4297 septembre | 2012 | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Associations | Famille | France | Homophobie | Mariage | Religion | 30.09.2012 - 16 h 18 | 1 COMMENTAIRES
Pour lutter contre le mariage pour tous… ils ne mangeront pas le 31 octobre 2012 !

Étiquettes : , ,

Dernière idée en date pour lutter contre le mariage pour tous : ne pas manger durant une ou plusieurs journée(s) !

C’est le site chrétien intégriste le Salon beige, repris par Chretiente.info, qui nous en avertit. L’auteur, qui écrit sous le pseudonyme de Michel Janva, nous annonce que, pour combattre ce qu’il appelle « la dénaturation du mariage », certains ont lancé un très sérieux « appel à une journée de jeûne le 31 octobre« .

Voici quelques extraits de la Déclaration de la Famille missionnaire l’Evangile de la Vie, « sur la gravité des enjeux sociétaux actuels et les réponses que pourraient y apporter les chrétiens et tous les hommes qui cherchent la vérité » :

Le mal qui ronge nos démocraties postmodernes est un « relativisme culturel qui se révèle dans sa nature comme un système favorable à la décadence et à la dissolution de la raison et des principes de la loi morale naturelle  ». […]

Système dominant et monopolistique, le relativisme éthique postule que toutes les conceptions du bien, tous les choix moraux concernant la vie de l’homme, se valent et sont soumis à des orientations variables et transitoires. L’éthique est absolument autonome, émancipée de toute catégorie morale fondamentale et de tout invariant anthropologique. Nous sommes dans une crise du fondement […].

Un des symptômes les plus alarmants de cette mentalité relativiste et positiviste est la désintégration que sont en train de subir des concepts aussi fondamentaux pour la civilisation que ceux de personne, de famille et de dignité avec des effets redoutables sur le respect de la vie humaine, la protection de l’institution du mariage ou la liberté d’éducation des parents. […]

Pour entrer dans l’Espérance, nous implorons le Ciel, pour le sort de notre Humanité et de notre Civilisation, pour l’avenir de nos enfants,  pour le salut des âmes. La Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie invite à une journée de jeûne, le 31 octobre prochain […] »

Cette date n’a pas été choisie au hasard : c’est en effet le 31 octobre 2012 que le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe devrait être présenté en conseil des ministres.

Dans le même temps, un communiqué de Renaissance catholique rappelle également, par une citation de Jean-Paul II, qu’il faut prier et jeûner pour s’opposer à l’égalité des droits, en présentant la prochaine Marche pour la Vie qui aura lieu à Paris en octobre 2012 :

Le gouvernement issu des dernières élections a clairement manifesté son intention de continuer à s’attaquer à la famille dite traditionnelle et au caractère sacré de la vie humaine innocente. Sont ainsi annoncés pêle-mêle : le mariage homosexuel avec droit d’adoption pour les « couples » de ce type, la légalisation de l’euthanasie, l’autorisation de recherche sur l’embryon humain, l’augmentation des moyens consacrés à la promotion de l’avortement, l’accroissement des droits de succession… […]

La légitimité de cette marche de prière et de réparation nous semble justifiée par les propos du pape Jean-Paul II dans Evangelium vitæ (§ 100) : « Par son exemple, Jésus nous a montré que la prière et le jeûne sont les armes principales et les plus efficaces contre les forces du mal… Retrouvons donc l’humilité et le courage de prier et de jeûner pour obtenir que la force qui vient du Très-Haut, fasse tomber les murs de tromperie et de mensonges qui cachent aux yeux de nos frères et sœurs, la nature perverse de lois et de comportements hostiles à la vie« .

On prête à Pierre Desproges ces phrases volontairement provocatrices : « J’ai pas peur de l’avouer, j’avais quarante ans passés, eh bien, le jour de la mort de Brassens, j’ai pleuré comme un môme. J’ai vraiment pas honte de le dire. Alors que – c’est curieux – mais, le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris deux fois des moules. »

Le matin du 31 octobre 2012, reprenez deux fois des céréales et des tartines, et pensez aux gens qui passeront leur journée sans boire ni manger, dans le seul espoir de lutter contre l’égalité des droits…

Adoption | Famille | France | Homophobie | Mariage | Politique | 23.09.2012 - 17 h 58 | 0 COMMENTAIRES
Enquête auprès des maires d’Indre et d’Indre-et-Loire : « Hors de question de marier des pédés ! Je ne le ferai pas ! »

Étiquettes : , ,

Une rue de La Châtre, dans l’Indre

Le journal La Nouvelle République a interrogé  une vingtaine de maires du département de l’Indre sur le thème du mariage pour tous. Malheureusement, les déclarations de certains d’entre eux ont donné lieu à des dérapages regrettables, qui ne font pas honneur à leur statut d’élu.

Certains avis devraient faire honte à ces représentants du peuple, qui ont décidé de ne pas représenter les LGBT. Parmi les pires propos :

Jacques Tissier, maire de Fontgombault : « Hors de question de marier des pédés ! Je ne le ferai pas. »

Et si deux hommes ou deux femmes viennent le voir pour les marier, l’élu ajoute : « Je leur répondrais pareil ! Ce n’est pas une réponse « spéciale Nouvelle République » que je vous fais. » Il reconnaît cependant qu’il autorisera l’un de ses adjoints à célébrer ce mariage : « Si l’un d’eux veut le faire, ce sera en son âme et conscience ».

Bruno Perrin, maire de Migny, allie avec aisance l’humour gras et l’ignorance : « Ça ne sera pas gai, je suis ce débat avec inquiétude, ça me parait être une anomalie. Ça me choque. Moralement, anatomiquement, physiologiquement, c’est contre-nature. L’homosexualité existe, c’est comme ça, mais de là à les marier devant la loi… »

Vanik Berberian, maire de Gargilesse-Dampierre, et président de l’Association des maires ruraux de France, est plus modéré. Malgré tout, il semble ignorer qu’il y a aussi des habitants des zones rurales qui sont LGBT : « Pour les maires ruraux, ce n’est vraiment pas un sujet. Bien sûr, ça me fera peut-être bizarre la première fois mais je m’y habituerai ! »

D’autres élus, heureusement, ont des avis plus nuancés, intelligents et réfléchis. Parmi eux, Michel Breteau, maire de La Buxerette, déclare : « Si la loi le permet, on le fera, pas de problème ». Claude Laubier, maire de Parnac, précise : « On ne peut pas être pour le mariage et être contre l’adoption, ça va ensemble ». William Peters, maire de Montlevicq, porte un regard politique sur la question : « Même à la section PS de La Châtre, personne n’a abordé le sujet. Mais la société évolue ; au début, le Pacs était très critiqué, regardez maintenant… ».

Enfin, deux maires du département, toutes deux des femmes, sont ouvertement favorables à cette loi, et argumentent en ce sens :

Chantal Cogne (Bouesse) : « Nous sommes peut-être plus ouvertes sur la question. Ça ne me posera pas de problème mais ce qui est différent peut effrayer les maires. »

Maryse Rouillard (La Motte-Feuilly) : «J’espère bien que le fait d’être une femme ne change rien à l’affaire. Quand deux personnes s’aiment, elles doivent pouvoir se marier ! »

Merci Mesdames ! Vous donnez de votre département une image plus juste et plus belle que la caricature incarnée par plusieurs de vos collègues masculins, qui n’ont manifestement rien compris aux problèmes que rencontrent au quotidien leurs administrés LGBT.

 

Vouvray, en Indre-et-Loire

La Nouvelle République a également interrogé plusieurs maires d’Indre-et-Loire. Le parti-pris du journal est très étonnant, puisque le journaliste Olivier Pouvreau a choisi de s’adresser surtout à des maires de droite, « car c’est là où la levée de boucliers est la plus virulente, même si à gauche il y a aussi quelques réticences ».

La palme de la muflerie revient sans conteste à un certain Jean Savoie (Pouzay) : « C’est politique, électoral, bobo et contre-nature ! Je n’ai rien contre l’homosexualité, mais imposer un tel mariage alors qu’on a déjà le Pacs, ça dépasse l’entendement ! » D’autres ne sont pas en reste. Ainsi, Philippe Briand (Saint-Cyr) fait preuve d’imagination : « J’appliquerai la loi, même si c’est dur à avaler. Pourquoi ne ferait-on pas comme pour le Pacs, célébrer ce mariage au tribunal ? ». Gérard Dubois (Marce-sur-Esves) donne au journaliste le jeu de mots qui lui servira de titre à son article : « On le célébrera, mais pas de gaîté de cœur ».

Malheureusement, ici, les femmes ne sauvent pas la mise aux hommes. Elles s’attendent même à vivre des sensations fortes ! Ainsi, Marie-Thérèse Viscière (Rivarennes) est un peu décontenancée : « A titre personnel, cela me fera tout drôle ». Son homologue Isabelle Sénéchal (Saint-Laurent-en-Gâtines) déclare qu’elle n’est « absolument pas prête et personnellement contre, mais je le célébrerai, en étant très inquiète la première fois« . A lire ces déclarations, on ne croirait pas qu’elles s’apprêtent à célébrer un mariage entre deux personnes qui s’aiment, mais à sauter en parachute ou à manger de la chauve-souris…

On regrette que le seul maire Front de Gauche cité semble défavorable à l’égalité entre les couples. En effet, Michel Cosnier (Château-Renault) pense que « ce serait plus simple de ne pas appeler cette union « mariage ». Il y a encore un petit blocage psychologique. »

L’article d’Olivier Pouvreau se conclut par ces déclarations, recueillies auprès de « la plupart des maires interrogés » : « Adoption, éducation des enfants, il faudra tout revoir ! », « on oublie les enfants dans cette histoire-là ». Vivement que le journaliste, par déontologie, réalise un second article sur ce thème, où il interrogera en majorité des maires de gauche…

Cinéma | Homoparentalité | International | People | 16.09.2012 - 14 h 47 | 1 COMMENTAIRES
Le dérapage de Rupert Everett contre les familles homoparentales

Étiquettes : ,

L’orientation sexuelle n’a vraiment aucun lien avec l’intelligence, la clairvoyance ou l’empathie… L’acteur ouvertement homosexuel Rupert Everett vient de le démontrer, en déclarant dans une interview accordée au Sunday Times : « Je ne peux rien imaginer de pire que d’être élevé par deux pères gays ».

La mère de Rupert Everett, qui a rencontré son petit ami, a déclaré au sujet de l’acteur qu’elle aimerait malgré tout qu’il ait une femme et des enfants. Rupert Everett a commenté cette opinion : « Elle pense que des enfants ont besoin d’un père et d’une mère, et je suis d’accord avec elle. […] Certains peuvent être en désaccord. Ok : ce n’est que mon opinion. »

Rupert Everett se démarque alors de la « communauté gay », avant de se lancer dans une réflexion étrange sur le nombre d’enfants dans le monde : « Je n’appartiens à aucune « communauté ». Ma seule communauté, c’est l’humanité, et il y a trop d’enfants sur la planète : donc il est bon qu’il n’y en ait pas davantage. » On recommandera à Rupert Everett d’approfondir quelque peu ses connaissances en géographie et en économie mondiales, qui semblent pour le moins quelque peu lacunaires…

Rupert Everett a révélé son homosexualité il y a une vingtaine d’années, mais il ne semble malheureusement toujours pas en accord avec lui-même sur cette question. C’est dommage… Il est à noter que ce n’est pas la première fois que Rupert Everett fait des déclarations polémiques : il avait insulté les armées en 2008 (avant de s’excuser), puis il avait déconseillé aux acteurs de faire leur coming out, en disant que le sien avait nui à sa carrière.

Discriminations | Education | Homophobie | International | Islam | 14.09.2012 - 14 h 28 | 10 COMMENTAIRES
Malaisie : le ministre de l’éducation lance une liste de « symptômes » pour traquer et « corriger » les jeunes homos et lesbiennes

Étiquettes : , ,

Mohd Puad Zarkashi, ministre de l’éducation en Malaisie.

En Malaisie, le ministre de l’Education a donné des instructions claires aux enseignants et aux parents.

Le ministre Mohd Puad Zarkashi leur enjoint en effet de détecter, parmi leurs élèves et leurs enfants, les huit symptômes qui peuvent laisser penser qu’ils sont homosexuels. Si des enfants ont ces « symptômes », il faut leur accorder toute son attention, et bien sûr les corriger.

Voici les symptômes qui permettront de détecter les jeunes gays et lesbiennes :

Pour les gays :

  • Avoir un corps musclé, et montrer son corps par des cols en V et des vêtements sans manches,
  • Préférer les habits moulants et de couleur pâle,
  • Etre attiré par les hommes,
  • Aimer porter des sacs similaires à ceux des femmes.

Pour les lesbiennes :

  • Etre attiré par les femmes,
  • Se tenir à distance des autres femmes, sauf celles avec qui elles ont des relations,
  • Aimer sortir, manger et dormir en compagnie de femmes,
  • Ne pas avoir d’affection pour les hommes.

Ces instructions ont été délivrées au cours d’un séminaire sur les questions LGBT à destination des enseignants et des parents. Ce genre de séminaire est tenu à travers toute la Malaisie (Selangor, Kuala Lumpur, Perak…), et a pour objectif revendiqué de lutter contre l’homosexualité.

L’activiste Pang Khee Teik a accusé le ministre de vouloir répandre la haine, et l’avocate Fadiah Nadwa Fikri a rappelé que la Malaisie fait encore partie des pays du monde qui persécutent les homosexuels. Ce guide y contribue pleinement – et ce dès le plus jeune âge…

Publicité