4297 International | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Associations | Discriminations | Education | Famille | Homoparentalité | Homophobie | International | Mariage | Medias | Politique | 10.08.2014 - 21 h 11 | 0 COMMENTAIRES
« L’Egalité des Droits dépase les frontières » : LGBT d’Europe, unissons-nous !

Étiquettes : , , , , , , ,

Ce billet a pour but de présenter une petite vidéo réalisée en Ukraine par 40 jeunes militants LGBT de toute l’Europe, qui a déjà été vue plus de mille fois en deux jours. Ce clip a une valeur symbolique importante : il nous rappelle que les droits LGBT sont une problématique européenne et internationale, et que l’Europe toute entière doit s’engager davantage pour les défendre.

1) Le contexte européen : « A vos marques, Prêts… Egalité ! »

youth_in_action_logoL’Union européenne a mis en place un vaste programme d’éducation intitulé « European Youth in Action » (Jeunesse Européenne en action). Ce programme est à destination des jeunes de 13 à 30 ans, et a pour ambition de favoriser la mobilité internationale des jeunes Européens, ainsi que leur sens de la citoyenneté, de la solidarité et de la tolérance.

C’est dans ce cadre qu’a lieu le projet « Ready Steady Equal » (« A vos marques, prêts,.. Egalité »), destiné à lutter contre les discriminations liées au genre et à l’orientation sexuelle. Au sein de ce projet, un stage a eu lieu, du 26 jullet au 03 août 2014, à Lviv, grande ville d’Ukraine, située à l’Ouest du pays. Il a permis à 40 jeunes militants des droits LGBT, issus de l’Union européenne et de pays du continent européen, de se rencontrer et de dialoguer entre eux sur les droits LGBT en Europe.

Le choix de l’Ukraine comme pays de rencontre est significatif, alors que les droits des LGBT sont toujours très largement ignorés voire combattus dans ce pays en proie à de vifs affrontements à la fois en interne et avec la Russie.

2) Le clip réalisé : « L’égalité des droits dépasse les frontières ».

A la fin de ce stage, les participants, issus de 10 pays, ont réalisé un clip, par le biais de la plate-forme Bell Media. Cette vidéo est intitulée « Equal Rights are bigger than Borders » : « L’égalité des droits dépasse les frontières ». Elle montre l’importance de la coopération entre les citoyens des différents pays européens pour faire progresser l’égalité des droits :

En voici la traduction en français :

– Je suis du Royaume-Uni, et j’aimerais envoyer un message à mes amis LGBT en Ukraine. Je veux qu’ils soient forts, et je les soutiens dans leur combat pour l’égalité.

– Nous vivons en Ukraine, et nous soutenons nos amis italiens dans leur lutte contre l’homophobie.

D’Italie, nous souhaitons que nos amis polonais puissent se sentir en sécurité lorsqu’ils s’expriment dans la rue.

– J’habite en Pologne, et j’espère que la Turquie va inclure les droits des LGBT dans sa constitution.

– Nous sommes trois militants LGBT de Turquie, et nous soutenons le droit au mariage pour nos amis allemands.

– Je viens d’Allemagne, et je souhaite que mes amis géorgiens puissent vivre sans être discriminés.

– Je suis de Géorgie, et je soutiens les droits LGBT en République Tchèque.

– Je suis de République tchèque, et je veux que mes amis d’Azerbaïdjan soient protégés des crimes de haine.

– Les Azerbaïdjanais veulent que le gouvernement britannique enseigne les questions LGBT dès l’école.

Chacun aura compris l’une des moralités de la vidéo : les citoyens européens se soutiennent les uns et les autres dans les combats respectifs qu’ils mènent au sein de leur pays pour faire avancer l’égalité des droits. Les combats individuels et nationaux doivent converger vers une amélioration globale et européenne des droits LGBT. Ces jeunes en appellent donc à la responsabilité des dirigeants et représentants de l’Union européenne, ainsi qu’à celle des gouvernements et parlementaires nationaux de tous les pays du continent européen. Mais cette vidéo est à aussi à l’adresse du grand public : c’est à chaque citoyen européen de ces différents pays que ces jeunes militants veulent s’adresser.

3) Les adversaires des droits LGBT s’organisent déjà à l’échelon européen.

Manifestation en Allemagne, aux logos de la Manif pour Tous.

Manifestation en Allemagne, aux logos de la Manif pour Tous.

Ce genre d’action, soutenue par la commission européenne, est aujourd’hui de la plus grade utilité. En effet, les opposants aux droits LGBT ont, quant à eux, déjà réalisé la Sainte Alliance anti-LGBT en Europe. Cette internationalisation de la lutte contre les droits civils des LGBT a été menée sous la houlette de Louis Montané de la Roque, qui n’est rien de moins qu’un descendant de Hugues Capet !

Voici trois exemples où l’on retrouve l’influence néfaste du mouvement « La Manif pour Tous » en Europe. Ils ne sont présentés ici que brièvement, mais ils mériteraient de faire chacun l’objet d’un article plus approfondi. En effet, ils sont chacun révélateurs des objectifs de la Manif pour Tous au niveau européen, et des problématiques LGBT qui traversent actuellement les différents pays.

a) En Allemagne

La Manif pour Tous allemande « Die Demo für Alle » a manifesté en Bade-Wurtemberg pour protester contre l’instauration de programmes scolaires visant à lutter contre l’homophobie dans les écoles primaires. Elle a malheureusement obtenu gain de cause en partie. Elle réalise à présent une pétition pour s’opposer à un projet similaire porté par le gouvernement de Basse-Saxe.

La Manif pour Tous en Italie

La Manif pour Tous en Italie

b) En Italie

La Manif pour Tous Italia s’oppose depuis plusieurs mois à l’instauration d’une loi destinée à sanctionner les propos et actes homophobes. Les manifestants affirment défendre la liberté d’expression contre les prétendus dérives totalitaires d’un imaginaire « lobby gay ». Ils sont ainsi apparus avec, entre autres, des baillons arc-en-ciel sur la bouche.

c) En Croatie

En Croatie, la Manif pour tous a inspiré le collectif « Au nom de la famille », qui a interdit par référendum l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Ce collectif a en effet fait introduire dans la constitution la définition du mariage comme union d’un homme et d’une femme. Son logo, ses méthodes et ses objectifs sont très proches de ceux de la Manif pour tous.

4) Qui défend actuellement les droits LGBT au niveau européen ?

Heureusement, l’égalité des droits est d’ores et déjà défendue, aujourd’hui même, par au moins quatre instances au niveau européen, qui sont cependant encore beaucoup trop peu connues par le grand public :

ilga europel’association ILGA-Europe, qui réunit 417 organisations-membres issues de 45 pays européens. Il s’agit de la branche européenne de l’Association Ilga, fédération internationale d’associations de lutte pour l’égalité des droits.

l’Intergroupe « Droits LGBT » au Parlement européen, qui réunissait 175 eurodéputés durant la précédente législation (2009-2014), et qui devrait être reconduit durant cette session.

nelfale réseau Rainbow Rose, qui rassemble les partisans de l’extension des droits LGBT au sein des partis socialistes, travaillistes et sociaux-démocrates, dans le cadre du Parti Socialiste Européen (PSE)

le réseau Nelfa, qui défend les droits des familles homoparentales en Europe.

Au niveau international, et donc supra-européen, on pourra également noter l’investissement d’associations comme Amnesty International ou les campagnes d’All Out.

L’intérêt de la vidéo ci-dessus est donc de nous montrer que :

– le grand public et les militants doivent comprendre que la défense de l’égalité des droits se joue aujourd’hui au niveau européen et international, et il faut s’investir dans ces organisations internationales,

l’Union européenne doit saisir à bras-le-corps les responsabilités qui lui incombent, en promouvant plus largement encore, en son sein et à l’international, la lutte pour l’égalité des droits,

les instances qui luttent d’ores et déjà au niveau européen pour l’égalité des droits doivent être davantage connues au sein du grand public. J’espère que ce billet aura permis d’y contribuer.

Famille | Gestation pour Autrui | International | Justice | 07.08.2014 - 04 h 35 | 22 COMMENTAIRES
Gestation pour Autrui : Comment comprendre l’affaire « Pattaramon Chanbua vs. David Farnell » ?

Étiquettes : , , , ,

En moins de 48 heures, les noms de la jeune Thaïlandaise Pattaramon Chanbua et de son bébé Gammy sont devenus célèbres dans le monde entier. Leur sort a soulevé une vague d’indignation internationale, ainsi qu’un impressionnant élan de solidarité à leur égard.

Cependant, cette affaire ne doit pas être interprétée, comme certains l’ont fait trop hâtivement, comme un argument infaillible pour condamner la gestation pour autrui. Elle montre au contraire que, pour éviter de tels drames, le processus de GPA doit être autorisé et encadré.

1) Après cinq jours de rebondissements, quels sont les faits certains ?

Tous les médias (presse écrite, radio, télévision, internet…) ont parlé de Pattaramon Chanbua en ce début d’été 2014. Même pour les vacanciers du mois d’août qui auraient choisi de ne pas les consulter, impossible malgré tout d’échapper à cette affaire : elle a été abondamment relayée sur les réseaux sociaux, et elle a fait l’objet de très nombreuses discussions. Au-delà de l’emballement médiatique et des réactions à vif, essayons de reconstituer ce qu’il s’est passé.

La naissance de cette information remonte d’abord à deux sources médiatiques principales. D’abord, le quotidien thaïlandais Thaï Rath, le journal le plus lu en Thaïlande, a fait connaître l’histoire au niveau national. Puis le journaliste Lindsay Murdoch, du groupe australien Fairfax Media, très vite suivi par l’AFP, a relayé l’information à l’échelle internationale. Ainsi, plusieurs rebondissements ont été dévoilés, au gré des articles et reportages du Thai Rath, du Sydney Morning Herald, de l’Agence France Presse, des chaînes australiennes ABC ou Channel 9, du Bunbury Mail, etc. – qui ont diffusé l’un après l’autre des interviews et témoignages exclusifs des différents protagonistes.

Sri Racha

Sri Racha

Résumons ce qui semble certain à l’heure actuelle : en décembre 2013, Pattaramon Chanbua, une Thaïlandaise de 21 ans, habitant Sri Racha et de condition très modeste, met au monde un garçon et une fille pour David et Wendy Farnell, un couple de classe moyenne vivant en Australie occidentale. Au cours de la grossesse, les médecins découvrent que Gammy, le garçon, souffre de trisomie 21. La mère porteuse ne souhaite pas avorter. A l’accouchement, il s’avère que le garçon présente également des difficultés pour respirer. Le couple repart en Australie avec la fille, mais laisse le garçon à la mère porteuse.

Le 22 juillet, une campagne de dons est lancée en Thaïlande, d’abord de manière anonyme, puis soutenue par une association caritative australienne qui vient en aide aux enfants thaïlandais depuis 2004. Selon cette campagne, relayée par les médias internationaux à partir du 1er août, Gammy souffre d’une grave malformation cardiaque. La mère porteuse thaïlandaise témoigne alors dans les médias nationaux puis internationaux : elle accuse les parents australiens d’avoir abandonné leur garçon, et elle annonce que le garçon mourra si elle n’obtient pas l’argent nécessaire pour le faire opérer. En une semaine, cette campagne récolte environ 250 000$, et les dons continuent d’affluer.

2) Victimes idéales, coupables parfaits.

Dans cette affaire, les victimes sont idéales pour le sensationnalisme médiatique : Pattaramon est une jeune fille pauvre, abandonnée et exploitée, dont le bébé, abandonné lui aussi, est doublement malade… L’âme de chevalier blanc qui sommeille en chacun d’entre nous se prend forcément d’affection pour ce duo, qui ressemble à s’y méprendre au mythe bien connu de la veuve et l’orphelin. Le ministre de l’Immigration du gouvernement de Tony Abbott va ainsi jusqu’à qualifier la jeune fille de « sainte ».

Bunbury, la ville des Farnell.

Bunbury, la ville des Farnell.

De l’autre côté, les coupables sont dignes des plus beaux mélodrames : lâches devant la maladie de l’enfant, irresponsables en tant que parents biologiques, riches arrogants qui profitent de l’inexpérience d’une jeune fille pauvre… Ces Thénardier modernes sont obligés de se terrer dans leur maison de Bunbury face à la vindicte mondiale qui s’abat sur eux, et les journalistes, une fois qu’ils ont trouvé leur adresse, font très vite le siège de leur maison.

Un scoop de plus accable David Farnell, lorsque les médias australiens, qui ont eu accès à son casier judiciaire, découvrent qu’il a été condamné pour pédophilie en raison d’actes commis dans les années 80 et 90. La sanction semble alors inévitable, et le jugement est sans appel pour bien des personnes : les Farnell sont des monstres, leur comportement est innommable, et la GPA doit être condamnée.

3) La parole est à la défense.

Malgré tout, de très nombreuses zones d’ombre subsistent encore, et il faudrait éviter, dans des cas complexes comme celui-là, de réfléchir « avec ses tripes » ou de raisonner trop vite sous la tyrannie de l’émotion.

Objection, votre honneur !

Objection, votre honneur !

D’abord, les versions données par la mère porteuse, le couple américain et l’agent qui les a mis en relation sont parfois contradictoires entre elles. La multiplicité des sources d’information médiatiques qui ont tenté d’éclairer cette affaire n’aident pas à la rendre plus compréhensible, bien au contraire. Pour ne donner que quelques exemples : quand la mère porteuse affirme que le couple a lâchement abandonné l’enfant, l’agent rétorque que c’est la mère porteuse qui a proposé de le garder. Quand la mère porteuse déclare que les parents ont vu leurs deux enfants et ont refusé d’emmener le garçon, le père répond qu’il n’a jamais vu Gammy et qu’on lui a interdit de l’emmener car il n’avait plus qu’un jour à vivre selon les dires des médecins. Et que l’on ne croit pas l’agent et les parents d’accord contre la mère porteuse : tandis que l’une accuse les autres de mentir, ces derniers indiquent que leur expérience avec l’agence a été « traumatisante ».

Pire : les témoignages tels qu’ils sont rapportés par les médias ne sont pas non plus exempts de contradiction… dans les discours tenus par une même personne. La mère porteuse a d’abord affirmé que le couple a voulu qu’elle avorte, puis elle a accusé l’agent d’avoir voulu la faire avorter. Les époux Farnell auraient d’abord prétendu n’avoir jamais entendu parler du garçon, avant de dire qu’ils n’avaient pas pu l’emmener à cause de sa santé fragile et des autorités thaïlandaises.

Ensuite, selon l’hôpital Samitivej Sriracha, où l’enfant a été hospitalisé à sa naissance, l’enfant n’aurait pas de malformation cardiaque, et sa vie n’aurait jamais été en danger, contrairement à ce que la campagne internationale de dons a affirmé. Interrogé par le Bangkok Post, le porte-parole de l’hôpital affirme en effet que ce qui était considéré comme un gravissime trou dans le coeur est en réalité une infection pulmonaire, une pneumonie qui serait tout à fait banale à son âge, et qui est aujourd’hui quasiment guérie. L’enfant devrait donc sortir de l’hôpital d’ici quelques jours. Il dispose d’un « coeur solide et en bonne santé » !

Autre zone d’ombre : rien n’est dit sur le contrat de départ, pièce pourtant essentielle dans le cadre d’une gestation pour autrui. Si l’on recoupe les différentes déclarations, c’est l’agent elle-même, Kamonthip Musikawong, qui aurait conseillé à la jeune fille d’avorter au bout de sept mois de grossesse ! Pour se justifier, l’agent a cette phrase horrible, en reparlant du moment où elle apprend que le bébé est atteint d’autisme : « We just didn’t know, if this happened, what we are going to do » – « Nous ne savions simplement pas, si cela arrivait, ce que nous allions faire » ! Mais ce genre de cas, rare mais dramatique, aurait naturellement dû être prévu bien avant la grossesse, dans un accord écrit entre les parents d’intention et la mère porteuse !

Logo de l'agence IVF Parenting

Logo de l’agence IVF Parenting

Alors, justement, quel a donc été le rôle de l’agent Kamonthip Musikawong ? L’agence de surrogacy IVF Parenting, qu’elle a fondée début 2013, a tout simplement disparu, et son CV ne fait pas d’elle une personne particulièrement désignée pour assumer cette charge (difficile) : Kamonthip Musikawongg est diplômée… en biotechnologies agricoles ! Les différentes déclarations montrent que cet agent n’a en rien assumé son rôle : elle n’a par exemple apparemment pas du tout informé les clients sur les lois thaïlandaises ; elle n’a pas procédé à une information suffisamment claire envers les parents et la jeune fille ; elle a recruté la jeune fille dans des circonstances qui n’auraient absolument pas dû lui permettre d’être mère porteuse (jeune fille pauvre et endettée), etc. Les déclarations de Pattaramon Chanbua et des parents australiens se contredisent certes, mais elles convergent tout de même assez souvent pour accuser l’agent de mensonges, voire d’escroquerie : Pattaramon Chanbua l’accuse même de ne pas lui avoir versé tout l’argent qu’elle lui doit !

Du point de vue du traitement médiatique de cette affaire, on regrette que les différents médias aient rendu l’affaire publique avant de connaître des éléments importants dans le déroulé des faits. Les époux Farnell n’ont qu’à peine parlé, et ils n’ont pas encore livré leur version des faits (leur fils promet qu’ils s’exprimeront bientôt), et ils ont été condamnés par la vindicte mondiale avant même d’avoir pu réellement s’exprimer dans les médias. En outre, il y a tellement d’arguments opposés dans les différentes versions en présence, qu’il est difficile de pouvoir s’exprimer clairement sur cette affaire sans attendre que la police, la justice et les services sociaux d’Australie aient mené leurs propres enquêtes.

4) Les amalgames se ramassent à la pelle : Haro sur la GPA !

Malgré toutes les précautions qui devraient être d’usage en pareil cas, l’occasion est trop belle et trop tentante pour les opposants à la GPA, qui comptent bien ne pas la laisser passer.

Ludovine de la Rochère

Ludovine de la Rochère

En France, La Manif pour Tous interrompt ses vacances : elle publie dare-dare, en deux jours, deux communiqués différents et une vidéo (où la GPA devient « la Grossesse Pour Autrui » – signe d’une connaissance approfondie du sujet…).  Dans le premier communiqué, elle prend prétexte du drame australo-thaïlandais pour appeler à manifester le 05 octobre 2014 contre, pêle-mêle : « la PMA pour les couples de femmes et les célibataires, la reconnaissance progressive de la GPA (mères porteuses), l’enseignement du genre à l’école (ni ABCD, ni malette pédagogique, ni plan pseudo-égalité), le matraquage fiscal des familles, la réduction du congé parental… » Le communiqué conclut : « Trop c’est trop ! »

Dans le second, elle s’écrie, toujours en se basant sur l’affaire Pattamaron Chanbua : « La familiphobie visant à déconstruire le lien Père-Mère-Enfant et à fragiliser l’identité sexuelle Homme-Femme doit cesser ! » Elle appelle donc à faire considérer la GPA, au niveau international, comme une forme de traite des enfants, et à faire intégrer cette définition dans la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), afin qu’elle soit prohibée définitivement à l’échelle mondiale.

L’Osservatore Romano, le journal du Vatican, s’indigne en une contre la pratique des mères porteuses :

« Nous ne devrions pas nous étonner que, si des parents commandent un bébé en louant le ventre d’une mère, ils rejettent l’enfant s’il n’est pas parfait et en bonne santé. […] Si l’enfant devient un produit à acheter, il est évident que, comme pour toute acquisition, il doit être conforme aux souhaits du client. […] En réalité, il n’y pas vraiment de quoi d’indigner – si l’on accepte la logique qui transforme l’enfant en produit, tout ceci n’est qu’une conséquence évidente ».

Il fustige en outre « la culture du déchet qui s’imbrique avec l’esprit mercantile, y compris quand il s’agit de la vie et du corps humain ».

Le Figaro, qui a cet avantage de ne décevoir jamais dans ses choix éditoriaux si pertinents, s’empresse de donner la parole au militant anti-avortement Jean-Marie Le Méné, pour qui les couples ayant recours à la GPA sont forcément ce « client-roi parfaitement odieux qui bouffe ce qui lui plait ».

Bien sûr, les autres médias ne sont pas en reste, et l’on peut ainsi voir France 2 annoncer fièrement un reportage sur « le commerce des ventres en quelques clics », et Libération titre en une : « Ventres à louer, le malaise » (le titre du quotidien est cependant bien infidèle au contenu du dossier, qui est beaucoup plus nuancé et approfondi que le titre pourrait le laisser présager). Le Guardian ne s’encombre pas de réflexions inutiles : pour la chroniqueuse Suzanne Moore, la GPA est « un commerce écoeurant », et cette affaire le prouverait.

GPA delenda est ? Comme Carthage autrefois dans les discours de Caton l’Ancien, qui appelait à la destruction de la ville quel que fût le thème qu’il traitait, il semble que la GPA doive être détruite et consumée, quoi qu’il en coûte. En attendant la fin rêvée par certains de la GPA, cette triste affaire pourrait déjà avoir une première conséquence juridique internationale, selon le célèbre avocat australien Stephen Page (très investi sur les questions de gestation pour autrui) : des dizaines de bébés, portés par des Thaïlandaises pour des couples australiens, pourraient, à leur naissance,… être placés directement en orphelinat.

Pour ne pas verser dans ces emportements ludovinesques, dont l’auteur bat la campagne à coup d’arguments-chocs comportant inlassablement les mots « esclaves », « catalogues » et « service après-vente », essayons de conclure en analysant posément la situation juridique dans laquelle s’est inscrite la démarche des Farnell, et en étudiant ce que l’on peut vraiment tirer de cette affaire au sujet de la GPA.

5) Les « lois de l’enfantement » en Australie et en Thaïlande : petit voyage politique et juridique.

Dans le rythme effréné de l’actualité, il est en effet nécessaire de se raccrocher parfois au temps long de l’organisation politique et juridique des Etats. Pour mieux comprendre le dessous des cartes, il semble donc indispensable de faire ici un bref détour par la géographie politique et le droit.

a) L’Australie et l’Etat de West Australia : une surrogacy encadrée mais très limitée.

L'Australie

L’Australie

L’Australie, comme chacun sait, est un état fédéral. Ce Commonwealth of Australia est composé de six Etats et de trois Territoires (si l’on s’en tient à l’Australie continentale), qui ont chacun une législation propre en ce qui concerne la Gestation pour Autrui. En Australie occidentale, l’Etat où vivent les Farnell, la gestation pour autrui est tolérée, mais sous des conditions très strictes que l’on peut résumer ainsi :

  • – la gestation pour autrui doit être altruiste, et ne donner lieu à aucune rémunération de la mère porteuse ;
  • – elle doit répondre à un problème d’ordre strictement médical qui affecte la femme qui y a recours (celle-ci doit être en âge de procréer, et célibataire ou en couple hétérosexuel) ;
  • un contrat doit être établi avant la grossesse, et validé par un Conseil des Technologies Reproductives (RTC).
  • – la mère porteuse doit répondre à des critères très précis (âge, enfants,…) ;
  • – les parents et la mère porteuse doivent avoir des échanges fréquents depuis plus de deux ans ;

Quelle que soit la suite de cette affaire, il faudra déterminer très précisément pourquoi le couple incriminé n’a pas eu recours à cette solution. Est-ce un problème de coûts, puisque la GPA n’aurait de toute façon pas été remboursée ? David Farnel a-t-il eu peur d’être rattrapé par son passé ? La mère ne souffrait-elle pas d’un mal médical qui aurait été reconnu par le RTC ? Le couple n’a-t-il pas trouvé de mère porteuse en Australie ? Le choix de la Thaïlande par ce couple est l’un des noeuds du problème.

b) La Thaïlande : un pays troublé, dirigé par la junte militaire

Général Prayut Chan-O-Cha, à la tête de la junte

Général Prayut Chan-O-Cha, à la tête de la junte

La situation politique est compliquée en Thaïlande, où la junte militaire est actuellement au pouvoir. Les conditions de la gestation pour autrui ont toujours été très floues dans ce pays, partagées entre des lois permissives, des règlements plus contraignants et une situation réelle où, comme dans d’autres domaines, les faits ne sont pas toujours en adéquation avec ce qui est légalement prescrit.

Ce qui est particulièrement frappant, c’est que, selon le site australien Surrogacy Australia, la junte militaire au pouvoir a justement changé les règles de la GPA en Thaïlande… le 22 juillet. Pour ceux qui ont bien suivi jusqu’ici, le 22 juillet est justement la date à laquelle des anonymes ont lancé la campagne de dons qui a ensuite rendu Pattaramon Chanbua célèbre.

Ces règles ont été durcies, ce qui a amené le site Surrogacy Australia, cinq jours plus tard, à émettre des consignes de grande prudence à l’intention des couples australiens qui effectuent (ou envisagent d’effectuer) une surrogacy en Thaïlande.

La Thaïlande n’a pas d’arsenal législatif pour réprimer la GPA comme en France. Mais des règlements du Conseil Médical de Thaïlande imposent les conditions suivantes :

  • – La mère porteuse doit être parente avec le couple de parents d’intention ;
  • – La GPA doit être altruiste et la mère porteuse ne doit pas être rémunérée ;
  • – Les parents d’intention sont un couple hétérosexuel marié dont la femme souffre d’un problème médical avéré ;
  • L’enfant ne peut quitter la Thaïlande qu’avec l’accord des autorités (disposition ajoutée par la junte)

Les étrangers seront donc désormais interdits de GPA, puisque les trois premières conditions, qui existaient déjà, devront être strictement appliquées par les cliniques et agences – sous peine d’être poursuivies pour trafic d’être humains.

En outre, l’avortement est interdit en Thaïlande, sauf dans deux cas : la grossesse met en danger la vie de la mère, ou bien la grossesse résulte d’un viol.

On voit ici que la connaissance des lois et règles en vigueur permet d’éclairer cette affaire sous un nouveau jour : si l’avortement est interdit en Thaïlande, comment et pourquoi l’agent a-t-il pu conseiller à la jeune fille d’avorter ? Le couple de parents d’intention était-il au courant de cette loi, ainsi que de la profonde piété bouddhiste de Pattaramon ? D’autre part, les règles thaïlandaises sur la GPA étant très strictes, alors que la GPA est autorisée dans l’Etat des Farnell, comment expliquer que le couple ait choisi d’y avoir recours ?

6) Face aux dérives éventuelles, la prohibition n’est pas une solution

Analyser ce cas, en l’état actuel des connaissances que l’on a sur le déroulement des faits et sur la situation de ces pays, requiert de se demander s’il peut vraiment permettre de tirer des conclusions générales sur la GPA. A mon sens, il semble plutôt qu’on ne pouvait imaginer plus mauvaise base pour initier un débat sur la Gestation pour Autrui. Ce sentiment est renforcé par le contexte actuel, où des réactionnaires de tous bords tentent vaille que vaille de dénier des droits fondamentaux aux enfants nés de GPA, ou de mettre en prison les couples qui souhaiteraient y recourir dans des pays où elle est légale. En effet, cette affaire intègre en réalité au moins deux problèmes qui ne sont pas spécifiques aux naissances par GPA :

a) Si l’enfant a vraiment été abandonné par ses parents génétiques à cause de sa trisomie 21 : il faut savoir que le taux d’abandon d’enfants trisomiques à la naissance est très élevé, y compris lors des naissances qui n’ont pas lieu dans un cadre de GPA. Ce drame se rejoue également lors des adoptions : un nombre important d’enfants adoptés sont au final rejetés par leur propre famille d’accueil. Il s’agit donc d’un problème qui n’est pas en soi constitutif des naissances par GPA.

b) Les condamnations pour pédophilie du père constituent un sujet de débat réel, mais elles ne peuvent pas être reliées à la GPA. Un pédophile peut-il élever des enfants près de 20 ans après avoir été condamné ? A-t-il purgé sa peine et expié son crime, ou bien doit-il être empêché à vie de pouvoir élever des enfants ? Ce sont des questions morales, juridiques et sociales qui peuvent être traitées par les parlementaires ou les juristes, et au cas par cas par les médecins ou les services sociaux. Mais ces questions et leurs réponses ne concernent pas spécifiquement les naissances qui ont lieu par GPA : elles sont communes à tous les types de naissance. On notera d’ailleurs que le fils de David Farnell est intervenu pour prendre la défense de son père : « Il a un coeur d’or. Il a fait des erreurs, et nous l’avons accepté. Il a payé pour ça ». Quoi qu’il en soit, une décision sera prise par les juges et les services sociaux, et elle devra être acceptée : mais ce fait n’a à rien de spécifique avec la GPA, qui puisse légitimer son autorisation ou son interdiction.

S’il faut vraiment tirer des conclusions de cette affaire, je pense qu’elles sont de trois ordres.

D’abord, elle montre l’importance primordiale du rôle de l’agence et du contrat dans un processus de gestation pour autrui. Pour Delphine Lance, doctorante à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, et qui réalise actuellement sa thèse sur la Gestation pour Autrui  :

« Il y a clairement eu une énorme défaillance de la part de l’agence. La mère porteuse et les parents australiens ne se sont jamais rencontrés : ce n’est pas normal ! De plus, il n’y a vraisemblablement eu aucun screening psychologique – et s’il y en a eu un, on ne peut pas dire qu’il ait été utile ou efficace. La mère porteuse affirme avoir participé à cette GPA pour rembourser ses dettes : dans ces conditions, elle n’aurait jamais dû être acceptée. Sans compter que la mère porteuse est apparemment une bouddhiste très croyante, et que les parents n’ont même pas l’air d’en avoir été informés ! Dans ce cas, ce n’est absolument pas la GPA dans son ensemble qui doit être critiquée, ni même, en soi, la GPA en Thaïlande : c’est avant tout l’agence, précisément, car elle est apparemment au centre de tous les problèmes que ce couple et la mère porteuse ont rencontrés jusqu’ici ».

Delphine Lance insiste sur l’intérêt d’avoir un contrat clair :

« Dans Paroles de femmes porteuses, mon documentaire sur la GPA en Ukraine et aux USA que je présenterai à partir du mois de septembre 2014, une surrogate américaine témoigne avec ce paradoxe : « Le contrat n’est pas important… jusqu’à ce qu’il soit très important » ! C’est très vrai, et ce cas thaïlandais le prouve bien. »

Ensuite, cette affaire rappelle que des cas tragiques sont possibles (le cas de l’Américaine Crystal Kelley le montre également). Certes, mais parallèlement, des milliers de GPA se déroulent correctement à travers le monde. Selon un proverbe : « quand un arbre tombe, on l’entend ; mais quand la forêt pousse, il n’y a pas de bruit ».  Il faut d’après moi garder un état d’esprit serein pour réfléchir calmement sur ce cas, et se libérer des oeillères de l’indignation. La sociologue Dominique Mehl a retoqué les arguments de Ludovine de la Rochère dans un débat sur Europe 1 ; la chaîne TMC est revenue cette semaine sur la vie de deux enfants nés par GPA qui mènent une vie heureuse dans leur famille homoparentale ; et les associations militantes comme l’APGL, l’ADFH, Clara ou Maïa comptent, dans les familles qui y adhèrent, des dizaines d’enfants nés par GPA, et qui vivent avec leurs parents comme tous les autres enfants.

Irène Théry

Irène Théry

Enfin, la France ne peut pas faire l’économie d’une véritable réflexion sur la gestation pour autrui, contrairement à ce que voudrait faire croire une classe politique largement hypocrite, lorsqu’elle affirme que la question a été résolue avant même d’avoir été posée. Dans une interview donnée à ce sujet dans L’Express, la sociologue Irène Théry affirme que ce cas « ne nous apprend rien sur les nombreux cas de GPA éthiques, qui existent aussi et que certains pays – comme aux Etats-Unis- encadrent très bien ». Elle propose « sur le modèle de la Convention de la Haye sur l’adoption, la création d’un instrument international de lutte contre l’asservissement des femmes dans les cas de gestations pour autrui contraires aux droits fondamentaux de la personne ».  On peut d’ailleurs écouter ici le débat sr la GPA l’opposant au psychanalyste Jean-Pierre Winter, dont Yagg a réalisé le compte rendu.

De même, le docteur Israël Nisand voit dans cette affaire la preuve que la GPA doit être encadrée, car l’absence de règles et l’interdiction favorisent le recours à des mères porteuses étrangères, y compris dans des conditions déplorables comme celles qui ont prévalu dans le cas de Pattaramon Chanbua. C’est effectivement la voie de la sagesse qui amène, comme l’ont déjà demandé d’autres personnalités comme Martine Gross, Caroline Mécary ou Anne-Marie Leroyer, à réclamer un encadrement strict, clair et réaliste de la GPA, en s’inspirant de ce que proposent depuis des années des états américains, des provinces canadiennes… ou des pays européens.

Une chose est sûre : l’affaire est à suivre… et elle pourrait bien avoir, très vite, des répercussions sur les législations du monde entier, dont la flagrante disparité actuelle montre toute la complexité de l’encadrement juridique de la gestation pour autrui.

Famille | France | Histoire | Homoparentalité | Homophobie | International | Livres | Medias | Politique | Sociologie | Zemmour | 04.08.2014 - 02 h 23 | 7 COMMENTAIRES
Pourquoi les droits des minorités (dont les LGBT) ont-ils fait naître une polémique autour des 17e Rendez-vous de l’Histoire de Blois ?

Étiquettes : , , , , , , ,

Lancée dans un premier temps par Libération, une vive polémique est née cette semaine au sujet des 17e Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Elle a très vite pris de l’ampleur en étant relayée par de multiples médias comme Actualitté, la Nouvelle République, Toute la culture, la République des Livres (le blog littéraire de Pierre Assouline) ou BiblioObs (le site littéraire du Nouvel Observateur). Pour en comprendre les enjeux, revenons sur cette querelle, qui n’est pas celle des Anciens et des Modernes, mais qui amène à se poser de vraies questions sur la conception, l’organisation et les conditions de la vie intellectuelle en France et en Europe.

1) Les Rendez-vous de l’Histoire : le calme avant la tempête.

Du rififi à Blois ?

Blois, écrin paisible des RVH 2014

Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois, qui auront lieu cette année du 09 au 12 octobre 2014, sont une véritable institution dans le champ culturel français. Depuis 17 ans, ils constituent chaque année un événement incontournable pour les passionnés d’histoire, en donnant lieu à des débats et conférences destinés aussi bien aux chercheurs, enseignants et étudiants qu’au grand public désireux d’approfondir ses connaissances dans le domaine historique.

Fin juillet 2014, on apprend cependant, par les réseaux sociaux puis par une tribune parue dans Libération, que la belle harmonie consensuelle dans laquelle s’inscrivent habituellement ces rendez-vous a volé en éclats pour cette édition. Tout était pourtant bien parti : après avoir traité des sujets comme « Les utopies » (2000), « L’Argent » (2006), « Les Européens » (2008) ou « L’Orient » (2011), l’édition 2014 est consacrée au thème « Les rebelles ». La personnalité choisie pour présider cette édition est d’une envergure scientifique incontestable : il s’agit de Michelle Perrot, militante féministe et historienne unanimement reconnue. Aucune fausse note n’était donc a priori à craindre.

2) « J’ai accepté par erreur ton invitation »

Le scandale est arrivé par là où on ne l’attendait pas. Le 29 juillet, Edouard Louis, étudiant en sociologie à l’Ecole Normale Supérieure ainsi qu’à l’Université de Picardie-Jules Verne, et auteur du roman Pour en finir avec Eddy Bellegueule, publie sur twitter le message suivant :

« J’ai dû annuler ma participation aux Rendez vous de l’Histoire de Blois, voyant que l’horrible Gauchet faisait la conférence inaugurale (!?) »

Le philosophe Geoffroy de Lagasnerie publie peu après un twitt similaire :

Comme Edouard Louis, j’ai annulé ma participation aux Rendez-vous de l’Histoire pour protester contre la présence de Marcel Gauchet.

En effet, la conférence inaugurale des rendez-vous doit être tenue, le 9 octobre 2014, par l’historien et sociologue Marcel Gauchet. Pour expliquer leur décision, les deux jeunes intellectuels publient, chacun sur son site personnel, un texte commun, qui est repris dès le lendemain 30 juillet sous forme de tribune dans Libération. Ils y précisent les motivations de leur démarche, et, s’il semble nécessaire de lire ce court texte dans son intégralité, on peut néanmoins tenter de le résumer et de le commenter en quelques paragraphes de synthèse.

3) Une tribune contre Marcel Gauchet, moteur et promoteur du retour en arrière.

Manifestation féministe en 2014.

Manifestation féministe en 2014.

Selon les deux auteurs de cette tribune, Marcel Gauchet est un penseur résolument réactionnaire, qui a constamment vilipendé les grands mouvements d’émancipation sociale et sociétale qui ont animé la France durant les dernières décennies (dont, entre autres, la lutte pour l’égalité des droits entre couples hétérosexuels et couples de même sexe). Que Marcel Gauchet réalise précisément la conférence inaugurale de ces Rendez-vous consacrés cette année à la rébellion, est donc tout à la fois un non-sens, une insulte et une humiliation pour ceux qui ont vraiment été « rebelles » dans leur époque, qu’ils soient connus ou anonymes : féministes, militants LGBT, acteurs des grands événements sociaux… En effet, Marcel Gauchet n’a eu de cesse de lutter contre leurs actions et leurs valeurs, que ce soit en son nom propre ou par le biais d’ « idéologues réactionnaires » dont il a contribué à diffuser et légitimer la pensée. De fait, il n’est besoin que de consulter le numéro le plus récent de la revue qu’il dirige, ou de se pencher sur l’historique de cette revue, pour découvrir que ces accusations, si elles sont certes graves et vigoureuses, n’en sont pas moins justifiées par les faits.

Car Marcel Gauchet n’a pas peur de réaliser par exemple un dossier à charge, dirigé exclusivement et directement contre « les enfants du mariage homosexuel », où l’on peut lire, sans la moindre nuance ni contradiction, que l’homosexualité est un choix de vie personnel, qu’elle est totalement contre-nature, qu’elle peut mettre fin à la survie de l’espèce humaine et des sociétés, que les droits LGBT nous mèneront au totalitarisme, et que les enfants des familles homoparentales sont tous comparables aux enfants maltraités ou aux filles mariées de force par leur père.

Mai 68

Mai 68 : l’Odéon est occupé par des manifestants

Clairement associé depuis longtemps à la « révolution conservatrice », selon l’expression de Didier Eribon, Marcel Gauchet s’est opposé à la « pensée 68 », et en particulier à tout ce qui, de près ou de loin, pouvait remettre en cause l’autorité établie des institutions toutes-puissantes du début des années 60 : la famille nucléaire hétérosexuelle, le mandarinat universitaire, l’hégémonisme phallocratique de la domination masculine, l’infaillibilité des dogmes religieux, l’autoritarisme du politique incontestable… Fustigeant tour à tour l’anti-racisme, le féminisme, la « génération 68 », etc., Gauchet et la plupart de ses amis invités à contribuer à sa revue ont développé et défendu les thèses qui font aujourd’hui le bonheur d’Eric Zemmour, inspirent parfois Alain Soral, font le lit du Front National, sont étalées régulièrement dans Causeur et Minute ou diffusées sur Radio Courtoisie. Ils ont donné à ces opinions le sceau d’une certaine légitimité médiatique et universitaire, en voulant faire passer pour des adversaires acharnés du bien de l’humanité les « rebelles » qui ont combattu, eux, sous quelque forme que ce soit, pour leurs droits, pour le droit des autres et/ou pour l’amélioration de la société.

Face à cet état de faits, Edouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie concluent leur tribune en appelant l’historienne Michelle Perrot « à démissionner de son poste de présidente de cette 17ème édition » des Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Soutenus et rejoints dans leur décision par le sociologue et écrivain Didier Eribon, qui a lui aussi annulé sa participation, ils appellent également les autres intervenants de ces rencontres à ne pas se rendre aux débats auxquels ils sont invités.

4) Marcel Gauchet aux Rendez-vous de l’Histoire : l’arbre qui cache la forêt des « débats » biaisés.

Ceci étant posé, il faut cependant bien comprendre que la simple figure de Marcel Gauchet n’est pas, en réalité, l’objet principal de l’indignation des trois intellectuels qui ont annulé leur venue. Ce qui motive en arrière-plan leur riposte déterminée, c’est bien plutôt l’organisation de plus en plus fréquente de tels débats biaisés qui, « dans le champ culturel, intellectuel ou médiatique » en arrivent subrepticement, par leur organisation même, à « légitimer les opinions les plus violemment conservatrices », sous couvert d’équilibre des opinions et du respect de l’esprit démocratique.

Pour bien saisir les enjeux du problème, qui dépassent très largement cet événement ponctuel mais significatif, il est sans doute nécessaire de prendre quelques exemples, malheureusement bien connus de la plupart d’entre nous. Pour le bien de la démonstration, et pour aborder les choses le plus simplement possible, nous nous limiterons au strict domaine des médias audio-visuels pour illustrer le problème mis au jour par cette affaire.

Le "débatteur" Eric Zemmour.

Le « débatteur » Eric Zemmour.

Les « débats » de France 2, RTL, I-Télé et Paris Première ont légitimé les paroles violentes et haineuses de « débatteurs » patentés comme Robert Ménard et Eric Zemmour, qui étaient les « chroniqueurs » et invités réguliers d’émissions où ils pouvaient à loisir cracher sur tous les mouvements sociétaux d’émancipation (auxquels ils appellent d’ailleurs toujours régulièrement leurs partisans à s’opposer de toutes leurs forces). Dans l’ensemble des médias, on a pu entendre discourir de manière très régulière, et trop souvent sans l’ombre de la moindre contradiction, des « invitées » comme Christine Boutin ou Frigide Barjot – cette dernière ayant fait jouer tous ses contacts médiatiques et politiques pour apparaître le plus souvent possible dans les médias, et même pour être reçue à l’Elysée, sans aucune légitimité d’aucune sorte.

N’a-t-on pas vu même Alain Soral, condamné dès 2007 pour diffamation raciale et incitation à la haine raciale, deviser et pérorer tranquillement sur les plateaux de France 3 jusqu’en 2011 ? Les exemples les plus édifiants pourraient être multipliés à l’envi. Cette réflexion n’est d’ailleurs pas limitée qu’à la France : la présentatrice allemande Sandra Maischberger a par exemple elle aussi été sous le feu des critiques cette année lorsque, pour « débattre » d’un sujet en lien avec les LGBT, elle a invité des « homophobes notoires » à s’exprimer, comme la journaliste conservatrice et anti-féministe Birgit Kelle ou le lobbyiste protestant Hartmut Steeb.

A partir de là, il n’est certes pas question de s’opposer au principe du débat en général, ni de renier le principe de la liberté d’expression. Mais il faut se demander si, dans l’espoir noble (mais vain) de représenter tous les points de vue, ou dans l’ambition plus prosaïque de faire parler de soi grâce à quelques propos scandaleux, il est bon de faire prospérer, au nom du débat, les pensées les plus extrémistes, réactionnaires et délétères.

5) Le débat éthique et « les hérétiques ».

Marcel Gauchet a beau jeu de verser dans l’insulte, en affirmant que la polémique dont il est l’objet n’est due qu’à son rejet (réel, au demeurant) des travaux de Bourdieu et Foucault. Il affirme ainsi au Nouvel Observateur :

« Pour les plus fébriles des séides [de Bourdieu et Foucault], j’ai commis le péché ultime en portant une main sacrilège sur des idoles. Ils ne veulent pas débattre. Ils excommunient, ils chassent les hérétiques. »

Gare à Torquemada !

Gare à Torquemada !

Mais la question n’est pas de « vouloir débattre » : la question est de savoir quelle sont l’ambition et la légitimité du débat posé. Quelle signification et quel crédit peut-on apporter à une série de débats sur « Les rebelles », lorsque la conférence inaugurale de l’événement est attribuée à un homme qui a justement toujours prôné une opposition résolue à toute forme de « rébellion » favorisant un tant soit peu l’émancipation et l’égalité des individus dans les domaines sociaux et sociétaux ?

D’ailleurs, que « l’hérétique » se rassure : il est d’ores et déjà soutenu par un allié de poids – le bon Michel Chassier, secrétaire départemental du Front National du Loir-et-Cher. Ce dernier vient en effet de lui adresser sur son blog ses encouragements contre « cette exclusion inquisitoriale ». Il prône la « tolérance » pour cet homme qui « réfléchit sur la démocratie et l’école » et « polit ses arguments », tandis qu’Edouard Louis, présenté par le FN comme « syndicaliste gauchiste » et « militant homosexuel », ne saurait que « surfer sur des thèmes plus accrocheurs comme l’homosexualité ». Le FN volant au secours de Marcel Gauchet : voilà bien qui montre, une fois encore, que l’on a les amis qu’on mérite !

6) Mais qui sont les rebelles ?

Plus sérieusement, on comprend sans doute mieux pourquoi c’est Edouard Louis qui, le premier, a été sensible à cette aberration intellectuelle et morale. Il revendique justement, lui, de s’être rebellé à la fois contre la classe sociale à laquelle le système l’avait assigné, et contre les injures et actes homophobes qu’il a endurés. C’est précisément autour du thème de « l’insoumission en héritage » qu’il a réuni plusieurs personnalités contemporaines, afin d’étudier les apports de la pensée de Pierre Bourdieu pour le monde d’aujourd’hui. C’est également le titre « Duras, l’insurrection » qu’il a choisi pour sa conférence-lecture au festival d’Avignon. Quel que soit le jugement que l’on porte par ailleurs sur le roman qui l’a fait connaître au (très) grand public, on ne peut douter du fait que « la rébellion » soit un thème qui lui tient à coeur et dont il parle avec intérêt.

Des rebelles des années 2000-2010

Des rebelles des années 2000-2010

Finalement, la meilleure contribution à cette série de « débats » sur la rébellion pourrait bien être l’acte de ces trois intellectuels, qui se sont justement « rebellés » à la fois contre un homme qui s’est toujours lui-même opposé aux rébellions, émancipatrices, mais aussi et surtout contre un système qui tend à promouvoir les pensées les plus extrêmes sous couvert de « débats » qui lui permettent de se donner bonne figure.

Lorsque, dans quinze ans, des sociologues et historiens se pencheront sur le thème de la rébellion dans les années 2010, ils parleront forcément de la rébellion pacifique qui a permis aux minorités d’accéder peu à peu à l’égalité des droits (malheureusement encore fort incomplète) ; ils parleront sans doute des tentatives de rébellion haineuses, lancées par des groupuscules réactionnaires pour s’opposer à cette égalité, mais heureusement avortées malgré leur violence ; ils parleront peut-être de l’acte de rébellion qui a été initié par Edouard Louis, Geoffroy de Lagasnerie et Didier Eribon, s’il permet de donner lieu à une réflexion plus large sur les conditions du « débat » et de la vie intellectuelle, culturelle et médiatique ; mais il y a bien peu de chances pour qu’ils fassent référence, en termes élogieux, au choix de Marcel Gauchet comme responsable de la conférence inaugurale des Rendez-vous de l’Histoire de Blois.

Se passionner pour l’histoire, n’est-ce pas également s’intéresser au temps présent, et se pré-occuper de l’avenir ? Les organisateurs de cette édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois n’en semblent malheureusement pas du tout convaincus.

Famille | France | Homophobie | International | Musique | People | Politique | Religion | UMP | Zemmour | 11.05.2014 - 17 h 18 | 9 COMMENTAIRES
Ulcérée par la victoire de Conchita Wurst à l’Eurovision, La Manif pour Tous lance son propre concours de chansons : la Droitovision.

Étiquettes : , , , , ,

La victoire de Conchita Wurst à l’Eurovision 2014 n’a pas fait que des heureux. Dès ce dimanche matin, Christine Boutin a protesté contre cette victoire, qui est, selon elle, « l’image d’une société en perte de repère niant la réalité de la nature humaine ». Samuel Lafont, militant de la Manif pour Tous, s’est insurgé contre la prestation de l’Autriche et les encouragements des fans de Conchita.

La Manif pour Tous a donc décidé de réagir en organisant à son tour un concours de la chanson, concurrent de l’Eurovision : la Droitovision. Voici en direct la retransmission de ce concours :

(Durant le générique, Eric Zemmour et Ludovine de la Rochère apparaissent à l’écran, lui dans un élégant costume bleu et noir, elle en tailleur rose. Ils parlent une fois le générique terminé.)

Eric Zemmour – Bienvenue, chers téléspectateurs, au grand concours de la Droitovision ! La Droitovision est le concours international de la chanson, mais la participation et le vote y sont réservés aux purs citoyens Français, afin de préserver le concours des hordes de Tchétchènes, de Roms et de Kosovars qui sont à l’origine de la délinquance en France.

Ludovine de la Rochère – Bienvenue à toutes et tous, femmes et hommes, en direct de ce beau lieu qu’est le Sacré-Coeur. Ici, vous ne verrez pas de travelo étranger gagner le concours : tous les chanteurs et les chanteuses sont des femmes ou des hommes, des vrais, et ils ont tous été auscultés par le bon Docteur Dor, un ami personnel.

Eric Zemmour – En direct sur l’ORTF, RTL, Radio Courtoisie et BFN, la chaîne de l’extrême, nous allons maintenant écouter les grands artistes de droite qui nous font l’honneur de concourir ce soir.

Ludovine de la Rochère – Le premier concurrent est d’une droite un peu molle : il a d’ailleurs passé de justesse les sélections de demi-finale. Il s’agit du député Jean Lasalle, qui a heureusement rappelé que le « mariage pour tous » est « à mille lieues des préoccupations des Français« , et que la gauche n’aurait pas dû utiliser le mot « mariage » pour ce projet funeste.

Eric Zemmour – Jean Lasalle représente la belle contrée du Béarn, rattachée à la couronne de France par Louis XIII en 1620, à une époque où l’on avait encore le sens de la nation. Ecoutons l’interprétation de Jean Lasalle, qui est un chant traditionnel harmonieux et doux, comme le sont nos belles contrées françaises.

Ludovine de la Rochère – C’était magnifique ! On aurait dit les cantiques que je chantais plus jeune à l’Ecole du Saint Enfant Jésus pour la semaine Sainte !

Eric Zemmour – Si je n’étais pas incapable de la moindre émotion, je verserais une larme.

Ludovine de la Rochère – Mais voici déjà notre seconde candidate. Elle représente le Nord-Ouest de la France, où elle est très présente depuis quelques années.

Eric Zemmour – C’est une candidate originale, puisqu’on dit que la chanson qu’elle a choisie donne un aperçu assez complet de son programme politique.

Ludovine de la Rochère – C’est exact, Eric ! Sachez que cette chanson part favorite pour les prochains concours européens : on lui attribue déjà la majorité des suffrages français !

Eric Zemmour – Je m’en réjouis, Ludovine. Je note toutefois que cette seconde candidate rend malheureusement hommage à une chanteuse qui n’est pas des plus honorables, et dont la nationalité pseudo-italiano-égyptienne n’est pas sans évoquer ces élites cosmopolites germano-pratines dont parle Philippe Muray, et que l’absence de patrie claire rend ostensiblement agressives envers nous, les Français de souche.

Ludovine de la Rochère – Oui, Eric. Voici donc la seconde candidate, pour la circonscription Nord-Ouest :

Eric Zemmour – C’est un peu court, mais c’est beau ! On en redemande ! Mais nous passons tout de suite au candidat qui, grâce au tilde dans son nom et à sa maîtrise parfaite des langues étrangères, représente nos amis espagnols.

Ludovine de la Rochère – Il a 34 ans, il est sur les listes du parti Force Vie aux élections européennes, il a participé aux Veillées des Veilleurs, il se dit homosexuel abstinent et…

Eric Zemmour, l’interrompant – Comment, c’est un pédéraste ? Soyons clairs : le lobby gay a donc pénétré la Droitovision ?

Ludovine de la Rochère – Oui, Eric, enfin, non, je…, euh,… Attention, il va commencer à chanter, taisez-vous !

(Pendant le début de la chanson, Eric Zemmour quitte la salle, furieux)

Ludovine de la Rochère (seule) – Mais enfin, Eric, revenez, c’est ridicule ! Je vous dis qu’il est abstinent !

Eric Zemmour (dans les coulisses) – Je m’en fous ! C’est un pédéraste ! Je suis scandalisé par la puissance de ce lobby du jendère qui pollue tout, jusqu’à l’organisation de cette manifestation culturelle honnête et exemplaire qu’est la Droitovision !

Ludovine de la Rochère – Chers amis, je vous prie de nous excuser pour ces légers désagréments, liés aux aléas du direct. Ecoutons maintenant le 4eme concurrent, qui vient tout juste d’être canonisé – j’espère que cela n’influencera pas vos votes ! Il est le candidat du Vatican : on l’écoute donc religieusement !

Eric Zemmour, maugréant – Bah, après un pédéraste, un Polonais émigré en Italie : la Droitovision sombre décidément dans la décadence. Comme le disait Bossuet dans ses Oraisons funèbres, « Depuis ce malheureux moment, tout alla visiblement en décadence, et les affaires furent sans retour ». Pensez-y, Ludovine, pensez-y !

Ludovine de la Rochère, affichant un sourire de façade et essayant de le calmer – Cher Eric, la concurrente suivante va forcément s’attirer tous vos suffrages. Elle représente le 16e arrondissement de Paris, du moins jusqu’à son prochain déménagement, dont on me dit qu’il devrait arriver bientôt. Il s’agit d’une chanteuse subtile, qui chante l’Hymne à l’Amour ressenti par toute femme pour les hommes, dans le cadre du mariage devant Dieu bien sûr.

Eric Zemmour – Je n’ai pas encore entendu la chanson, mais je vous fais confiance : j’espère que la concurrente suivante saura faire résonner ce si beau lieu du Sacré Coeur de toutes les subtilités de la langue de Molière.

Ludovine de la Rochère – Nous n’avons pas toujours été d’accord, elle et moi, mais là je pense que vous tomberez sous le charme de sa beauté simple et de son intelligence raffinée. Ecoutons-là tout de suite :

Eric Zemmour – C’est très frais, c’est intelligent… C’est tout à fait la définition du « génie français », tel qu’il a été chanté par Charles Maurras ou Maurice Barrès. On dirait des poèmes de Charles Péguy… Vous avez déjà lu Péguy, Ludovine ?

Ludovine de la Rochère, réfléchissant – Euh… Peggie Sue et les fantômes ?

Eric Zemmour, dépité – Bah, laissez tomber… Ecoutons plutôt la candidate suivante, qui nous vient du grand Est de la France. On la dit en deuxième position, actuellement, dans les suffrages des Français pour les prochains concours de la chanson.

Eric Zemmour – « Comme un garçon ! » Non mais, vous vous moquez de moi ! C’est ça, votre concours de droite vigi-gender, avec des femmes qui sont des femmes et des hommes qui sont des hommes ? Morano chantant « Comme un garçon » ? Non mais je ne sais pas ce qui me retient de me casser d’ici !

Ludovine de la Rochère – Allons, Eric, pensez à la somme qu’on vous donne, ça vous fera rester encore un peu…

(Eric Zemmour ne répond pas, et sort une calculatrice. Il pianote quelques chiffres.)

Ludovine de la Rochère – Traversons la France, qui est si belle, et rendons-nous à présent dans le Sud-Est, d’où nous vient Jean-Marie, qui y est actuellement en campagne électorale.

Eric Zemmour, rangeant sa calculatrice, et avec enthousiasme – Je ne vous cache pas que cette chanson est ma favorite !

Eric Zemmour – Avec une chanson pareille, il est bien entendu que si Jean-Marie ne gagne pas, ce sera encore une preuve du vaste complot judéo-maçonnique à la solde du grand capital, qui, en lien avec les bolchéviques apatrides elgébétés, veut répandre la théorie du jendère pour tuer nos enfants.

Ludovine de la Rochère – Tout à fait, Eric. Mais voici maintenant ma candidate préférée : femme de coeur, vaillante, intelligente, pleine d’humanité, elle représente le beau territoire de Rambouillet dont elle est conseillère générale. Nous écoutons à présent Christine Boutin et sa chorale jeune et joyeuse !

Eric Zemmour – Ah, je comprends qu’il s’agisse de votre candidate préférée, Ludovine. Vous êtes une femme de goût !

Ludovine de la Rochère – Merci Eric ! Les candidats sont tous passés : c’est maintenant au jury de faire son choix, ainsi qu’à vous, cher public. Le jury est constitué d’artistes et de professionnels artistiques incontestables : Hervé Mariton, qui jugera des costumes des candidats ; Doc Gynéco, qui évaluera la qualité des textes ; Xavier Bongibault, expert international en coiffures péroxydées ; et Patrick Buisson, maître en enregistrements sonores. Mireille Mathieu, présidente du jury, donnera son avis sur la qualité du chant et la modernité de l’interprétation.

Eric Zemmour – En attendant les votes, faisons une petite pause musicale tirée d’un grand film dans l’histoire du cinéma :

Ludovine de la Rochère – C’est toujours une chanson aussi enthousiasmante. J’en suis toute émue.

Eric Zemmour – Je vous rappelle que vous êtes une femme, Ludovine. Il n’est donc pas étonnant que vous donniez constamment dans le sentimentalisme mielleux et la moraline au goût guimauve. Cela devrait d’ailleurs vous rappeler qu’au lieu de pérorer ici, vous feriez bien d’être chez vous à élever vos marmots et à passer la serpillère. Mais enfin puisque vous êtes là, rendez-vous utile :  annoncez-nous les résultats des votes du public.

Ludovine de la Rochère, sans se démonter – Eh bien, Eric, voici donc les résultats. (Elle ouvre une première enveloppe). Les 12 points du public français vont à… (Elle déplie la feuille et la lit) Eh bien euh…

Eric Zemmour – Alors, bécasse ?

Ludovine de la Rochère (d’une voie cassée, peu à peu au bord des larmes) – Eh bien, en fait… c’est écrit que… euh… hum… la soirée a été un tel bide… que personne n’a voté.

Eric Zemmour – Ah, le lobby elgébété, je le savais !

Ludovine de la Rochère – Oui, c’est la dictature socialiste qui a dû couper le téléphone et empêcher les gens de voter

Eric Zemmour – Mais il nous reste le vote du jury, Ludovine !

Ludovine de la Rochère – Oui, Eric, vous avez raison. Je vais donc le lire. (Elle ouvre une seconde enveloppe). Les 12 points du jury français vont à… (Elle déplie la feuille et la lit) Eh bien euh…

Eric Zemmour – Eh bien quoi encore, gourgandine ?

Ludovine de la Rochère – Il est écrit que le jury, en proie à de vifs désaccords internes, n’a pas pu se prononcer. Mireille Mathieu et Xavier Bongibault se sont disputés pour savoir qui avait la plus belle coiffure, Doc Gynéco s’est endormi, et Patrick Buisson est parti avec les enregistrements de toutes les chansons. Quant à Hervé Mariton, il n’est même pas venu : il fait semblant de lire le livre d’Edouard Louis depuis trois mois.

Eric Zemmour – C’est une catastrophe ! C’est la Bérézina ! C’est Waterloo ! C’est Verdun ! C’est la décadence !

Ludovine de la Rochère – Chers amis de droite, nous allons être contraints de rendre l’antenne. Nous déplorons ces circonstances, et nous demandons à être reçus immédiatement par Manuel Valls, Laurence Rossignol, et toute leur bande d’anti-démocrates primaires. Avant de nous quitter, nous avons bien sûr une pensée particulière pour les candidats qui n’ont pas pu être présents ce soir avec nous : David Douillet,  d’abord, qui n’a pas trouvé le chemin de la scène ce soir et qui vient de nous appeler depuis la cathédrale de Chartres où il s’est perdu. D’autre part, Sylviane Agacinski est retenue sur l’île de Ré par une tempête inattendue, et c’est désormais son mari qui chante pour elle. Nous remercions enfin nos partenaires vestimentaires, sans qui cette soirée n’aurait pas été possible : Lonsdale, Hugo Boss et les carrés Hermès. Nous nous quittons sur cette belle chanson, inspirée de Renaud, que j’ai choisie en hommage à ma candidate-fétiche dans la compétition. A l’année prochaine pour une nouvelle édition de la Droitovision !

Adoption | Associations | France | Histoire | International | Mariage | Politique | Quiz | 29.12.2013 - 02 h 05 | 0 COMMENTAIRES
Quiz de l’actualité LGBT : l’année 2013 en 20 questions.

Étiquettes :

L’année 2013 a été riche en actualités pour les LGBT de France et du monde entier. Mais avez-vous bien suivi les événements de cette année ?

Les 20 questions ci-dessous vous aideront à tester vos souvenirs… et à rafraîchir votre mémoire !

Petit conseil : avant de commencer le test, munissez-vous d’un papier et d’un crayon, ou bien ouvrez un fichier de traitement de texte, pour noter quelque part la réponse que vous choisissez pour chaque question.

Bon courage à toutes et tous !

 

Question 1 – Rapporteur du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, Erwann Binet est député PS de la huitième circonscription…

A/ De Dordogne

B/ De l’Hérault

C/ De l’Isère

D/ Du Doubs

 

Question  2 – Le 13 janvier 2013, la « Manif pour tous » lance une nouvelle manifestation contre l’égalité des droits. Peu avant la manifestation, Xavier Bongibault se laisse aller à une étonnante comparaison qui déclenche un tollé. Selon lui : « La ligne que défend aujourd’hui François Hollande », c’est « la ligne qui était défendue par un homme…

A/ Que la Russie a accueilli à partir de 1917″.

B/ Que Vichy a hébergé pendant la seconde guerre mondiale ».

C/ Que la Chine a subi durant des dizaines d’années ».

D/ Que l’Allemagne a bien connu à partir de 1933″.

 

Question 3 – Le 1er février 2013, au cours des débats sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, le député Jacques Myard (UMP) entame une défense de « l’altérité sexuelle » et de l’égalité entre les sexes. Pour appuyer sa démonstration, il développe un exemple surprenant, et commence son raisonnement en déclarant à une députée PS : « Madame Coutelle, je vais vous faire un aveu : je fais très bien…

A/ l’amour à ma compagne

B/ les petits gâteaux de Bretagne

C/ le guide en haute montagne

D/ le poulet au champagne

 

Question 4 – A l’Assemblée nationale, la députée Corinne Narassiguin a été responsable pour le groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Elle ne pourra pas assumer cette charge jusqu’au vote de la loi, car, le 15 février 2013,…

A/ Le conseil constitutionnel invalide son élection

B/ Elle est nommée au cabinet de François Hollande

C/ Elle choisit de devenir députée européenne

D/ Elle est élue maire d’une grande ville des USA

 

Question 5 – En mars 2013, le Monde observe à la loupe les trente-sept associations co-organisatrices de la Manif pour tous. Parmi elles, beaucoup sont de simples coquilles vides. Laquelle de ces propositions ne désigne pas l’un des mouvements qui ont été affichés comme soutien de la Manif pour Tous ?

A/ Enfance Equilibre

B/ Le Cler Amour et Famille

C/ Enfants de tous pays

D/ Cosette et Gavroche

 

Question 6 – Le 24 mars 2013, Christine Boutin s’évanouit durant une manifestation contre l’égalité des droits, où elle prétend avoir aspergée de gaz lacrymogène. Les parodies se succèdent très vite sur internet, notamment grâce au tumblr « Joue-la comme Boutin ». Sur Canal +, quelle femme politique ira jusqu’à faire semblant de s’évanouir dans son fauteuil pour parodier le malaise de Christine Boutin ?

A/ Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des Territoires et du Logement

B/ Roselyne Bachelot-Narquin, ancienne ministre de la Santé et des Sports

C/ Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique

D/ Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, ministre des Droits des Femmes

 

Question 7 – Le 12 avril 2013, le Sénat approuve le projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Parmi ces parlementaires, qui a voté en faveur du mariage pour tous ?

A/ Fabienne Keller (UMP)

B/ Jean-Noël Guerini (PS)

C/ Roger Karoutchi (UMP)

D/ Jean-Pierre Chevènement (MRC)

 

Question 8 – Le 23 avril 2013, à 17h05, Claude Bartolone annonce : « Après 136 heures et 46 minutes de débats, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe ». Christiane Taubira prononce alors un émouvant discours où elle s’adresse en particulier aux jeunes LGBT « qui ont été blessés et désemparés » par les opposants au mariage pour tous. Elle leur demande solennellement de « garder la tête haute » face à l’adversité. Elle conclut son intervention par la phrase : « Les vérités tues – celles que l’on tait – deviennent vénéneuses », qui est une citation tirée des oeuvres de…

A/ Friedrich Nietzsche

B/ René Char

C/ Aimé Césaire

D/ Paul Eluard

 

Question 9 – Lors du vote de la loi à l’Assemblée nationale en avril 2013, quel farouche opposant à la loi sur le mariage pour tous s’est trompé, et a voté en faveur du mariage pour tous?

A/ Hervé Mariton

B/ François Fillon

C/ Henri Guaino

D/ Gilbert Collard

 

Question 10 – Après validation du texte par le Conseil constitutionnel, François Hollande peut enfin promulguer la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe…

A/ Le 06 mai 2013

B/ Le 10 mai 2013

C/ Le 15 mai 2013

D/ Le 18 mai 2013

 

Question 11 – Après y avoir été autorisés quelques mois, puis interdits durant quatre ans, les mariages entre personnes de même sexe peuvent à nouveau être célébrés dès le 29 juin 2013

A/ En Uruguay

B/ En Californie

C/ Au Brésil

D/ A Hawaï

 

Question 12 – Le 11 juillet 2013, Michel Teychenné remet officiellement à l’un des principaux ministres du gouvernement Ayrault son rapport consacré à la lutte contre les discriminations LGBT-phobes…

A/ A l’école

B/ En entreprise

C/ A l’armée

D/ Dans le sport

 

Question 13 – Le 19 août 2013 ont lieu les tout premiers mariages entre personnes du même sexe célébrés…

A/ En Angleterre

B/ En Australie

C/ En Nouvelle-Zélande

D/ En Nord Pas-de-Calais

 

Question 14 – Le 28 septembre 2013, dans quel pays la gay pride est-elle interdite pour la troisième année consécutive « en raison de sérieuses inquiétudes concernant la sécurité » ?

A/ En République tchèque

B/ En Serbie

C/ En Hongrie

D/ En Croatie

 

Question 15 – Durant l’été 2013, Dominique, de nationalité française, et son compagnon Mohammed, de nationalité marocaine, souhaitent se marier. Mais une ancienne convention bilatérale entre le Maroc et la France semble rendre impossible ce mariage entre les deux hommes. Le 11 octobre 2013, le tribunal de grande instance de Chambéry rend son verdict sur ce mariage. Laquelle de ces propositions est vraie ?

A/ Le tribunal de grande instance a interdit le mariage de Dominique et Mohammed en première instance

B/ La cour d’appel a autorisé le mariage de Dominique et Mohammed

C/ La cour de cassation a interdit le mariage de Dominique et Mohammed

D/ La cour européenne des Droits de l’Homme a interdit le mariage de Dominique et Mohammed

 

Question 16 – Le 28 novembre, le rapport Estrela, sur “la santé et les droits sexuels et génésiques”, est adopté en commission des Droits de la femme et de l’égalité des genres du Parlement européen. Il vise notamment à améliorer des droits des femmes et des LGBT dans toute l’Europe. Quelques jours plus tard, le rapport Estrela est finalement rejeté par le Parlement européen, à quelques voix près : les députés lui préfèrent une motion alternative conservatrice, présentée par la droite du Parlement. Parmi ces députés européens, qui a voté pour que le rapport Estrela soit définitivement rejeté ?

A/ Jean-Marie Cavada (Nouveau Centre)

B/ Robert Rochefort (Modem)

C/ Eva Joly (EELV)

D/ Pervenche Beres (PS)

 

Question 17En décembre 2013, un livre révèle l’homosexualité de Steeve Briois, cadre du Front national. D’abord censuré par la justice, l’ouvrage est finalement autorisé par la justice. Qui est l’auteur de ce livre ?

A/ Joseph Macé-Scarron

B/ Gaspard Dhellemmes

C/ Claude Askolovitch

D/ Oscar Nitkowski

 

Question 18En décembre 2013, la militante ouvertement lesbienne Billie King a été choisie par Barack Obama pour…

A/ Représenter les USA aux J.O. de Sotchi

B/ Mettre en place une loi contre les discriminations LGBT-phobes

C/ Interpréter le rôle de Michelle Obama dans un prochain biopic

D/ Prendre la tête de l’ambassade américaine au Vatican

 

Question 19 – Lequel de ces maires ayant marqué l’actualité est le seul des quatre à avoir accepté de célébrer des mariages entre personnes de même sexe en 2013 ?

A/ Xavier Bertrand (Saint-Quentin, 02)

B/ Christian Estrosi (Nice, 06)

C/ Laurent Wauquiez (Le Puy-en-Velay, 43)

D/ Jean-Michel Colo (Arcangues, 64)

 

Question 20 – A la fin de l’année 2013, dans lequel de ces quatre pays les personnes de même sexe peuvent-elles se marier ? 

A/ Finlande

B/ Chili

C/ Brésil

D/ Slovénie

 

Le test est fini. Bravo pour votre persévérance ! Si vous voulez modifier quelques réponses avant de regarder le résultat final, il est encore temps. Dans quelques secondes, il sera trop tard…

Si vous êtes sûr(e) de vos réponses, vous pouvez à présent regarder plus bas et vérifier si votre mémoire ne vous a pas trompé(e) !

 

Attention – Voici les réponses :

 

[SPOILER – ON]

1B 2D 3D 4A 5C 6C 7A 8A 9C 10D

11B 12A 13C 14B 15B 16B 17D 18A 19B 20C

[SPOILER OFF]

 

Voici les résultats :

Vous avez entre 0 et 7 réponses justes : Vous ne vous intéressez pas particulièrement à l’actualité LGBT. Sans être complètement déconnecté du monde, vous ne suivez pas vraiment les événements en lien avec la communauté, et vous n’êtes pas très curieux de savoir ce qu’il s’est déroulé en France ou dans le monde. Un conseil : lisez les articles de yagg régulièrement, et vous y découvrirez plein de petites choses étonnantes, dans les domaines les plus divers. Peu à peu, vous vous prendrez au jeu, et vous apprécierez en tous les cas d’échanger avec la communauté des yaggeurs !

Vous avez entre 8 et 15 réponses justes : L’actualité de cette année ne vous a pas laissé(e) indifférent(e). Que vous ayez été encouragé(e) par les victoires acquises en faveur des droits LGBT, ou que vous ayez été agacé(e) par les prises de position hostiles aux LGBT, vous avez suivi les événements de l’année grâce aux différents médias, généralistes et communautaires. Continuez à lire les articles de yagg : une bonne partie de vos connaissances proviennent sans doute des articles du site ! Et qui sait : votre résultat sera peut-être encore meilleur l’année prochaine !

Vous avez entre 16 et 20 réponses justes : Votre connaissance de l’actualité LGBT ainsi que la précision de vos souvenirs pour cette année 2013 sont absolument admirables ! L’actualité LGBT vous passionne assurément, et vous aimez vous tenir au courant de ce qu’il se passe en France et dans le monde sur ce sujet. Vous aimez consulter les médias, et vous lisez sans doute yagg assidument. Si ce n’est pas encore fait, pourquoi n’y créeriez-vous pas votre propre blog ? En tous cas, félicitations pour vos connaissances impressionnantes !

Famille | France | Gestation pour Autrui | Homoparentalité | International | Justice | Politique | 29.08.2013 - 16 h 51 | 2 COMMENTAIRES
Delphine Lance (doctorante EHESS) présente ses recherches sur la gestation pour autrui.

Étiquettes : , , , , ,

Delphine Lance réalise actuellement une thèse d’anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Elle a travaillé sur la gestation pour autrui dans un cadre d’homopaternité, et ses recherches portent aujourd’hui, en particulier, sur le thème de la gestation pour autrui au niveau international. Après avoir passé plusieurs mois en Ukraine pour effectuer la première partie de ses recherches, elle lance à présent un appel à financement sur le site indiegogo pour pouvoir poursuivre l’étude de ce thème aux Etats-Unis. A cette occasion, elle a accepté de nous présenter un premier bilan de ses observations sur le thème de la surrogacy, et elle détaille l’objet de son projet de recherche sur ce sujet aux USA.

Numa – Delphine Lance, vous êtes doctorante à l’EHESS en anthropologie. Vous vous intéressez en particulier aux thèmes de la parenté et des nouvelles technologies de reproduction. Pouvez-vous nous parler des recherches que vous avez effectuées jusqu’ici ?

Delphine Lance

Delphine Lance

Delphine Lance – J’ai travaillé en master 2 sur la gestation pour autrui dans un cadre d’homopaternité. Durant un an, j’ai interrogé des couples et des célibataires gays qui vivent en France, et qui ont eu recours à des femmes porteuses. Dans la grande majorité des cas, il s’agissait de femmes qui vivaient aux Etats-Unis. J’ai mené cette recherche anthropologique en parallèle des travaux sociologiques de Martine Gross et Dominique Mehl, et nos études respectives ont permis d’enrichir les connaissances sur les situations de GPA dans des cas d’homopaternité.

Je ne peux pas résumer ici l’intégralité de mon mémoire, mais j’ai été très marquée par la grande diversité des situations rencontrées au cours de mes entretiens. Chaque couple ou célibataire a une manière bien particulière d’appréhender le parcours de GPA. Par ailleurs, et contrairement aux idées reçues, la GPA s’inscrit toujours dans une démarche hautement relationnelle : tous les tiers ont une place dans ce parcours. J’ai été frappée par exemple par la relation qu’entretiennent les hommes avec les « donneuses d’engendrement » (donneuses et surrogate) pour reprendre l’expression d’Irène Théry : celles-ci ont toujours une place, plus ou moins importante, dans la vie de ces familles. Suite aux débats sur le mariage pour tous, je peux d’ailleurs affirmer qu’en aucun cas, les pères ne nient l’existence des femmes qui ont pris part au processus (donneuse d’ovocytes et mère porteuse). La différence des sexes dans la reproduction n’est jamais niée. Il est également important de souligné ici que dans la majorité des cas la donneuse et la gestatrice ne sont pas les mêmes femmes, on observe alors une fragmentation dans la reproduction qui est très intéressante à analyser en tant qu’ anthropologue.

 

Numa – Suite à votre master 2, vous avez voulu approfondir vos recherches sur la Gestation pour Autrui, en adoptant cette fois un angle d’approche international. Pouvez-vous nous en dire plus ?

logo ehessDelphine Lance – Actuellement, je suis inscrite en thèse à l’EHESS d’anthropologie sous la direction d’Enric Porqueres i Gené et Jennifer Merchant. J’étudie la place de la femme et de son corps dans le processus de gestation pour autrui à un niveau international. Pour ce faire, je suis partie 9 mois en Ukraine. J’ai observé le fonctionnement de cinq agences de surrogacy, notamment à Lviv (Ouest de l’Ukraine) et à Kiev. J’ai interviewé le personnel de ces agences et de cliniques (gynécologues, psychologues…), mais aussi des femmes porteuses (près de 25) et des donneuses d’ovocytes. Ce terrain m’a permis de comprendre en détail le fonctionnement du processus, ainsi que la représentation de la femme en Ukraine.

J’ai aussi interrogé des parents (trois couples gays et un couple hétéro) qui ont fait appel à une femme porteuse en Ukraine. J’ai pu voir à cette occasion les difficultés rencontrées par ces différents couples, en particulier pour le retour de l’enfant en Europe. Ces expériences sont très marquantes : quand on voit à quel point ces couples se battent et souffrent, on est amené à réfléchir en profondeur à la question de la GPA.

 

Numa – Après avoir passé plusieurs mois en Ukraine, vous vous apprêtez maintenant à partir pour les USA. Quel est votre projet ?

Delphine Lance – Dans un objectif de comparaison avec l’Ukraine, j’aimerais partir aux USA pour me rendre dans des agences, et parler avec des  surrogates et des donneuses nord-américaines. Dans un premier temps, je souhaite aller sur la Côte Ouest, à San Francisco et San Diego. Si cela m’est possible financièrement, je partirai ensuite dans d’autres régions des USA. Mon but est de visiter différentes agences dans plusieurs Etats (Californie, Massachusetts, Ohio, Pennsylvanie), pour analyser les différences qu’elles présentent en termes d’organisation et de fonctionnement. Certaines sont par exemple plus tournées vers les couples gays que d’autres, ont établi des partenariats avec des cliniques, etc.

Au niveau scientifique, je travaille en particulier sur la définition de la parenté, sur l’intentionnalité et sur la place de l’Etat dans les politiques liées à la procréation, à l’exemple de la GPA. Plus je pourrais avoir de témoignages et réaliser d’observations, plus mon approche de ces différents thèmes pourra être précise.

Mon autre objectif, en parallèle, serait de réaliser un court documentaire (environ 30 mn) sur les motivations des gestatrices. Dans le débat actuel, les politiques parlent des femmes porteuses, mais on laisse en général trop peu de place à la parole à ce qu’elles disent et vivent. Il s’agirait donc de faire un reportage où la parole serait notamment laissée à ces femmes, afin de comprendre leurs motivations.

Pour que le débat repose sur des bases solides, il me semble important de laisser la parole aux différents intervenants du processus : surrogates, donneuses d’ovocytes, aux autres tiers et bien évidemment aux parents d’intention.

 

Numa – Pour pouvoir mener à bien ces objectifs, vous lancez un appel à financement sur le site indiegogo. Pouvez-vous nous en dire plus ?

logo indiegogo Delphine Lance – Je lance en effet un appel sur indiegogo, pour partir dans un premier temps durant six mois aux USA. Je vais avoir besoin de payer mon billet d’avion et mes déplacements internes pour pouvoir rencontrer les mères porteuses et les agences. La réalisation du documentaire me coûtera également environ 3000€.

Je lance donc un appel à contribution pour financer cette recherche. Dans ma conception de la recherche, il faut diffuser et partager les résultats obtenus. C’est pourquoi en contre-don, je propose aux gens qui me soutiendront de recevoir notamment une newsletter sur les résultats que j’obtiendrai. Je compte animer un blog privé pour parler de mes résultats. L’argent obtenu me permettra de consacrer du temps à ma recherche, mais aussi à sa diffusion et à la discussion avec les personnes qui auront accepté de m’aider à réaliser cette étude.

***

Pour participer au financement de ce projet de recherche : il suffit de se rendre sur la page « Recherche et documentaire sur la gestation pour autrui aux USA. Research and documentary on Assisted Reproductive Technology in the US. » du site indiegogo.

Famille | Homophobie | International | Mariage | People | Politique | UMP | 11.05.2013 - 02 h 39 | 2 COMMENTAIRES
La Barjot s’en va-t-aux Champs : Acte III

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Un manuscrit de la fin du 19e siècle a été retrouvé par hasard au printemps 2013. Il s’agit d’un vaudeville en trois actes inédit, dont les plus récentes analyses semblent montrer qu’il serait de la main de Georges Feydeau. Cette pièce, intitulée La Barjot s’en va-t-aux Champs, a pour héroïne une bourgeoise excentrique et très croyante, qui entraîne dans son délire une foule de personnages étranges et parfois inquiétants. L’acte I montrait une importante réunion de concertation entre la mondaine et ses alliés, bien décidés à prendre d’assaut les Champs Elysées. Dans l’Acte II, pour financer leurs actions, l’héroïne et son ami Xavier ont effectué quelques ventes auprès de représentants du peuple très enthousiastes. A présent, l’acte III clôture la pièce, et nous montre les dernières évolutions du petit groupe de personnages.

La Barjot s’en va-t-aux Champs, Pièce en trois actes

Acte III La scène représente une pièce agréable et spacieuse. Au fond, le soleil entre par plusieurs velux, qui sont ouverts. Les murs à gauche et à droite de la pièce sont couverts de très hautes étagères en chêne. Elles sont remplies d’ouvrages des 18e, 19e et 20e siècles. Au centre, une grande table rectangulaire en bois noble est entourée d’une vingtaine de chaises. Sur une petite table à l’arrière, sous les velux, se trouvent un téléphone sans fil, quelques documents et un coupe-papier. Un tabouret est placé sous la table, et une imposante horloge blanche la surplombe. On accède à la pièce par deux portes en verre, situées l’une à gauche et l’autre à droite de la scène.

Au début de l’acte, la pièce est silencieuse : on entend seulement le tic tac de l’horloge et des sifflements d’oiseaux qui entrent par les velux ouverts. La porte de droite s’ouvre : entrent Hervé Mariton, qui porte un attaché-case, puis Frigide Barjot, Xavier Bongibault, Christine Boutin et Béatrice Bourges.

Hervé Mariton – Bon, installez-vous autour de la table, on va pouvoir commencer rapidement. (Tous s’assoient. Hervé Mariton sort des dossiers qu’il remet à chacun des quatre autres. Il reprend la parole une fois la distribution terminée.) Mes chers amis, ce moment est historique. Les documents que je vous ai distribués sont d’une importance extrême, et je suis particulièrement heureux de pouvoir vous accueillir en ce lieu symbolique et solennel. (Frigide Barjot, après avoir sorti une petite fiole, s’endort peu à peu pendant qu’il parle.) En effet, vous avez devant vous le développement argumenté et exhaustif des recours que nous, parlementaires UMP et UDI, avons déposés le 23 avril 2013 dans le cadre de notre saisine du Conseil Constitutionnel, aux fins de déclarer inconstitutionnelles les dispositions de la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Je vous propose d’en étudier sans différer les principaux tenants et aboutissants.

Xavier Bongibault, qui regarde fixement Hervé Mariton – Gné ?

Frigide Barjot, se réveillant soudain – Comment ? Ca y est ? Je suis élue Maire de Paris ? Merci, merci, merci ! (elle se ressaisit, et boit une gorgée de sa petite bouteille).

Hervé Mariton – Dites, un peu d’attention ne nuirait pas à la compréhension de mon discours. Si nous étions à l’Assemblée, je vous rappellerais le règlement, qui stipule expressément que…

Xavier Bongibault – Ah non, ah non, stop avec tes mots d’il y a cent millions d’années : je n’ai déjà rien compris à tes histoires de saisine exhaustive et solennelle qui aboutit à des tenants parlementaires, alors n’en rajoute pas ! On ne m’avait pas dit qu’on venait ici pour parler chinois.

Frigide Barjot – Ne contrariez pas le petit : il fait un café divin et il répète tout ce que je lui raconte. Ca fait trois ans que je l’entraîne, alors certes il ne sait faire que ça, mais il le fait très bien. (elle boit une rasade de sa fiole.) Expliquez-lui plutôt ce que Hervé vient de raconter, au lieu de l’énerver.

Christine Boutin, se tournant vers Xavier Bongibault – Il a dit qu’on va expliquer aux juges pourquoi les gens comme toi, on doit les respecter, mais les empêcher de se marier entre eux parce qu’ils sont décadents et menacent l’ordre public. Tu comprends, ça ?

Xavier Bongibault, réjoui – Ah oui, ah oui, on lutte contre le mariage entre hommes ou entre femmes, parce que ça va détruire la civilisation, comme Frigide me l’a dit ! C’est vrai, c’est vrai !

Béatrice Bourges – Il dit oui, et en plus il est content ! C’est vrai qu’il est gentil : il est même complètement stupi…

Frigide Barjot, l’interrompant – Oui, stupéfiant ! Et tu sais, au prix où je le paye, c’est une affaire ! Par contre, qu’est-ce que le café a augmenté… Encore un peu, et ça me coûtera aussi cher que mes clopes, mon alcool et ma co…

Hervé Mariton, l’interrompant à son tour – Mesdames, si vous êtes venues parler du prix de vos emplettes quotidiennes, je m’en vais ! J’ai eu assez de mal à vous faire rentrer ici tous les quatre : restons-en donc à notre sujet, s’il vous plaît. Je vous rappelle que nous allons avoir des invités prestigieux dans quelques minutes, alors il faut que nous soyons au point. Vous avez cinq minutes pour lire ces dossiers, puis nous en discuterons pour nous mettre d’accord.

Béatrice Bourges et Christine Boutin se mettent à lire. Frigide Barjot prend une gorgée de sa petite bouteille, puis elle se lève. Xavier Bongibault regarde dans le vide, en direction d’Hervé Mariton.

Frigide Barjot – Mais au fait, Hervé… Comment tu as fait pour nous faire rentrer dans la bibliothèque du Conseil Constitutionnel ? C’est quand même pas donné à tout le monde… J’ai beau être une star internationale, qui déclenche l’enthousiasme des foules en Belgique, aux USA, et bientôt au Maroc,…

Béatrice Bourges – Arrête ton char, Frigide, tu n’y es même pas allée, à Washington,…

Christine Boutin – Et en Belgique, tu as été autant huée qu’à Lyon, c’est dire !

Béatrice Bourges – Même à Argenteuil, tu as à peine réussi à rassembler 200 personnes…

Frigide Barjot – Hervé, dis quelque chose, ou je quitte cette pièce avec mon imbé… euh, avec mon indépassable Xavier. (Entendant son nom, Xavier Bongibault tourne son regard vers Frigide Barjot et l’admire avec un sourire béat)

Hervé Mariton – Il manque vraiment un règlement ici, c’est criant : il y aurait de beaux rappels à faire. Mesdames, Frigide veut savoir comment je vous ai fait entrer ici. J’avoue que c’est un tour de force, et il vous intéressera toutes, n’est-ce pas ? (Christine Boutin et Béatrice Bourges acquiescent) Alors voilà : la bibliothèque du Conseil Constitutionnel n’est accessible qu’aux grands chercheurs de droit public. J’ai donc contacté nos juristes, Anne-Marie Le Pourhiet et Aude Mirkovic, qui s’y connaissent aussi bien en droit que moi en bon goût vestimentaire. Elles ont appelé le service documentation du Conseil Constitutionnel pour les prévenir de votre arrivée, en indiquant que vous collaborez étroitement avec elles au sujet d’un grand débat juridique.

Frigide Barjot – Attends, Hervé, tu as fait passer Xavier et moi pour des chercheurs en droit ? (elle se rassoit et prend une gorgée) Alors là, je suis sur le cul. Nous faire passer pour des chercheurs en droit… Moi, encore, pourquoi pas : avec mon intelligence naturelle, je pourrais être docteur en droit international et comparé, mais alors le petit, il n’y connaît rien en histoire, Boutin brandissait la Bible en pleine Assemblée, et Bourges appelle tous les deux jours à l’émeute et à l’anarchie… Hervé, tu es vraiment capable de tout !

Christine Boutin (tout bas) – Il en faut bien un qui soit capable de tout, avec une comme elle qui n’est bonne à rien…

Hervé Mariton – C’est aussi ce qu’on me dit dans ma circonscription de Crest et à l’Assemblée : je suis capable de tout, et c’est même à cela qu’on me reconnaît, paraît-il… Jacques Myard va être jaloux ! (On toque à la porte de droite) Oh mon Dieu, déjà ! Ils sont en avance ! Nous n’avons même pas eu le temps de lire ensemble les arguments déployés par l’UMP et l’UDI au sujet de la saisine dont fait l’objet, auprès du Conseil Constitutionnel, la loi sur…

Xavier Bongibault se recoiffe, Frigide Barjot bâille, Béatrice Bourges joue avec son collier de perles et Christine Boutin triture son pendentif en forme de croix, lève les yeux au ciel et murmure une prière. On retoque plus fort.

Hervé Mariton (en se levant) – Bon, je vais ouvrir à nos invités de marque.  Soyons dignes et convaincants ! (Il ouvre la porte)

Entrent Jean-Louis Debré, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d’Estaing. Frigide Barjot, Christine Boutin et Béatrice Bourges se lèvent et les saluent un par un en leur serrant la main.

Xavier Bongibault, assis – C’est pour ces trois-là qu’on m’a fait venir ? Frigide m’avait dit qu’il y aurait des gens célèbres, mais moi je connais aucun bibliothécaire. D’ailleurs, je vois pas comment je pourrais en connaître un, puisque…

Frigide Barjot – Xavier, viens dire bonjour s’il te plaît (Xavier Bongibault s’exécute à contrecœur)

Nicolas Sarkozy (à Frigide Barjot) – Dis donc Virginie, ça me fait plaisir de te revoir. Tu sais que financièrement, ça va pas trop bien, là, avec toutes ces histoires autour de mes comptes, et euh… comment dire… si tu acceptais de me faire un petit don, par charité chrétienne…

Frigide Barjot – Tu iras dire ça à ta Liliane ! Guéant m’a déjà demandé de lui acheter des tableaux d’un peintre flamand qui aurait peint la Manif pour tous en 1677, et Woerth a voulu que je lui achète un hippodrome… Non mais vous n’avez aucun scrupule : vouloir extorquer des fonds à une faible femme, douce et honnête comme moi ! (elle reprend une gorgée de sa bouteille) Demandez plutôt à Christine, c’est tout mon contraire !

Nicolas Sarkozy – Ah non, Christine, c’est pire : elle m’a pris 800 000 euros, et elle est pas près de les rendre…

Jean-Louis Debré – Je suis désolé, mais les autres membres n’ont pas pu venir. Jacques Chirac ne vient de toute façon plus, Michel Charasse est en vacances en Auvergne, Jacques Barrot déjeune avec son ami Laurent Wauquiez…

Hervé Mariton – Ah bon, vous n’êtes que tous les trois ? Je suis un peu déçu…

Jean-Louis Debré – Cela dit, c’est mieux ainsi : tu te doutes bien que si cette petite rencontre officieuse venait à s’ébruiter…

Frigide Barjot, qui commence à ressentir les effets de l’alccol, se met à hurler – Nous serons muets comme des tombes, et personne ne saura que nous sommes avec Giscard, Debré, et…

Hervé Mariton, lui mettant la main sur la bouche – Frigide, chut, pas si fort !

Christine Boutin – Mais qu’on la bâillonne, à la fin ! Elle dit déjà n’importe quoi en temps normal, alors si en plus elle se met à hurler, c’est insupportable ! On est pas dans ses manifs à flons-flons, ici !

Valéry Giscard d’Estaing – A propos de flons-flons, Mesdames, Mechieurs, che dois bien vous âvouer que che chuis très perplekche… On m’a amené ichi en m’annonchant qu’il y aurait Lady Di, et che vois bien que la dame criarde qui rouchpète et court partout n’est pas du tout ma princheche…

Jean-Louis Debré – Valéry, j’avoue que je t’ai menti, mais maintenant que tu es venu, tu vas bien écouter ce que notre ami Hervé et ses amis vont nous dire, n’est-ce pas ?

Valéry Giscard d’Estaing – Che suis très déchu, oui, très déchu, mon bon Jean-Louis, et il ne me rechte qu’à vous chouaiter à touch un bonchoir Mâdâme, bonchoir Mâdemoichelle, et bonchoir Méchieurs. Au revoâr ! (Il se retire.)

Béatrice Bourges – Bon, eh bien ils ne sont plus que deux, nos invités de marque.

Nicolas Sarkozy – C’est que le vieux grigou n’a pas tort : il a joué les imbéciles en vous faisant croire qu’il était gâteux, mais en réalité, c’est parce qu’il a bien compris qu’on perd son temps ici. Time is money !, comme je le dis dans mes conférences à 200 000 euros. Bon, mais venons-en donc au fait : de quoi voulez-vous parler ?

Ils répondent tous les cinq en même temps :

Hervé Mariton – Du recours de l’UMP !

Frigide Barjot – De la Manif pour tous !

Béatrice Bourges – Du Printemps français !

Christine Boutin – Du Parti Chrétien Démocrate !

Xavier Bongibault – Euh…

Nicolas Sarkozy – Allons bon, nous voilà bien… Ecoutez, j’ai du travail, moi : j’ai une conférence à préparer pour Las Vegas, et un procès à Bordeaux. Alors vos p’tites histoires, hein, vous les règlerez entre vous. Ciao, les incapables ! (Il sort de la bibliothèque)

Jean-Louis Debré – Bon, ne désespérez pas : moi je suis toujours là, et je vous écoute.

Béatrice Bourges, se jetant à terre – Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel, écoutez-nous : vous devez rejeter la loi sur le mariage des pédés. Ce n’est pas possible, la France ne peut pas faire ça !

Frigide Barjot – Les homos, Béatrice, les homos. Les pédés, ça l’fait pas. Il faut quand même qu’on fasse semblant de les respecter un peu.

Christine Boutin – Oui, oui, on sait, les homos, les lesbiennes, les bis. Mais enfin ça n’empêche pas : il faut leur interdire de se marier, et ça, Jean-Louis, vous allez nous y aider. Nous sommes prêtes à vous séquestrer si vous ne vous engagez pas à abroger cette loi sur-le-champ !

Béatrice Bourges, se relevant – Oui, tu as compris, Jean-Louis ? Tu déclares cette loi inconstitutionnelle, tu t’opposes à toute union civile pour les gouines, ou on te séquestre avec tes vieux bouquins ! Ecoute la démocratie, merde !

Frigide Barjot, qui trépigne – Ah mais si, ah mais si, il faut l’union civile ! Moi je les aime, les homos, je les aime ! (Elle se met à pleurer) Ils doivent pas avoir le droit de se marier, mais c’est pas pour ça qu’il faut les tuer, ces parasites ! Regardez mon p’tit Xavier, comme il est décoratif… Déjà petite, j’aimais les araignées, les rats et les flaques de boue. Ca m’écoeure, mais je les aime. Oui, je suis pour l’union civile !

Christine Boutin – Si elle reparle encore une fois d’union civile, je m’en vais ! Hervé, dis quelque chose !

Frigide Barjot – Si on n’en parle pas, je m’en vais aussi !

Hervé Mariton – Ecoutez, Mesdames… L’union civile est la meilleure solution politique, et je ne voudrais pas que Christine redevienne la personne outrancière et marginale qui, en 1999, avait déjà…

Christine Boutin pousse un cri et s’évanouit. Elle tombe dans les bras de Xavier Bongibault, qui s’efforce de l’asseoir sur une chaise et tente de la ranimer.

Jean-Louis Debré – Je n’imaginais pas que ça se passerait comme ça. D’habitude, vous savez, c’est beaucoup plus calme, au Conseil Constitutionnel… On y mange quelques gâteaux préparés par les cuisiniers du conseil, on boit un vin doux ou demi-sec, et on discute des projets tout en lançant quelques bons mots…

Frigide Barjot, toujours en larmes – Ca suffit… C’est que des cons ici. De toute façon, j’en ai marre, des conseils, des comités, des commissions… : le Conseil Economique, Social et Environnemental n’a même pas lu ma pétition, le Conseil d’Etat n’a pas dit non au mariage des homos, le Comité Consultatif National d’Ethique n’est pas intervenu non plus, les commissions des lois du Parlement n’ont servi à rien. Vous savez quoi, les loosers ? Moi, je m’en vais au Maroc. Là-bas, on est comme moi : on aime la république et les homos. Allez viens, Xav’, on s’en va !

Xavier Bongibault, qui agite sa main pour faire de l’air sur le visage de Christine Boutin – Ben… Et Christine ?

Frigide Barjot – Laisse tomber la has been ! On se casse !

Hervé Mariton – Ecoutez, je pense qu’en ce moment important, un peu d’unité ne nuirait pas, et…

Frigide Barjot fait passer Xavier Bongibault devant elle, puis elle claque la porte en sortant.

Béatrice Bourges – On s’en passera, de la surexcitée et du bulot ! Ici, on est entre gens civilisés ! On est là pour la révolution, nous, pas pour amuser la galerie !

Hervé Mariton – Elle est ce qu’elle est, mais enfin elle nous est utile, et son larbin aussi. C’est vrai qu’il est bon, son café !

Jean-Louis Debré – Bon enfin moi, Hervé, tu comprends que j’ai bien voulu te rencontrer dans cette bibliothèque, et que je dirai que cette rencontre est fortuite, mais enfin je ne peux pas t’en dire plus sur notre délibération.

Hervé Mariton – Tout de même, Jean-Louis, tu pourrais te mouiller un peu sur la question. Ou m’en dire un peu plus sur vos réflexions…

Jean-Louis Debré – Eh bien… Euh… Il ne faut pas que tu perdes espoir, tu sais… D’ailleurs, il ne faut jamais perdre espoir… Mais enfin, il faut être capable de s’arrêter aussi… (Il parcourt la pièce du regard pour trouver une échappatoire.) Oh, mais Frigide Barjot a oublié sa bouteille sur la table ! Je vais la lui rapporter avant qu’elle quitte le bâtiment.

Christine Boutin, qui retrouve tout à coup sa vigueur – Non non, je m’en charge ! (Elle se lève et prend la fiole. Elle la soupèse, et fait une mine déçue.) Elle est vide, évidemment…

Jean-Louis Debré (il lui prend la bouteille des mains) –  Je la lui rapporte ! C’est peut-être du verre consigné ! (il file par la porte de droite)

Hervé Mariton – Ecoutez, puisque le calme est revenu et que l’après-midi est bientôt terminé, je vous propose que nous nous penchions ensemble sur le compte rendu de notre réunion. Voici ce que j’ai composé : « Les principaux responsables de la Manif pour tous, mouvement humaniste, constructif et républicain, se sont réunis aujourd’hui en un lieu secret, avec de très nombreuses personnes parmi leurs soutiens associatifs et politiques. Après une discussion enrichissante et respectueuse, ils ont manifesté un grand enthousiasme pour les arguments développés par l’UMP et l’UDI dans leurs recours auprès du Conseil Constitutionnel. Il est clair que les Sages ne pourront, en conscience, valider la loi sur le mariage pour tous, à moins de bafouer les principes les plus sacrés de notre démocratie ».

Béatrice Bourges – Ah, c’est bien.

Christine Boutin – C’est très bien !

Hervé Mariton – Bon, eh bien nous venons de rédiger le prochain article de Stéphane Kovacs. Le Figaro va être content.

Christine Boutin – Et pour le titre ? « Le PCD reprend la main sur la Manif pour tous » ?

Béatrice Bourges – Ah non ! Plutôt : « Le Printemps Français redonne de l’élan à la mobilisation contre le mariage des invertis » !

Hervé Mariton – Je pensais plutôt à : « L’UMP défend les citoyens face à la dictature de François Hollande ». C’est bien, c’est sobre.

Par les velux toujours ouverts, on entend soudain monter un long cri.

Béatrice Bourges – Qu’est-ce que c’est que cet horrible bruit ? Un cochon qu’on égorge, pour en faire du saucisson bien français ?

Christine Boutin – Un chien qui s’est fait écraser par un socialiste haineux, adepte de la théorie du jendère ? Ou une chèvre bien blanche, dépecée par un membre franc maçon de la LGBT  ?

Ils se précipitent tous pour regarder à l’extérieur. Le cri continue par intermittence.

Hervé Mariton – C’est cette imbécile qui s’entraîne à faire des youyous avec un mégaphone avant son départ pour le Maroc. Et Bongibault lui a apporté une canette de thé glacé aromatisé à la menthe ! Bon, tâchons de sortir de tout cela par le haut : je vais en faire une brève pour Guillaume Perrault, et le Figaro pourra en tirer un dossier spécial pour sa prochaine une… « La Manif pour tous s’apprête à diffuser auprès de nos amis de tous les continents le message de la France : respectez les valeurs humaines fondamentales comme le mariage homme-femme. Ce message sera transmis dans le respect le plus total, et avec l’attention la plus digne, envers les traditions culturelles de nos amis étrangers ».

A l’extérieur, Frigide Barjot se met à chanter faux, et à tue-tête, des musiques populaires marocaines. Mariton, Boutin et Bourges ferment les fenêtres aussi vite que possible.

Christine Boutin, levant les yeux au ciel – Sainte Cécile de Rome, coupez-lui la langue !

Béatrice Bourges – La France a déjà du mal à la supporter, mais le Maroc n’en voudra jamais…

Hervé Mariton – Quand je l’écoute, je me demande si la fin du monde n’est pas finalement plus proche qu’on ne le pense… Dire qu’elle voulait conquérir les Champs et les boulevards parisiens il y a deux mois.

Christine Boutin – En tout cas, elle aura réussi à massacrer les chants et les rythmes marocains en deux minutes…

Le rideau tombe. Fin du troisième et dernier acte.

Droit | Famille | Gestation pour Autrui | Homoparentalité | International | 04.03.2013 - 00 h 18 | 0 COMMENTAIRES
Suède : le Conseil National d’Ethique Médicale recommande de légaliser la GPA

Étiquettes : , , , , ,

Kjell Asplund

Kjell Asplund

Dans un rapport remis en mars 2013, le SMER (Conseil National Suédois d’Ethique médicale) recommande au gouvernement et au parlement suédois de légaliser la GPA.

Kjell Asplund, professeur émérite en médecine à l’Université d’Umeå et président du SMER, a été interrogé à ce sujet par la radio publique nationale Sveriges Radio. Il a précisé que cette légalisation devait être établie « dans les cas où l’argent n’est pas la motivation de la mère porteuse, et où l’on souhaite simplement aider un être humain« .

Selon le rapport du SMER, la mère porteuse doit faire partie de la famille du couple qui souhaite élever un enfant. Le président du Smer a en effet ajouté : « Nous recommandons que la mère porteuse soit un parent proche : par exemple, ce pourrait être une soeur, une belle-soeur ou un membre de la famille proche ».

Kjell Asplund, dans un article cosigné par Lotta Eriksson et Göran Hermerén, et publié par le journal Svenska Dagbladet, a souligné que la mère porteuse doit effectuer son choix en pleine conscience et en toute indépendance : « Les femmes qui veulent être mères porteuses pour des membres de leur famille  devraient être des femmes qui ont la possibilité de décider totalement de ce qu’elles font de leur corps« . Autrement dit, ce ne pourraient en aucun cas être des femmes qui seraient dans la misère, ou qui seraient contraintes d’effectuer un acte qu’elles réprouvent.

Le débat est désormais lancé en Suède, et pourrait bien s’étendre à d’autres pays européens. Rappelons qu’en France, les intellectuels, les politiques et le grand public continuent à s’interroger eux aussi sur la légalisation de la GPA. C’est l’occasion de voir (ou revoir) le documentaire de Delphine Lanson « Naître père », qui filme de manière très émouvante le recours à la GPA par un couple d’hommes.

Cinéma | Homoparentalité | International | People | 16.09.2012 - 14 h 47 | 1 COMMENTAIRES
Le dérapage de Rupert Everett contre les familles homoparentales

Étiquettes : ,

L’orientation sexuelle n’a vraiment aucun lien avec l’intelligence, la clairvoyance ou l’empathie… L’acteur ouvertement homosexuel Rupert Everett vient de le démontrer, en déclarant dans une interview accordée au Sunday Times : « Je ne peux rien imaginer de pire que d’être élevé par deux pères gays ».

La mère de Rupert Everett, qui a rencontré son petit ami, a déclaré au sujet de l’acteur qu’elle aimerait malgré tout qu’il ait une femme et des enfants. Rupert Everett a commenté cette opinion : « Elle pense que des enfants ont besoin d’un père et d’une mère, et je suis d’accord avec elle. […] Certains peuvent être en désaccord. Ok : ce n’est que mon opinion. »

Rupert Everett se démarque alors de la « communauté gay », avant de se lancer dans une réflexion étrange sur le nombre d’enfants dans le monde : « Je n’appartiens à aucune « communauté ». Ma seule communauté, c’est l’humanité, et il y a trop d’enfants sur la planète : donc il est bon qu’il n’y en ait pas davantage. » On recommandera à Rupert Everett d’approfondir quelque peu ses connaissances en géographie et en économie mondiales, qui semblent pour le moins quelque peu lacunaires…

Rupert Everett a révélé son homosexualité il y a une vingtaine d’années, mais il ne semble malheureusement toujours pas en accord avec lui-même sur cette question. C’est dommage… Il est à noter que ce n’est pas la première fois que Rupert Everett fait des déclarations polémiques : il avait insulté les armées en 2008 (avant de s’excuser), puis il avait déconseillé aux acteurs de faire leur coming out, en disant que le sien avait nui à sa carrière.

Discriminations | Education | Homophobie | International | Islam | 14.09.2012 - 14 h 28 | 10 COMMENTAIRES
Malaisie : le ministre de l’éducation lance une liste de « symptômes » pour traquer et « corriger » les jeunes homos et lesbiennes

Étiquettes : , ,

Mohd Puad Zarkashi, ministre de l’éducation en Malaisie.

En Malaisie, le ministre de l’Education a donné des instructions claires aux enseignants et aux parents.

Le ministre Mohd Puad Zarkashi leur enjoint en effet de détecter, parmi leurs élèves et leurs enfants, les huit symptômes qui peuvent laisser penser qu’ils sont homosexuels. Si des enfants ont ces « symptômes », il faut leur accorder toute son attention, et bien sûr les corriger.

Voici les symptômes qui permettront de détecter les jeunes gays et lesbiennes :

Pour les gays :

  • Avoir un corps musclé, et montrer son corps par des cols en V et des vêtements sans manches,
  • Préférer les habits moulants et de couleur pâle,
  • Etre attiré par les hommes,
  • Aimer porter des sacs similaires à ceux des femmes.

Pour les lesbiennes :

  • Etre attiré par les femmes,
  • Se tenir à distance des autres femmes, sauf celles avec qui elles ont des relations,
  • Aimer sortir, manger et dormir en compagnie de femmes,
  • Ne pas avoir d’affection pour les hommes.

Ces instructions ont été délivrées au cours d’un séminaire sur les questions LGBT à destination des enseignants et des parents. Ce genre de séminaire est tenu à travers toute la Malaisie (Selangor, Kuala Lumpur, Perak…), et a pour objectif revendiqué de lutter contre l’homosexualité.

L’activiste Pang Khee Teik a accusé le ministre de vouloir répandre la haine, et l’avocate Fadiah Nadwa Fikri a rappelé que la Malaisie fait encore partie des pays du monde qui persécutent les homosexuels. Ce guide y contribue pleinement – et ce dès le plus jeune âge…

Publicité