4297 conseil municipal | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Famille | France | Homoparentalité | Homophobie | Monde rural | Politique | UMP | 23.11.2012 - 23 h 24 | 34 COMMENTAIRES
Le député-maire UMP Hervé Mariton fera-t-il de Crest (Drôme) la ville la plus homophobe de France ?

Étiquettes : , , ,

Hervé Mariton

Hervé Mariton est un député UMP bien connu pour ses prises de position répétées contre les droits LGBT. En tant que maire de Crest, une petite ville de 8000 habitants dans la Drôme, il a fait adopter par son conseil municipal, ce jeudi 22 novembre 2012, une motion très particulière qui vise à opposer toute la ville, par l’intermédiaire de ses élus, aux droits LGBT.

Ainsi, c’est avec grande surprise que les conseillers municipaux de la ville de Crest ont découvert la convocation que M. le maire Mariton leur a adressée le 16 novembre 2012. En effet, le premier point inscrit à l’ordre du jour du conseil du 22 novembre 2012 est intitulé ainsi : « Motion contre le mariage des personnes de même sexe ».

Une note de synthèse, jointe à la convocation envoyée, développe le contenu de cette motion en quelques lignes absolument ahurissantes, qui font des droits LGBT des obstacles… au développement durable ! Voici les explications données par le député-maire Mariton :

Motion contre le mariage des personnes de même sexe

La ville de Crest a choisi de développer des actions pour la famille durable comme la préparation au mariage civil, prévue dans l’Agenda 21 pour le développement durable. Le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe paraît de nature à affaiblir les liens de filiation, à fragiliser l’institution du mariage et la famille.

Aussi, le conseil municipal est appelé à voter une motion contre ce projet.

La ville de Crest

On admirera le lien tissé dans ce texte entre les LGBT et le développement durable ! Faut-il refuser les droits LGBT au nom de l’écologie ? C’est textuellement ce qu’affirme le député-maire Mariton, et, avec lui, le conseil municipal de la ville de Crest. D’après les citoyens présents dans la salle, un très rapide vote à main levée a donné les résultats suivants : 8 votes contre, 2 abstentions et 19 votes pour .

Quelles conclusions tirer de ce vote ? D’abord, ce vote donne une image déplorable de la ville de Crest : les 8000 habitants de cette petite ville ne partagent sans doute pas le rejet caricatural qu’éprouve leur maire envers les droits LGBT. Ce vote est une mauvaise nouvelle pour les LGBT, mais c’est surtout une mauvaise nouvelle pour la ville de Crest, qui est assurément la première ville de France à se signaler par le vote d’une motion de ce genre contre le mariage et l’adoption par les couples de même sexe.

Mais il y a tout de même de bonnes nouvelles. D’une part, l’issue de ce vote montre que des conseillers municipaux de droite n’ont pas accordé leur soutien à cette motion. Il n’y a donc pas unanimité au sein du conseil sur cette question. D’autre part, lorsque la loi sera passée, et si un couple de filles ou de garçons veut se marier à Crest, il y aura au moins 8 conseillers municipaux qui accepteront d’accomplir avec honneur et dignité la tâche que le maire refusera. Enfin, il est clair que cette motion n’a aucune valeur juridique : la loi votée au niveau national s’appliquera même dans les communes dirigées par des maires du genre de M. Mariton.

En conclusion, le député-maire de Crest, s’il le souhaite, peut bien faire voter une motion sur le budget de la France en 2014, sur l’engagement des troupes françaises dans les conflits du monde, ou sur l’organisation de l’enseignement supérieur. Ce genre de motion, tout comme celle sur le mariage et l’adoption, est absolument dénuée de toute valeur. La législation nationale n’étant en aucun cas de la compétence du maire ni du conseil municipal, il serait bon que le préfet du département se penche sur le contenu exact de la motion votée, et se charge dès que possible de rappeler à Monsieur le maire quels sont ses domaines de compétence…

* Edit (25/11, 12h51) : mise à jour du résultat du vote suite aux remarques du militant du Front de Gauche Yvon Thomas Le Guillerm. Un article du Dauphiné Libéré revient sur cette séance mouvementée du conseil municipal.

Publicité