4297 Musique | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Famille | France | Homophobie | International | Musique | People | Politique | Religion | UMP | Zemmour | 11.05.2014 - 17 h 18 | 9 COMMENTAIRES
Ulcérée par la victoire de Conchita Wurst à l’Eurovision, La Manif pour Tous lance son propre concours de chansons : la Droitovision.

Étiquettes : , , , , ,

La victoire de Conchita Wurst à l’Eurovision 2014 n’a pas fait que des heureux. Dès ce dimanche matin, Christine Boutin a protesté contre cette victoire, qui est, selon elle, « l’image d’une société en perte de repère niant la réalité de la nature humaine ». Samuel Lafont, militant de la Manif pour Tous, s’est insurgé contre la prestation de l’Autriche et les encouragements des fans de Conchita.

La Manif pour Tous a donc décidé de réagir en organisant à son tour un concours de la chanson, concurrent de l’Eurovision : la Droitovision. Voici en direct la retransmission de ce concours :

(Durant le générique, Eric Zemmour et Ludovine de la Rochère apparaissent à l’écran, lui dans un élégant costume bleu et noir, elle en tailleur rose. Ils parlent une fois le générique terminé.)

Eric Zemmour – Bienvenue, chers téléspectateurs, au grand concours de la Droitovision ! La Droitovision est le concours international de la chanson, mais la participation et le vote y sont réservés aux purs citoyens Français, afin de préserver le concours des hordes de Tchétchènes, de Roms et de Kosovars qui sont à l’origine de la délinquance en France.

Ludovine de la Rochère – Bienvenue à toutes et tous, femmes et hommes, en direct de ce beau lieu qu’est le Sacré-Coeur. Ici, vous ne verrez pas de travelo étranger gagner le concours : tous les chanteurs et les chanteuses sont des femmes ou des hommes, des vrais, et ils ont tous été auscultés par le bon Docteur Dor, un ami personnel.

Eric Zemmour – En direct sur l’ORTF, RTL, Radio Courtoisie et BFN, la chaîne de l’extrême, nous allons maintenant écouter les grands artistes de droite qui nous font l’honneur de concourir ce soir.

Ludovine de la Rochère – Le premier concurrent est d’une droite un peu molle : il a d’ailleurs passé de justesse les sélections de demi-finale. Il s’agit du député Jean Lasalle, qui a heureusement rappelé que le « mariage pour tous » est « à mille lieues des préoccupations des Français« , et que la gauche n’aurait pas dû utiliser le mot « mariage » pour ce projet funeste.

Eric Zemmour – Jean Lasalle représente la belle contrée du Béarn, rattachée à la couronne de France par Louis XIII en 1620, à une époque où l’on avait encore le sens de la nation. Ecoutons l’interprétation de Jean Lasalle, qui est un chant traditionnel harmonieux et doux, comme le sont nos belles contrées françaises.

Ludovine de la Rochère – C’était magnifique ! On aurait dit les cantiques que je chantais plus jeune à l’Ecole du Saint Enfant Jésus pour la semaine Sainte !

Eric Zemmour – Si je n’étais pas incapable de la moindre émotion, je verserais une larme.

Ludovine de la Rochère – Mais voici déjà notre seconde candidate. Elle représente le Nord-Ouest de la France, où elle est très présente depuis quelques années.

Eric Zemmour – C’est une candidate originale, puisqu’on dit que la chanson qu’elle a choisie donne un aperçu assez complet de son programme politique.

Ludovine de la Rochère – C’est exact, Eric ! Sachez que cette chanson part favorite pour les prochains concours européens : on lui attribue déjà la majorité des suffrages français !

Eric Zemmour – Je m’en réjouis, Ludovine. Je note toutefois que cette seconde candidate rend malheureusement hommage à une chanteuse qui n’est pas des plus honorables, et dont la nationalité pseudo-italiano-égyptienne n’est pas sans évoquer ces élites cosmopolites germano-pratines dont parle Philippe Muray, et que l’absence de patrie claire rend ostensiblement agressives envers nous, les Français de souche.

Ludovine de la Rochère – Oui, Eric. Voici donc la seconde candidate, pour la circonscription Nord-Ouest :

Eric Zemmour – C’est un peu court, mais c’est beau ! On en redemande ! Mais nous passons tout de suite au candidat qui, grâce au tilde dans son nom et à sa maîtrise parfaite des langues étrangères, représente nos amis espagnols.

Ludovine de la Rochère – Il a 34 ans, il est sur les listes du parti Force Vie aux élections européennes, il a participé aux Veillées des Veilleurs, il se dit homosexuel abstinent et…

Eric Zemmour, l’interrompant – Comment, c’est un pédéraste ? Soyons clairs : le lobby gay a donc pénétré la Droitovision ?

Ludovine de la Rochère – Oui, Eric, enfin, non, je…, euh,… Attention, il va commencer à chanter, taisez-vous !

(Pendant le début de la chanson, Eric Zemmour quitte la salle, furieux)

Ludovine de la Rochère (seule) – Mais enfin, Eric, revenez, c’est ridicule ! Je vous dis qu’il est abstinent !

Eric Zemmour (dans les coulisses) – Je m’en fous ! C’est un pédéraste ! Je suis scandalisé par la puissance de ce lobby du jendère qui pollue tout, jusqu’à l’organisation de cette manifestation culturelle honnête et exemplaire qu’est la Droitovision !

Ludovine de la Rochère – Chers amis, je vous prie de nous excuser pour ces légers désagréments, liés aux aléas du direct. Ecoutons maintenant le 4eme concurrent, qui vient tout juste d’être canonisé – j’espère que cela n’influencera pas vos votes ! Il est le candidat du Vatican : on l’écoute donc religieusement !

Eric Zemmour, maugréant – Bah, après un pédéraste, un Polonais émigré en Italie : la Droitovision sombre décidément dans la décadence. Comme le disait Bossuet dans ses Oraisons funèbres, « Depuis ce malheureux moment, tout alla visiblement en décadence, et les affaires furent sans retour ». Pensez-y, Ludovine, pensez-y !

Ludovine de la Rochère, affichant un sourire de façade et essayant de le calmer – Cher Eric, la concurrente suivante va forcément s’attirer tous vos suffrages. Elle représente le 16e arrondissement de Paris, du moins jusqu’à son prochain déménagement, dont on me dit qu’il devrait arriver bientôt. Il s’agit d’une chanteuse subtile, qui chante l’Hymne à l’Amour ressenti par toute femme pour les hommes, dans le cadre du mariage devant Dieu bien sûr.

Eric Zemmour – Je n’ai pas encore entendu la chanson, mais je vous fais confiance : j’espère que la concurrente suivante saura faire résonner ce si beau lieu du Sacré Coeur de toutes les subtilités de la langue de Molière.

Ludovine de la Rochère – Nous n’avons pas toujours été d’accord, elle et moi, mais là je pense que vous tomberez sous le charme de sa beauté simple et de son intelligence raffinée. Ecoutons-là tout de suite :

Eric Zemmour – C’est très frais, c’est intelligent… C’est tout à fait la définition du « génie français », tel qu’il a été chanté par Charles Maurras ou Maurice Barrès. On dirait des poèmes de Charles Péguy… Vous avez déjà lu Péguy, Ludovine ?

Ludovine de la Rochère, réfléchissant – Euh… Peggie Sue et les fantômes ?

Eric Zemmour, dépité – Bah, laissez tomber… Ecoutons plutôt la candidate suivante, qui nous vient du grand Est de la France. On la dit en deuxième position, actuellement, dans les suffrages des Français pour les prochains concours de la chanson.

Eric Zemmour – « Comme un garçon ! » Non mais, vous vous moquez de moi ! C’est ça, votre concours de droite vigi-gender, avec des femmes qui sont des femmes et des hommes qui sont des hommes ? Morano chantant « Comme un garçon » ? Non mais je ne sais pas ce qui me retient de me casser d’ici !

Ludovine de la Rochère – Allons, Eric, pensez à la somme qu’on vous donne, ça vous fera rester encore un peu…

(Eric Zemmour ne répond pas, et sort une calculatrice. Il pianote quelques chiffres.)

Ludovine de la Rochère – Traversons la France, qui est si belle, et rendons-nous à présent dans le Sud-Est, d’où nous vient Jean-Marie, qui y est actuellement en campagne électorale.

Eric Zemmour, rangeant sa calculatrice, et avec enthousiasme – Je ne vous cache pas que cette chanson est ma favorite !

Eric Zemmour – Avec une chanson pareille, il est bien entendu que si Jean-Marie ne gagne pas, ce sera encore une preuve du vaste complot judéo-maçonnique à la solde du grand capital, qui, en lien avec les bolchéviques apatrides elgébétés, veut répandre la théorie du jendère pour tuer nos enfants.

Ludovine de la Rochère – Tout à fait, Eric. Mais voici maintenant ma candidate préférée : femme de coeur, vaillante, intelligente, pleine d’humanité, elle représente le beau territoire de Rambouillet dont elle est conseillère générale. Nous écoutons à présent Christine Boutin et sa chorale jeune et joyeuse !

Eric Zemmour – Ah, je comprends qu’il s’agisse de votre candidate préférée, Ludovine. Vous êtes une femme de goût !

Ludovine de la Rochère – Merci Eric ! Les candidats sont tous passés : c’est maintenant au jury de faire son choix, ainsi qu’à vous, cher public. Le jury est constitué d’artistes et de professionnels artistiques incontestables : Hervé Mariton, qui jugera des costumes des candidats ; Doc Gynéco, qui évaluera la qualité des textes ; Xavier Bongibault, expert international en coiffures péroxydées ; et Patrick Buisson, maître en enregistrements sonores. Mireille Mathieu, présidente du jury, donnera son avis sur la qualité du chant et la modernité de l’interprétation.

Eric Zemmour – En attendant les votes, faisons une petite pause musicale tirée d’un grand film dans l’histoire du cinéma :

Ludovine de la Rochère – C’est toujours une chanson aussi enthousiasmante. J’en suis toute émue.

Eric Zemmour – Je vous rappelle que vous êtes une femme, Ludovine. Il n’est donc pas étonnant que vous donniez constamment dans le sentimentalisme mielleux et la moraline au goût guimauve. Cela devrait d’ailleurs vous rappeler qu’au lieu de pérorer ici, vous feriez bien d’être chez vous à élever vos marmots et à passer la serpillère. Mais enfin puisque vous êtes là, rendez-vous utile :  annoncez-nous les résultats des votes du public.

Ludovine de la Rochère, sans se démonter – Eh bien, Eric, voici donc les résultats. (Elle ouvre une première enveloppe). Les 12 points du public français vont à… (Elle déplie la feuille et la lit) Eh bien euh…

Eric Zemmour – Alors, bécasse ?

Ludovine de la Rochère (d’une voie cassée, peu à peu au bord des larmes) – Eh bien, en fait… c’est écrit que… euh… hum… la soirée a été un tel bide… que personne n’a voté.

Eric Zemmour – Ah, le lobby elgébété, je le savais !

Ludovine de la Rochère – Oui, c’est la dictature socialiste qui a dû couper le téléphone et empêcher les gens de voter

Eric Zemmour – Mais il nous reste le vote du jury, Ludovine !

Ludovine de la Rochère – Oui, Eric, vous avez raison. Je vais donc le lire. (Elle ouvre une seconde enveloppe). Les 12 points du jury français vont à… (Elle déplie la feuille et la lit) Eh bien euh…

Eric Zemmour – Eh bien quoi encore, gourgandine ?

Ludovine de la Rochère – Il est écrit que le jury, en proie à de vifs désaccords internes, n’a pas pu se prononcer. Mireille Mathieu et Xavier Bongibault se sont disputés pour savoir qui avait la plus belle coiffure, Doc Gynéco s’est endormi, et Patrick Buisson est parti avec les enregistrements de toutes les chansons. Quant à Hervé Mariton, il n’est même pas venu : il fait semblant de lire le livre d’Edouard Louis depuis trois mois.

Eric Zemmour – C’est une catastrophe ! C’est la Bérézina ! C’est Waterloo ! C’est Verdun ! C’est la décadence !

Ludovine de la Rochère – Chers amis de droite, nous allons être contraints de rendre l’antenne. Nous déplorons ces circonstances, et nous demandons à être reçus immédiatement par Manuel Valls, Laurence Rossignol, et toute leur bande d’anti-démocrates primaires. Avant de nous quitter, nous avons bien sûr une pensée particulière pour les candidats qui n’ont pas pu être présents ce soir avec nous : David Douillet,  d’abord, qui n’a pas trouvé le chemin de la scène ce soir et qui vient de nous appeler depuis la cathédrale de Chartres où il s’est perdu. D’autre part, Sylviane Agacinski est retenue sur l’île de Ré par une tempête inattendue, et c’est désormais son mari qui chante pour elle. Nous remercions enfin nos partenaires vestimentaires, sans qui cette soirée n’aurait pas été possible : Lonsdale, Hugo Boss et les carrés Hermès. Nous nous quittons sur cette belle chanson, inspirée de Renaud, que j’ai choisie en hommage à ma candidate-fétiche dans la compétition. A l’année prochaine pour une nouvelle édition de la Droitovision !

International | Medias | Musique | People | 03.08.2012 - 22 h 04 | 18 COMMENTAIRES
Mika : « Oui, je suis gay »

Étiquettes : , ,

Ca y est : le chanteur Mika a enfin fait clairement… son coming out !

Ce n’était pas la question la plus brûlante de l’année, ni le plus grand suspense du monde… Mais enfin, quand on l’interrogeait publiquement sur ses relations et aventures, Mika n’allait quasiment jamais plus loin que cette déclaration qu’il avait faite en 2008 au magazine britannique Out :

Je n’ai jamais vraiment voulu m’enfermer dans une case. On peut me coller une étiquette, mais je ne veux pas m’en coller une moi-même. Est-ce que ça restreint ma manière de vivre ? Non. Je fais toujours ce que je veux. Et ça n’a rien à voir avec une stratégie marketing.

Tout juste avait-il dit, du bout du lèvres, dans une interview réalisée en 2009 par le magazine néerlandais Gay & Night :

Je ne me suis jamais collé d’étiquette. Mais, ceci étant dit, je n’ai jamais mis de limites à ma vie. Je n’ai jamais limité mes aventures. Appelez-moi comme vous voulez. Dites que je suis bisexuel, si vous avez vraiment besoin d’un terme pour me qualifier.

Fans de Mika, vous n’avez plus à vous interroger, à débattre sur le sens de certaines chansons, ou à taire ce que bon nombre savaient déjà mais n’osaient pas dire tout haut : en août 2012, le magazine américain Instinct vous apporte la réponse sur un plateau d’argent !

Dans une interview à paraître en septembre, mais dont quelques extraits circulent déjà, Mika déclare en effet :

« Si vous me demandez si je suis gay, je vous réponds oui. Est-ce que mes chansons parlent de ma relation avec un homme ? Je vous dis oui. C’est grâce à la musique que j’ai trouvé la force d’être à l’aise avec ma sexualité, au-delà des simples paroles de mes chansons. Ca, c’est ma vraie vie.»

Il est toujours bon que des personnalités célèbres, dans tous les domaines de la vie publique, puissent montrer qu’on peut être publiquement homosexuel(le). Mika fait partie de ces personnalités, et ce coming out est tout à son honneur.

On attend avec impatience la sortie du prochain album de l’artiste au succès planétaire, prévue pour le 17 septembre 2012. Il sera en tournée en France à l’automne 2012 : bonne occasion pour le (re)découvrir sur scène !

France | Homophobie | International | Islam | Justice | Medias | Musique | Non classé | People | Politique | Religion | 04.06.2012 - 01 h 17 | 25 COMMENTAIRES
Faut-il tolérer le dernier spectacle de Dieudonné au nom de l’humour et de la liberté d’expression ?

Étiquettes : , ,

Strasbourg, Marseille, Montpellier, Montréal, Bruxelles… : depuis quelques semaines, les différentes municipalités françaises et francophones ne savent plus comment gérer le « cas » Dieudonné. Spectacle annulé à Montréal, carrément interrompu par la police à Bruxelles, objet d’un vif procès à Montpellier, étudié de près par la préfecture à Strasbourg, jugé « pas désirable » par la mairie de Marseille… C’est un nouveau cas d’école qui se présente, en ce qui concerne la réflexion sur les limites de l’humour et de la liberté d’expression. Le dernier spectacle de Dieudonné, « Rendez-nous Jésus », sombre en effet, une fois de plus, dans le mauvais goût grotesque et l’excès écoeurant. 

Dieudonné, dans son dernier spectacle, s’en prend d’abord à la Gay Pride, puis à la communauté juive. En s’attaquant aussi bien aux homosexuels qu’aux Juifs, Dieudonné croit faire preuve d’humour, montrer un esprit rebelle et défendre les musulmans (qui ne lui ont rien demandé). En réalité, il ne fait que donner libre cours à une paranoïa hystérique, qui l’amène à dire : « Se moquer de la Gay Pride, c’est devenu blasphématoire, au même titre que la Shoah ». Mais, comme souvent, il confond la moquerie et l’injure…

Sur la Marche des Fiertés, l’humoriste auto-proclamé lance :

« C’est de la merde, la Gay Pride. […]

C’est un ramassis de poils, de vomi et de bière. »

Peu avant cette vidéo, Dieudonné s’est lancé dans une explication oiseuse selon laquelle Jésus était forcément homosexuel, la phrase « Aimez-vous les uns les autres » étant grosso modo le signe de ralliement d’une partouze homo. L’assimilation de l’ennemi religieux à l’homosexuel (et vice versa) est un procédé hélas fort courant…

Durant la vidéo ci-dessus, Dieudonné raconte sa traversée de la Gay Pride avec un petit garçon. Les propos gras à tendance homophobe s’y accumulent à la seconde. Quelques passages à la Bigard peuvent peut-être faire sourire, mais on ne comprend bien le but de ce sketch qu’en écoutant attentivement la fin de la vidéo… En effet, à la fin de cette séquence, Dieudonné en arrive à une comparaison particulièrement stupide entre la Gay Pride et les prières de rue des musulmans. Son but est clairement de faire interdire la première et de légitimer les secondes. Il remarque que la police tolère la Gay Pride, tandis qu’elle « charge » selon lui contre les musulmans qui prient dans la rue, « dans le 19e arrondissement ». Il commente : « Que tu t’encules dans le cadre d’un programme de la ville culturelle de Paris, on peut le comprendre, mais prier sans autorisation…! »

On perdrait son temps, et on ferait trop de publicité aux propos injurieux de ce has been, si on s’efforçait de lister toutes les ignominies que Dieudonné profère ensuite à l’encontre du peuple juif durant le reste son spectacle. Pour donner un exemple parlant, et suffisamment éprouvant à lui tout seul, il suffira de rappeler qu’à la fin de son spectacle, Dieudonné entonne sa chanson « Shoahnanas », dans laquelle il se moque de manière particulièrement odieuse de la déportation des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. On peut écouter, si on a le coeur bien accroché, ce morceau monstrueux de mauvais goût et de mépris :

Je préfère ne pas commenter cet extrait (la chanson originale est plus longue !), dont je ne parviens pas encore à m’expliquer qu’il puisse être, en spectacle, applaudi et repris en coeur par le public… L’horreur et la bêtise extrême laissent sans voix.

C’est bien sûr à Desproges qu’il faut laisser le dernier mot face à tout cela, en rappelant la phrase tellement juste de celui qui était un vrai humoriste :

On peut rire de tout… mais pas avec n’importe qui.

A l’heure où de jeunes Juifs ont été agressés à Villeurbanne, où les religions doivent apprendre à rester du domaine strictement privé sans empiéter dans la sphère publique, et où des partis politiques opportunistes tentent trop souvent de jeter l’opprobre sur des communautés (musulmans, juifs, LGBT…), il est à souhaiter qu’à l’avenir, ce spectacle nocif ne soit pas autorisé par les pouvoirs publics.

Homophobie | International | Medias | Musique | People | Publicite | 01.06.2012 - 10 h 05 | 1 COMMENTAIRES
Japon : les bonbons Puccho et le groupe AKB 48 accusés d’encourager l’homosexualité féminine.

Étiquettes : , , ,

Depuis quelques semaines, les petits bonbons Puccho font polémique au Japon. En cause, une publicité télévisée réalisée par les membres du groupe de musique pop AKB 48. Les filles qui constituent le groupe s’y échangent langoureusement un chamallow acidulé qui passe de bouche en bouche.

Il n’en fallait pas moins pour que 116 plaintes soient déposées contre la publicité, et que la marque soit accusée, entre autres, de promouvoir le lesbianisme.

Sur youtube, le clip mis en lien, vu près de 500 000 fois, est interdit aux plus jeunes pour ne pas les choquer.

Parallèlement, en France, l’homosexualité fait peu à peu son chemin dans la publicité télévisuelle, comme l’a relevé Yagg avec Mc Donald’s Renault, Leroy-Merlin, et la Maif. Je crois bien que la publicité Marie pour la pièce de boeuf aux poivres va bientôt pouvoir être ajoutée à la liste, mais je n’en trouve pas la video sur le net pour confirmer… Si vous la trouvez, ou si vous parvenez à la mettre vous-même sur le net, prévenez-moi !

Homophobie | International | Musique | Religion | 10.05.2012 - 18 h 06 | 0 COMMENTAIRES
Lady Gaga menacée par des intégristes en Indonésie

Étiquettes : , ,

Il y a quelques semaines, un groupe important de conservateurs chrétiens en Corée du Sud avait décidé de se mettre à prier pour que soit annulé le concert de Lady Gaga prévu à Séoul le 27 avril 2012. L’un des responsables avait affirmé : « Nous allons prier Dieu afin que le concert n’ait pas lieu et que l’homosexualité et la pornographie ne se répandent pas à travers le pays ». Ce concert a par ailleurs été interdit aux moins de 18 ans.

Cette fois, c’est en Indonésie que la star provoque la colère d’un mouvement religieux. L’information a été lancée il y a six jours par le Jakarta Post : le FPI (Front des défenseurs de l’islam) a annoncé qu’il répandrait « le chaos dans Djakarta » si le concert de Lady Gaga prévu le 3 juin à Djakarta n’était pas annulé. Ce mouvement se dit prêt à mobiliser plus de 30 000 personnes afin de créer des perturbations contre le concert de Lady Gaga. Il a annoncé qu’il irait accueillir la star à l’aéroport afin de l’empêcher de mettre pied en Indonésie.

Deux bonnes nouvelles cependant : d’une part, le FPI est connu pour ne pas appliquer les menaces qu’il lance parfois imprudemment. D’autre part, plus de 40 000 fans sont attendus au concert de Lady Gaga. Ils sont toujours plus nombreux que les partisans du FPI…!

France | Mariage | Musique | Politique | 06.05.2012 - 17 h 57 | 0 COMMENTAIRES
Que chanteront les LGBT grâce à la victoire de François Hollande ? + Les injures d’une Jeune UMP envers François Hollande.

Étiquettes : ,

Ce dimanche 6 mai, François Hollande, en gagnant l’élection, laisse enfin l’espoir aux couples de même sexe de pouvoir bientôt entonner tous en choeur :

http://www.youtube.com/watch?v=FMZ6uT-EHFg

P.S. : Au moment même où François Hollande a été annoncé comme le grand vainqueur de l’élection, une jeune militante UMP s’est mise à hurler à plusieurs reprises, en direct sur France 2,  un très clair « ENCULE », dès qu’elle a vu la photo de François Hollande s’afficher sur l’écran. Le prénom et le nom d’une jeune fille, qui fait partie de la famille d’une élue UMP de Puteaux, a circulé en différents endroits du net depuis deux jours. Mais peu importe finalement le nom, c’est l’acte qui est très grave.

Le pire, je pense, dans ces images, c’est de voir que la jeune auteure de l’insulte se met quasiment à rire de s’être exprimée ainsi ! Qu’on ait un coup de colère un soir de défaite politique, je veux bien, surtout quand on est jeune ; qu’on emploie un mot comme ça, plusieurs fois, en plein QG de campagne du candidat, là déjà je suis choqué ; mais alors qu’en plus on en rigole au moment même où l’on s’excuse à moitié avant de passer à autre chose, là franchement c’est de l’abus. Je ne dirais rien sur les quelques autres « Jeunes Pops » que j’ai connus : ils étaient tous du même acabit.

http://youtu.be/5kkVWT7aC8w

France | Histoire | Musique | Non classé | VIH | 01.05.2012 - 04 h 46 | 0 COMMENTAIRES
Il y a vingt-cinq ans nous quittait Dalida.

Étiquettes : , , , , ,

C’est dans la nuit du 2 au 3 mai 1987 que Dalida nous a quittés. C’était il y a 25 ans, quasiment jour pour jour – ou plutôt, à l’heure où j’écris cet article, quasiment nuit pour nuit.

Je n’étais pas bien vieux cette année-là. Et pourtant, je me souviens encore précisément des journaux télévisés de l’époque qui rendirent compte de l’événement, le dimanche soir. Une immense communauté de fans, en France et dans toute l’Europe, partageait cette tristesse, et apprenait les derniers mots écrits par la star : « La vie m’est insupportable. Pardonnez-moi. »

Aujourd’hui encore, son frère Orlando (de son vrai nom Bruno Gigliotti) entretient pieusement la mémoire de la chanteuse auprès de ses fans de tous âges. Dans le même temps, des biographies, des articles et des émissions télévisées continuent, chaque année, de rendre hommage à l’artiste qu’elle était.

On a beaucoup parlé de la détresse de Dalida, et des hommes qui ont traversé sa vie, dans des moments souvent très douloureux : Lucien Morisse, Jean Sobieski, Christian de la Mazière, Luigi Tenco, Richard Chanfray, Arnaud Desjardins, François Naudy… Chacun d’entre eux a participé, de manière parfois tragique, à l’écriture de l’un des chapitres qui composent la vie de Dalida. En 1967, la jeune femme est plongée cinq jours dans le coma suite à une première tentative de suicide. D’autres drames personnels s’ensuivront, comme cet avortement, quelques mois plus tard, qui la rendra définitivement stérile.

Si sa carrière artistique l’amène à devenir une star extrêmement populaire, c’est d’abord pour son talent de précurseur, sa grande capacité à renouveler et à diversifier son répertoire. Après le succès de chansons comme Bambino en 1957 (mais aussi Come prima, Les Enfants du Pirée, La danse de Zorba…), elle sait coller à son époque et prend le virage du twist dans les années 60 : c’est une 1ère révolution dans sa carrière. Elle saura ensuite enchaîner les grands succès populaires (Paroles Paroles, Il venait d’avoir 18 ans, Gigi l’Amoroso…) tout en lançant ou en reprenant de grandes chansons à texte (Avec le temps, Je suis malade, Quand on n’a que l’amour…) – unir ces deux répertoires, considérés comme contradictoires, constitue alors une 2eme révolution, qui lui assure un public extrêmement large. A la fin des années 70, elle crée la première chanson « medley » (Génération 78), et, après un très court passage par le reggae (!), elle parvient à devenir l’une des reines du disco – 3eme révolution, qui sera également la dernière.

Qu’on me permette de revenir, en quelques lignes, sur ce qu’a signifié Dalida pour la communauté LGBT. Il faut avoir eu 15 ans en 1972, pour bien comprendre ce que signifiait entendre chanter, sur le gramophone des parents, et dans la voix d’une artiste populaire : « Pour ne pas vivre seul, des filles aiment des filles, et l’on voit des garçons épouser des garçons ». Ce n’était qu’un an après la toute première Gay Pride en Europe ! Une autre chanson de Dalida, en 1979, aborde l’homosexualité (ou plutôt la bisexualité ?) de manière explicite : Depuis qu’il vient chez nous. Dans cette chanson, une femme s’adresse à son époux : « Dieu que tu as changé / Depuis qu’il vient chez nous […] Si sa jeunesse t’attire / Pourquoi ne pas me le dire ? […] Parfois j’ai peur de comprendre / Ce qui se révèle en toi ». Il est difficile de dire les choses plus clairement… tout en gardant la poésie des nuances et des mots !

Mais on peut aller plus loin : tous ceux qui ont aimé Born this way de Lady Gaga devraient savoir que, quels que soient la qualité du texte et le talent de l’interprète, il ne s’agit que d’un avatar post-moderne et plus rythmé de la belle, sensible et mélancolique chanson A ma manière. « Avec des faux pas, des faux plis / Chacun de nous porte sa vie, à sa manière […] Même sous la pluie des mauvais jours / J’ai suivi la ligne d’amour, à ma manière » : à l’époque, tous les LGBT qui entendaient ces paroles, signées Pascal Sevran, ont bien compris qu’elles s’adressaient aussi à eux – sinon à eux, en priorité. Il faudra d’ailleurs qu’un jour les queer studies se penchent sérieusement sur les paroles de toutes les chansons de Dalida… Enfin, qui oserait manquer la célèbre soirée au Tango, qui est consacrée chaque année à Dalida, et qui aura lieu cette année le 16 mai – comme d’habitude en excellente compagnie ? Et qui ignore que Dalida fut l’une des premières personnalités, avec Line Renaud, à s’engager résolument dans la lutte contre le Sida ?

Pour finir, et parce que Dalida avait beaucoup d’humour, je vous propose de visionner ces trois imitations de Gigi, des années 80 aux années 2000. Nul doute que ces vidéos l’auraient encore beaucoup fait rire, si elle était toujours parmi nous :

http://www.youtube.com/watch?v=mbiVbM8oDqs

Vous aurez compris, à la lecture de cet article, que Gigi était la chanson de Dalida que je préférais (avec « Laissez-moi danser », et « Mourir sur scène »). Et vous, quelles sont les trois chansons de Dalida que vous préférez ? 

Post Scriptum : Une époque s’achève, une génération disparaît. Thierry Le Luron, l’imitateur qui avait tant de talent, est mort le 13 novembre 1986, soit quelques mois seulement avant le départ de sa victime préférée – qui, depuis longtemps, lui avait pardonné sa férocité à son égard. Elie Kakou, qui nous a également fait rire aux larmes, nous a quittés en 1999. Pascal Sevran, dont les dernières années ont été si controversées, est mort en 2008, en nous laissant, malgré toutes les polémiques qu’il a suscitées, une belle oeuvre de parolier et d’écrivain. Enfin, le jeune chanteur qui donnait la réplique à Dalida dans la chanson Génération 78, le joli Bruno Guillain, est décédé lui aussi, le 14 décembre 2011. Qu’il nous soit donc permis d’avoir une pensée émue pour ces quatre personnes si différentes, qui ont un jour croisé la vie et l’oeuvre de Dalida – et qui ont également, un petit peu, traversé nos vies à tous.

International | Internet | Medias | Musique | Politique | 31.12.2011 - 02 h 57 | 27 COMMENTAIRES
Kelly Clarkson soutient Ron Paul, l’un des républicains homophobes.

Étiquettes : , ,

La chanteuse Kelly Clarkson a voulu parler politique. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est raté…

Tout commence sur twitter en cette fin décembre 2011 : Kelly Clarkson, dans un tweet apparemment anodin, prend parti pour l’un des candidats à la primaire des Républicains. La jeune fille de 29 ans, connue entre autres pour avoir été la lauréate de l’émission «American Idol», y déclare : «J’aime Ron Paul. J’ai beaucoup aimé ses positions pendant la dernière nomination républicaine et personne ne lui a donné une chance. S’il gagne l’investiture pour le Parti républicain en 2012, il peut compter sur mon vote. Dommage, car il ne gagnera probablement pas». Ce serait beau, si Ron Paul n’était pas, comme quasiment tous les Républicains, opposé aux droits des LGBT, accusé de racisme, et soutenu par bon nombre de mouvances de droite dure.

Le message se diffuse comme une trainée de poudre dans la communauté LGBT. L’un des followers de Kelly Clarkson lui écrit sur twitter : «Je suis sidéré qu’une artiste avec un tel nombre de fans provenant de la communauté gay soutienne publiquement Ron Paul». En effet, si Ron Paul n’est pas le plus homophobe des candidats républicains, qui se battent tous pour remporter la palme du gay bashing verbal, on ne peut néanmoins pas dire qu’il ait la plus haute estime pour les LGBT, et encore moins pour leurs droits.

Kelly Clarkson a tenté de calmer le mécontentement de ses fans LGBT par quelques déclarations apaisantes : «J’aime Ron Paul parce qu’il ne veut pas donner tout le pouvoir au gouvernement et veut laisser les gens (nous tous) prendre les décisions de notre pays. C’est tout.» Elle a ajouté qu’elle est elle-même contre le racisme, et qu’elle défend «les droits des homosexuels, les droits des hétérosexuels et les droits des blancs/noirs/violets/oranges».

Au vu de cette dernière déclaration, il semble que Kelly Clarkson s’essaie aussi à l’humour. Elle a toutes les chances d’y obtenir le même succès qu’avec ses déclarations politiques…

Homophobie | Musique | 14.12.2011 - 21 h 21 | 11 COMMENTAIRES
« J’ai buté un tas de gouines sur Tatouine » et « Pour être protégé, faut t’lever tôt pédé » : extraits du « Retour du vrai bail » de « Nekfeu et Alpha Wann » (vu 65 000 fois sur youtube)

Étiquettes : , ,

Le Centre LGBT de Paris Ile de France appelle à signaler cette vidéo sur Youtube, déjà vue 65 000 fois depuis le 10 octobre 2011 :

Quelques extraits choisis vous montreront qu’il y en a pour tous les goûts :

Sexisme :

Les groupies ça me lace quand j’pose
Je parle de ça les pouffiasses se battent dans l’hall
Accroupies là t’écarte ton minou minable
Mais n’oublie pas que t’es soumise à moi quand tu joues la Zoubida (tadada!)

Homophobie (contre les gays) :

pour être protégé faut t’lever tôt PD

Homophobie (contre les lesbiennes) :

J’avoue oui
J’ai buté un tas de gouines
Sur Tatouine!
J’étais grave blasé
J’rencontre ses sales taspé
Au bal masqué
J’sors le plasma
Le sabre laser
J’découpe c’qui bouge
Tout c’qui cour se fait shooté
Celles qui prennent leurs genoux à leur coup se font couper court
Des jedis quoi
J’men bats moi j’suis Alpha Wann
La vrai Batman de l’Etoile Noire
Mais bon nique les schmits de l’espace
Ma clique te laisse là
Dans ta propre pisse de clébard
J’adhère pas à votre école

Racisme :

Depuis qu’j’ai mué j’suis un pur et j’cherche à être dur
Faire hurler des putes dénudées
J’me suis juré sur mes prunelles
De faire du son pur et dur
Pendant ma durée sur Terre
Pute Nègre!

Publicité