4297 Un syndicat d’enseignants (Snalc) accuse Thomas Hollande de promouvoir la « théorie du genre » au sommet de l’Etat. | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Dernier Billet
Education | Extrême(s) Droite(s) | France | Homophobie | Politique | 02.10.2013 - 00 h 57 | 14 COMMENTAIRES
Un syndicat d’enseignants (Snalc) accuse Thomas Hollande de promouvoir la « théorie du genre » au sommet de l’Etat.
Étiquettes : , , ,

Un syndicat d’enseignants, le Snalc (Syndicat national des lycées et collèges), a pris une position tout à fait étonnante au sujet de la « théorie du genre », devenue depuis quelques mois l’angle d’attaque privilégié des opposants au mariage pour tous. On peut entendre cette position en se rendant sur le site du collectif Racine, qui regroupe « les enseignants avec Marine Le Pen« .

Le 10 juillet 2013, l’enseignant Emmanuel Protin, présenté comme « membre du bureau national du Snalc » (mais également attaché de presse de ce syndicat), était invité à s’exprimer sur l’éducation par la radio d’extrême-droite Radio Courtoisie. Aux côtés de 5 autres invités, qui étaient tous des enseignants membres du Front National, il a été interrogé par le présentateur, lui-même ancien candidat FN aux élections municipales de 2001 et 2008, sur la supposée « ‘irruption de la théorie du genre » dans les programmes de l’Education nationale.

Bien sûr, la formulation de cette question est doublement fausse : d’une part, rappelons qu’il n’existe pas de « théorie du genre« , mais uniquement des « études de genre », qui constituent un champ de recherche universitaire inter-disciplinaire. D’autre part, les études de genre n’ont pas fait « irruption » dans l’Education nationale : le gouvernement Ayrault a simplement manifesté la volonté de lutter contre les stéréotypes de genre à l’école – ce qui a suffi à déclencher l’hostilité des milieux de droite et d’extrême-droite qui en ont fait leur nouveau cheval de bataille.

Emmanuel Protin (Photo – Sénat)

On aurait pu attendre une réponse claire, argumentée et nuancée de la part d’un syndicat comme le Snalc, qui se présente très officiellement comme « le deuxième syndicat le plus représenté chez les professeurs du second degré aux élections professionnelles ». Il aurait suffi à son représentant, Emmanuel Protin, d’expliquer qu’il n’y a pas de théorie du genre, que cette supposée théorie ne figure en aucun cas dans les programmes officiels, et que le ministre lui-même a déclaré ne pas promouvoir de quelconque « théorie du genre ».

Hélas ! Le représentant du Snalc a fait un choix bien différent de ce que le bon sens aurait dû lui inspirer.  En effet, loin de remettre en cause le pré-supposé de la question, il a poussé encore plus loin l’erreur (ou le mensonge ?) du présentateur, en déclarant :

Rien n’est scientifiquement fondé […] On ne voit donc pas pourquoi, dans l’école de la République, on enseignerait des théories qui ne sont pas scientifiquement vérifiées.

Sa réponse amalgame études de genre réelles et « théorie du genre » fantasmée, et elle laisse croire que le ministère demande aux enseignants de promouvoir des théories farfelues ou erronées, alors que ce n’est pas du tout le cas. Il y a là une confusion inquiétante de la part d’un enseignant, responsable d’un syndicat.

Mais à cette erreur grossière s’ajoutent des propos encore plus surprenants. Pour compléter sa réponse, Emmanuel Protin ajoute :

« Je crois qu’il y a un certain nombre de gens très très haut placés qui s’occupent de ces théories, y compris un certain M. Hollande fils […]. Thomas Hollande travaille notamment dans ce domaine-là. La rumeur dit que c’est pour ça que le président de la République aurait un oeil favorable par rapport à ça ».

Cette accusation à l’emporte-pièce est tirée du site Egalité et Réconciliation dont le responsable est Alain Soral, ami de Dieudonné, ancien responsable du FN et pourfendeur à la fois du « sionisme » et du supposé « communautarisme gay ». C’est une drôle de source pour un syndicat censé représenter les enseignants qui ont pour but d’éveiller l’esprit critique et la tolérance chez leurs élèves !

Après avoir déploré que Luc Chatel, bien qu’il soit à l’UMP,  avait déclaré qu’il ne « reviendrait pas » sur les programmes de SVT, auxquels certains avaient (à tort !) reproché de laisser trop de place à la notion de « genre », Emmanuel Protin lance une déclaration qui se veut à demi-mystérieuse :

« Il y avait déjà eu des attaques à ce niveau-là, une introduction d’une certaine forme de lobbyisme à l’intérieur de l’Education nationale sous le gouvernement précédent ».

On comprend bien, car il s’agit là d’une ficelle habituelle à l’extrême-droite, quelle partie de la population est désignée par cette accusation de « lobbyisme » au sein du ministère : les attaques envers un supposé « lobby LGBT » sont coutumières chez Marine Le Pen, Robert Ménard ou Eric Zemmour, et le Snalc, en décembre 2011, avait déjà fustigé « le communautarisme sexuel » (sic) qu’il avait cru voir à l’oeuvre dans l’évolution des programmes lors de la réforme du lycée.

L’interview est disponible dans son intégralité sur le site du Collectif Racine, qui regroupe « les enseignants avec Marine le Pen« . On s’étonne, vraiment, d’entendre, sur le site du FN, le représentant de ce syndicat tenir de tels propos, alors que le Snalc se défend régulièrement d’être un syndicat lié à l’extrême-droite et revendique « sa neutralité » politique.

Enfin, le Snalc tiendra son congrès à la mi-octobre : on annonce la venue du ministre Vincent Peillon en personne pour ce congrès. Ce serait un affront pour tous les LGBT qu’un ministre se déplace au congrès de ce petit syndicat (par rapport à l’échelle du ministère), dont un représentant ose non seulement s’exprimer sur la radio d’extrême-droite Radio Courtoisie, déjà rappelée à l’ordre plusieurs fois par le CSA pour des propos à orientation raciste ou homophobe, mais en plus déverse un nombre impressionnant d’erreurs en quelques phrases, en s’inspirant de sites extrémistes et en donnant raison aux influents membres du Front national présents dans le même studio que lui lors de cette émission.

Après les reculades du gouvernement sur la PMA ou sur le don du sang par les homosexuels, la caution personnelle que Vincent Peillon donnerait à ce syndicat en se rendant à son congrès serait une offense de plus envers les LGBT.

LES réactions (14)
Un syndicat d’enseignants (Snalc) accuse Thomas Hollande de promouvoir la « théorie du genre » au sommet de l’Etat.
  • Par MLS 02 Oct 2013 - 10 H 19

    Etant moi-même membre de ce syndicat (mais politiquement très hostile à l’extrême droite), j’ai été interloqué par le titre de votre article. Je partage pleinement votre analyse des attaques menées par l’opinion réactionnaire contre une supposée « théorie du genre ». Toutefois, peut-on considérer que ce membre du SNALC parlait au nom du syndicat ? Je ne le crois pas. J’ai écouté le début de l’émission : il y est certes présenté comme membre du bureau du SNALC, mais il faut comprendre qu’il exprime un point de vue personnel. Je reconnais que tout cela est fâcheusement ambigu, et la fréquentation de l’antenne de Radio Courtoisie ni recommandable, ni recommandée.
    Je demeure, malgré tout, embarrassé par la généralisation à laquelle vous procédez. Qu’il y ait des membres du SNALC qui soient à droite, c’est un fait ; mais l’engagement du syndicat n’est pas politique, sa ligne est « républicaine » (d’où son opposition aux communautarismes) et il s’oppose vivement à ce qu’on appelle, de façon polémique, le « pédagogisme ». Bref, les propos de ce collègue dont j’ai déjà oublié le nom sont fallacieux, pour ne pas dire sots, mais gardons-nous de toute généralisation hâtive.

     
  • Par NémoGizmo 02 Oct 2013 - 12 H 41
    Photo du profil de NémoGizmo

    pour info,
    le SNALC est un syndicat très minoritaire chez les profs et… clairement de droite!

    logique, donc, ces positions… même si le fricotage avec le FN et « sa » radio le sont bien moins!

     
  • Par LGBT BD 02 Oct 2013 - 15 H 05
    Photo du profil de LGBT BD

    Effectivement, si le SNALC est 1/ minoritaire, et 2/ positionné à droite, tous ses membres ne sont pas des gros réacs homophobes, loin de là, j’ai eu suffisamment de discussions avec certains pour le savoir.
    Maintenant, il serait intéressant de savoir si la direction du SNALC adhère à ces propos.

     
  • Par Celeborn4 02 Oct 2013 - 15 H 11
    Photo du profil de Celeborn4

    Je suis responsable des questions de pédagogie au Snalc, membre du bureau national, et je suis également homosexuel (et j’étais dans la rue à titre personnel pour défendre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe). Le Snalc est un syndicat professionnel qui ne s’occupe pas des questions de société. Il appelle à la lutte au sein de l’école contre toutes les discriminations. Il pense que c’est par la transmission raisonnée et progressive des savoirs que l’on y parvient le mieux.

    Mon collègue a sans aucun doute été maladroit dans sa réponse, puisqu’il voulait justement dire que l’école n’avait pas à enseigner quelques chose qui n’existe pas, à savoir cette prétendue « théorie du genre » qui n’apparaît que sous la plume de gens qui cherchent à faire de vaines polémiques. C’est la position (tout à fait officielle) du Snalc. Pour le reste, les propos tenus ne correspondent pas à la position du Snalc sur le sujet, et n’engagent que leur auteur.

    Je rappelle que le Snalc est un ardent défenseur des valeurs de la République, y incluant non seulement l’égalité, mais également la laïcité, qui consiste avant tout pour nous à ne pas distinguer les personnes du fait de leur sexe, de leur religion ou encore de leur orientation sexuelle.

    Je suis à la disposition de toute personne souhaitant s’entretenir avec moi sur le sujet : il suffit de me contacter par l’intermédiaire du site national du Snalc.

    Jean-Rémi Girard

     
  • Par Celeborn4 02 Oct 2013 - 15 H 49
    Photo du profil de Celeborn4

    Je me permets d’ajouter que le Snalc n’est pas un syndicat de droite. Nous sommes un syndicat apolitique. Nous ne regardons pas quel bulletin nos adhérents mettent dans l’urne le jour des élections. Il nous est arrivé de tomber d’accord avec des positions défendues par Jean-Luc Mélenchon ; nous avons voté la loi de refondation de l’École proposée par Vincent Peillon, et nous sommes battus contre la plupart des réformes imposées par le gouvernement précédent.

     
  • Par yaki 02 Oct 2013 - 19 H 13
    Photo du profil de yaki

    Le Snalc va-t-il faire une déclaration publique désavouant les propos de son militant, rappelant qu’il s’exprimait à titre personnel ?

     
  • Par lissey 02 Oct 2013 - 19 H 22
    Photo du profil de lissey

    @ Celeborn4 : Le SNALC, pas à droite, toute ?? Quelques centaines de milliers, voire millions de profs (passés et présents )sont morts de rire, là. D’où l’expression célèbre pour clore les conversations: « Oui mais bon, il est du SNALC, qu’est ce que tu veux… »

     
  • Par Josh44 03 Oct 2013 - 5 H 57
    Photo du profil de Josh44

    Lorsqu’une personne est invitée par la presse en tant que membre de tel ou tel syndicat, il ne parle pas en son nom propre, mais au nom de cette appartenance….
    Si la communauté des enseignants est très ancrée à gauche, elle a aussi comme dans les autres secteurs publics, quelques représentants de lignes très droitisantes et cathos (je vis à Nantes, et bon nombre de profs étaient dans la rue contre l’ouverture du mariage aux homos)…

     
  • Par mars lea 03 Oct 2013 - 9 H 41
    Photo du profil de mars lea

    de toute facon la théorie du genre n est pas une connerie ; il existe réellement des femmes et des hommes qui naissent dans le mauvais corps et qui font un parcours de changement de sexe sans compter les personnes qui naissent avec les deux sexes (intersexe) et que l on binarise dans ces familles pourries alors que bien souvent les médecins en les opérant se trompent , et sont obligées de refaire tout le parcours inverse , la manif pour tous veut enlever les droits aux trans .
    quand on a pris des hormones que l on a l apparence d une femme et que le policier nous dit mais madame ce ne sont pas vos papier, ou bien encore une trans qui va en prison chez les mecs et ce fait violer , voila a quoi veut en venir la manif pour tous marginaliser les personnes transgenres……

     
  • Par Numa Numantius 10 Oct 2013 - 20 H 55
    Photo du profil de Numa Numantius

    Le 10 octobre 2013, le syndicat Snalc a annoncé avoir relevé Emmanuel Protin de ses fonctions d’attaché de presse.

     
  • Par Georgescu 12 Oct 2013 - 12 H 41

    M. PROTIN, attaché de presse, n’a pas pu se rendre à une émission en compagnie de responsables du FN, pour y tenir les propos incriminés, sans avoir obtenu l’autorisation des plus hautes autorités du SNALC…
    Ce dérapage illustre parfaitement le double langage que pratique actuellement cette organisation : d’un côté, elle ne cesse de chanter les louanges de Vincent Peillon, tout en continuant à tenir, vis à vis de sa base, un discours pseudo conservateur.
    Le SNALC a été laminé lors des dernières élections professionnelles. Il ne représente presque plus rien et n’a, pour subsister, que la solution de flatter servilement le ministre, tout en faisant croire à ce qui lui reste d’adhérents qu’il est resté fidèle à ses valeurs… En bon fusible, M. PROTIN va payer la note, tandis que les responsables, eux, poursuivront impunément leur dérive.
    Quelle lâcheté ! Quelle déchéance !!
    Mais que Vincent Peillon va-t-il faire dans cette galère ?

     
  • Par FRENE 22 Oct 2013 - 9 H 47

    « Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage ». Voici le seul commentaire que l’on peut faire sur cet article truffé de mensonges: -le SNALC (2° syndicat chez les certifiés) n’est pas minoritaire (ou alors comment qualifier les autres syndicats), il n’est subventionné par aucun parti politique (contrairement à d’autres syndicats), les propos relevés font parti d’une émission de 1h30 que certains feraient bien d’écouter avant de réagir. On peut aussi se poser la question suivante: pourquoi a-t-on attendu 2 mois avant la première réaction? Et pourquoi à un an d’élections professionnelles? Certains auraient-ils peur du SNALC?

     
  • Par Vivi 22 Avr 2014 - 16 H 37

    Je suis très choquée par la teneur de cet article . Je suis syndiqué au SNALC dont j’apprécie les positions professionnelles courageuses. S’il est vrai qu’un memebre du bureau a tenu des propos politiques alors que notre syndicat (et c’est aussi une raison qui lui vaut mon adhésion) est apolitique, j’aurais besoin que ses propos soient clairement désavoués par le président du SNALC. Je trouve que cette mauvaise publicité semble vouloir décrédibiliser cette force de proposition à l’encontre de nombreuses positions conservatrices et sans réélles propositions innovantes. Messieurs , mesdames qui lisez ces pages prenez le temps de vous rendre sur le site du SNALC (http://www.snalc.fr/national/article/647/) pour vous faire vos propres opinions et ne pas vous laisser influencer par ces rumeurs nauséabondes. Que craint-on aujourd’hui ?

     
  • Par Numa Numantius 11 Mai 2014 - 23 H 02
    Photo du profil de Numa Numantius

    Merci pour votre commentaire.
    Comme indiqué ci-dessus, le président du Snalc a démis de ses fonctions d’attaché de presse la personne qui avait tenu ces propos.

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Publicité