humain« .

Selon le rapport du SMER, la mère porteuse doit faire partie de la famille du couple qui souhaite élever un enfant. Le président du Smer a en effet ajouté : « Nous recommandons que la mère porteuse soit un parent proche : par exemple, ce pourrait être une soeur, une belle-soeur ou un membre de la famille proche ».

Kjell Asplund, dans un article cosigné par Lotta Eriksson et Göran Hermerén, et publié par le journal Svenska Dagbladet, a souligné que la mère porteuse doit effectuer son choix en pleine conscience et en toute indépendance : « Les femmes qui veulent être mères porteuses pour des membres de leur famille  devraient être des femmes qui ont la possibilité de décider totalement de ce qu’elles font de leur corps« . Autrement dit, ce ne pourraient en aucun cas être des femmes qui seraient dans la misère, ou qui seraient contraintes d’effectuer un acte qu’elles réprouvent.

Le débat est désormais lancé en Suède, et pourrait bien s’étendre à d’autres pays européens. Rappelons qu’en France, les intellectuels, les politiques et le grand public continuent à s’interroger eux aussi sur la légalisation de la GPA. C’est l’occasion de voir (ou revoir) le documentaire de Delphine Lanson « Naître père », qui filme de manière très émouvante le recours à la GPA par un couple d’hommes.

Famille | France | Homoparentalité | 06.07.2012 - 08 h 56 | 45 COMMENTAIRES
Le magazine de la MAIF, « assureur militant », met à l’honneur les familles homoparentales.

Étiquettes : , , ,

Pour son numéro de juillet 2012, MAIF Magazine a choisi de mettre en une les « familles d’aujourd’hui ». En une de ce numéro 159, on voit donc une petite fille souriante, embrassée par deux femmes, avec cette légende simple et jolie : « Moi, j’ai deux mamans ».

C’est une nouvelle preuve de la visibilité des familles gay et lesbiennes, et l’on ne peut que s’en féliciter. Du reste, ce n’est pas la première fois que la MAIF montre sa bienveillance envers les couples de même sexe, puisqu’elle a déjà fait apparaître un couple gay dans une campagne publicitaire de février 2012. Et dès l’an 2000, la mutuelle s’adressait déjà à tous les couples ! La Maif a vraiment toute légitimité pour se revendiquer comme « assureur militant » !

Evidemment, cette décision n’a pas fait que des heureux. Suite à l’excellent dossier de cinq pages consacré par le magazine aux « nouvelles familles », et surtout à la une qui illustre clairement l’homoparentalité, on s’étrangle de rage sur les sites conservateurs, ultra-catholiques et identitaires, où les commentaires vont bon train. Voici une courte sélection des articles et commentaires écrits à propos de la une du magazine :

« Puisque la MAIF se présente comme “assureur militant”, soyez vous aussi des assurés militants : si vous êtes assurés à la MAIF, partez ! » ; « La MAIF a oublié de prendre en compte la famille polygame » ; « Et si l’on épouse son cheval? » ; « Propagande homosexuelle de la MAIF » ; « Nous avons à faire à un véritable négationnisme. L’enfant semble bien être un objet de désirs pas très purs pour ces femmes » ; « Et un boycott, un ! Il faut les toucher au porte-monnaie. Ils agissent pour attirer de la clientèle, faisons-leur savoir que c’est un pari risqué… » ; « Moi, j’ai deux mamans… Et dans vingt ans, tu entameras une psychothérapie qu’un suicide viendra malheureusement interrompre… Mon Dieu, quelle société de dégénérés ! »

Plus grave encore, la MAIF a été assaillie de courriers très négatifs, dans lesquels ces même identitaires et/ou ultra-catholiques ont protesté avec virulence contre la une du magazine. Le magazine de la mutuelle s’est alors senti obligé de se dédouaner, et de nier expressément tout soutien aux familles homoparentales, en adressant ce mail aux contestataires :

Votre mail a été adressé à la direction de MAIF Magazine afin que nous répondions aux questions soulevées en début de votre mail, sur la Une de MAIF Magazine. […]

 Le dossier de MAIF Magazine fait état de la nature de ces nouvelles formes d’organisation familiale : monoparentalité, homoparentalité, familles recomposées… Notre but journalistique n’est pas de soutenir ou condamner ces nouvelles réalités, mais de les porter à la connaissance de nos lecteurs, sans jugement de valeur. Car comme vous le signalez, la question de l’intérêt de l’enfant se pose, elle est très discutée entre spécialistes, ce que nous ne sommes pas. Il n’est pas de notre rôle, ni de notre compétence d’avoir une opinion sur ce qui est un bon, ou un mauvais modèle conjugal.

En tant que mutuelle d’assurance, la MAIF, qui a toujours assuré toutes les familles sans discrimination, est très attentive aux évolutions sociétales, car pour bien assurer, il convient de ne pas dénier les réalités contemporaines, et au contraire de bien les comprendre pour garantir au mieux les risques des membres du foyer familial.

De ce point de vue, la MAIF a fait depuis de nombreuses années le choix d’assurer toutes les familles, sans discrimination et sans jugement. Ce choix de tolérance et d’ouverture correspond aux valeurs de respect de toutes les personnes pour lesquelles la MAIF s’engage au quotidien.

Notre Une n’est donc autre chose qu’une illustration de la thématique sociétale du dossier de ce numéro de MAIF Magazine. Elle ne constitue en rien une prise de parti, si ce n’est celui de rester ouvert aux réalités de nos concitoyens, dans l’objectif de les assurer au mieux, eux et leur famille.

L’avalanche de mails hostiles qui sont parvenus à la MAIF montre bien qu’une campagne a été délibérément mise en oeuvre pour faire croire à la mutuelle que cette une est choquante pour la population française. Si, pour rétablir la vérité, vous voulez montrer à la MAIF qu’elle ne doit pas reprocher à la direction de son magazine d’avoir consacré sa une à nos familles, vous pouvez envoyer un courrier à cette adresse : maifmagazine@maif.fr Il suffit d’indiquer que cette une contribue à donner une image positive et valorisante de la mutuelle – ce qui est absolument vrai.

Publicité