4297 Badinter | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
France | Histoire | Mariage | Medias | 15.11.2011 - 23 h 26 | 0 COMMENTAIRES
[Télévision] « Ca va, ça vient » sur LCP : très bonne émission sur « Homosexualité et politique ».

Étiquettes : , , , ,

La chaîne LCP offre un très bon retour sur l’histoire des liens entre homosexualité et politique depuis les 30 dernières années.

L’émission diffuse des images d’archives devenues célèbres : discours de Robert  Badinter, harangues de Christine Boutin, mariage de Bègles… Sont interviewés, tour à tour : Jean-Paul Cluzel, Robert Badinter, Caroline Fourest, Chantal Jouanno et Jean-Luc Roméro.

L’émission, animée par Céline Bittner, est très stimulante, même si la partie concernant l’homoparentalité aurait dû être beaucoup plus approfondie. En effet, le traitement de cette partie se limite à une interview de… Chantal Jouanno, sans que personne ne lui apporte la moindre contradiction… J’ai beau essayer de comprendre : je ne comprends pas quelle légitimité a cette sénatrice pour être la seule à s’exprimer sur cette question !

On apprend, au passage, qu’il y a environ trente députés et sénateurs qui sont LGBT… alors qu’aucun d’eux n’a jamais voulu faire son coming out. Pour cacher leur homosexualité, 15 d’entre eux sont même encore mariés avec une femme.

Homophobie | International | Medias | Politique | Religion | 02.11.2011 - 09 h 19 | 7 COMMENTAIRES
Robert Badinter s’engage contre l’homophobie au Cameroun

Étiquettes : , ,

Robert Badinter soutient le combat de l’avocate Alice N’kom, qui milite depuis longtemps pour les droits LGBT au Cameroun. Au sujet de la répression des LGBT en Afrique, il déclare : « il y a là une espèce de tyrannie, qui retrouve sa source dans d’anciens comportements, qui est tout à fait injustifiable. »

Il appelle à « un mouvement d’opinion profond » pour mettre fin à la « résignation » qui règne depuis trop longtemps à ce sujet. Il considère en effet que le combat pour les droits LGBT est aujourd’hui l’un des combats les plus importants pour les droits humains.  Se refusant à se lancer dans des analyses d’ethnologue ou d’anthropologue, il esquisse toutefois quelques explications à l’ampleur de l’homophobie en Afrique : « Vous retrouvez là, enracinés, des préjugés, religieux souvent, très lointains et incompatibles avec ce qu’est la philosophie et l’éthique des droits de l’homme. »

Pour lui, « la libre disposition de son corps » est un principe intangible, qui doit être respecté en Afrique. Il rappelle que l’application de ce principe n’est pas allée de soi dans les pays européens, ce qui rend d’autant plus nécessaire le combat pour amener à le faire respecter en Afrique. On est ému par son évocation des années 80, où l’opinion publique, en pleine épidémie du Sida, découvre que la représentation des homosexuels qu’elle avait jusque-là était fausse et « fallacieuse ». Alors que l’épidémie de Sida sévit toujours en Afrique, et que la prévention à destination des homosexuels pâtit toujours de leur persécution, Robert Badinter s’emporte : « Vous êtes stupéfié, révolté, par l’inhumanité qu’engendrent ces comportements homophobes ».

Il rappelle que l’homophobie est un phénomène malheureusement universel, et qu’elle doit être combattue pour les horreurs et les injustices qu’elle amène à commettre : « Les groupes de chasseurs d’homos on les connaît, on les a vus à l’œuvre dans toutes les sociétés. C’est un des aspects noirs de l’espèce humaine ces comportements homophobes, comme toutes les discriminations, toutes les haines raciales ou religieuses. »

Merci à vous, Maître Badinter.

Publicité