4297 Tourisme | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Associations | International | Internet | Politique | Tourisme | 26.10.2011 - 01 h 51 | 11 COMMENTAIRES
« Latvia for you » : les délicieux euphémismes de l’office du tourisme de Lettonie…

Étiquettes : , ,

Surprise : l’office du tourisme de Lettonie (« Latvian Official Tourism Portail ») réserve une page entière aux LGBT qui voudraient visiter ce beau pays européen.

Tout commence sur la page au titre enjoué « Latvia for you ». On peut y lire en bas de la page : « Au final, la Lettonie est un pays sûr, quelles que soient la couleur de peau ou les croyances religieuses de chacun. Même les gays y ont leurs propres clubs. » Un pays balte dont l’office du tourisme s’intéresse aux LGBT, ça éveille forcément la curiosité, peut-être même la sympathie. La tournure choisie pour la rédaction du site a cependant de quoi faire naître quelques inquiétudes : on mesure, en lisant l’expression « même les gays », l’effort intense qui a été réalisé pour accueillir non seulement les individus qui ont une couleur de peau différente, ou des gens de religion différente, mais en plus « même les gays » à qui on a fait l’honneur d’accorder l’autorisation d’avoir leurs propres clubs.

Mais en Lettonie, on n’est pas seulement tolérant, on est aussi poète. Le philosophe ouvert sur la diversité du monde est aussi un écrivain inspiré. Qu’on en juge en effet par le texte qui s’ouvre sous nos yeux, lorsqu’on clique sur le lien attaché aux mots « gay people ». S’ouvre alors une page intitulée (en majuscules s’il vous plaît) : FOR GAYS AND LESBIANS. Une petite introduction historique nous informe que Riga est sans doute la capitale la plus gay-friendly des pays baltes, ce qui ne va pas forcément de soi lorsqu’on se souvient des difficultés, en Lettonie, à transposer les directives européennes pour lutter contre les crimes et injures homophobes. On nous rappelle d’ailleurs qu’il n’y a pas de loi pour reconnaître les partenariats homosexuels en Lettonie, mais que, quand même, « l’attitude de la société lettone est tout à fait neutre envers les LGBT, comme il se doit pour un pays européen ». Ouf, on est rassuré. L’article se garde bien de nous dire que l’article 110 de la constitution lettone a été modifié en 2006, pour faire inscrire dans la constitution qu’un mariage ne peut être que l’union d’un homme et d’une femme, et donc bloquer pour des décennies toute tentative de faire reconnaître un jour le mariage et l’adoption LGBT…

Cependant, il faut lire la page jusqu’au bout pour en arriver au passage le plus intéressant du site – et accessoirement pour sa propre sécurité. En effet, un élégant « security advice » vient nous ramener assez vite à la réalité qui se cache derrière les trois bars dits « homosexual friendly » et le restaurant « Dorian Gray » qui sont mentionnés sur la page. Le site officiel indique ainsi : « La majorité des Lettons sont tout à fait neutres envers les LGBT. » (on nous l’a déjà dit au début de la page…) « Cependant, en raison de leur caractère nordique quelque peu réservé, les gens ne tolèrent pas toujours les expressions publiques d’intimité et de tendresse. En vous embrassant en pubic dans une banlieue de Riga ou dans un district rural de Lettonie, vous risquez d’être confronté(e) à un certain manque de compréhension ou à une attitude moins tolérante. »

Bref, si vous vous faites casser la gueule pour avoir tenu la main de votre ami(e), vous saurez qu’il s’agit là d’un « certain manque de compréhension » dû au « caractère nordique quelque peu réservé » de vos interlocuteurs. On n’avait pas inventé mieux, comme description de l’homophobie, que le manque de compréhension dû au caractère nordique.

Il ne s’agit évidemment pas de se moquer de la Lettonie ou des pays de l’Est. Bien au contraire : la menace et le danger pour les LGBT, décrits ici en des termes savamment choisis, sont aussi universels que le racisme, l’antisémitisme, le machisme ou le bullying. En Algérie, au Zimbabwe, en Chine, au Honduras, et même dans des banlieues, des centres urbains ou des districts ruraux de France, il y a tout autant de risque de se faire casser la figure pour avoir embrassé son copain que dans le Zemgale ou le Vidzeme lettons. Alors il n’est pas besoin de circonvolutions savantes et poétiques pour désigner ce « certain manque de compréhension » prétendument atribuable au « caractère nordique quelque peu réservé » des Lettons : il s’agit de l’homophobie, et elle n’est pas plus due au caractère nordique des Lettons qu’au caractère méridional des pays méditerranéens…

On ajoutera, pour être complet sur la question, que les élections législatives d’octobre 2011 ont permis la naissance d’un gouvernement de centre-droit allié aux partis nationalistes de Lettonie. La « réserve » des Lettons risque donc, malheureusement, de s’accentuer encore davantage à l’encontre des LGBT… Ceux qui s’intéressent à la Lettonie LGBT pourront se renseigner davantage auprès de l’association Mozaika et du projet Skapis.

Pour lire directement la page de l’office du tourisme sur le caractère nordique et réservé des Lettons : cliquez ici

Publicité