4297 François Hollande sur la GPA à l’étranger : contradiction tactique ou évolution raisonnable ? | E.D.H. – Egalité des Droits Homos/hétéros

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

E.D.H. - Egalité des Droits Homos/hétéros
Le blog de Numa - pour faire appliquer un jour la devise "Liberté, égalité, fraternité".
Dernier Billet
Droit | Famille | France | Gestation pour Autrui | Homoparentalité | Justice | PS | 29.04.2012 - 22 h 20 | 23 COMMENTAIRES
François Hollande sur la GPA à l’étranger : contradiction tactique ou évolution raisonnable ?
Étiquettes : , ,

« Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » disait Martine Aubry au sujet de François Hollande, en 2011, durant les primaires du Parti socialiste. J’ai longtemps pensé qu’il fallait prendre cette phrase pour ce qu’elle est : un argument de campagne un peu rude, lié au contexte des primaires, ou un simple adage populaire qui pourrait s’appliquer à François Hollande comme à n’importe qui d’autre. Bref, je n’y avais jamais particulièrement prêté attention.

Mais une inquiétude m’a saisi ce soir. Fidèle lecteur de Yagg, comme chacun ici peut s’en douter, j’ai lu avec grand intérêt le script du tchat auquel a bien voulu participer Najat Vallaud-Belkacem le 14 avril 2012. Voici ce qu’y déclarait la jeune femme, qui est porte-parole du candidat socialiste :

Se pose en effet la question de la transcription des actes de naissance des enfants nés légalement de GPA à l’étranger. Il y va en effet de l’intérêt des enfants en question, petits fantômes de la République qui n’ont pas choisi leur condition. François Hollande s’est prononcé en faveur de cette transcription.

Dois-je le préciser ? Cette phrase m’a convaincu de voter pour François Hollande dès le premier tour, alors que je comptais au départ accorder mon suffrage aux Verts, qui ont indiqué sans ambiguïté vouloir reconnaître les enfants nés légalement, à l’étranger, par GPA.

Quelle n’a donc pas été ma surprise, lorsque j’ai pu lire, dans une interview réalisée le 27 février 2012 par le magazine Têtu, un jugement pour le moins bien différent d’une prise de position « en faveur de cette transcription »… rendu par le candidat socialiste lui-même ! Qu’on en juge :

François Hollande : Je suis hostile à la gestation pour autrui, la GPA.

1) Seriez-vous néanmoins favorable à la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger ?
François Hollande : Vous imaginez bien que si j’ouvrais cette question-là, ça pourrait être finalement une facilité donnée à la gestation pour autrui. Et seul compte le droit de l’enfant.

2) Justement, des enfants nés ainsi se retrouvent actuellement en difficulté…
François Hollande : Je sais bien, et donc ce débat devra avoir lieu, mais il ne doit en aucun cas être considéré comme une façon d’accepter la marchandisation du corps.

Les deux déclarations de François Hollande sont plutôt contradictoires : on comprend mal comment « le débat peut avoir lieu » (2) si le candidat refuse « d’ouvrir cette question-là » (1).

Ma question est donc simple : l’affirmation très claire de Najat Vallaud-Belkacem, qui est plus récente d’un mois et demi que les propos fort hésitants de François Hollande, est-elle bien la déclaration qu’il faut prendre en compte pour connaître les intentions réelles du Parti socialiste en matière de GPA réalisée légalement à l’étranger ? Faut-il voir, dans la comparaison entre les deux interviews, le signe d’une évolution raisonnable dans la réflexion personnelle du candidat socialiste au cours des derniers mois ?

Ce thème est pour moi déterminant dans la campagne. Je n’aimerais pas m’être trompé au premier tour, mais j’aimerais encore moins voter au second tour en ayant l’impression d’avoir été dupé par un homme que j’estime, François Hollande, et par une personnalité que j’admire, Najat Vallaud-Belkacem. Le changement, c’est maintenant : que le Parti socialiste justifie d’ores et déjà son slogan en faisant preuve, à l’inverse du parti actuellement au pouvoir, d’une réelle transparence et d’un vrai courage politique.

LES réactions (23)
François Hollande sur la GPA à l’étranger : contradiction tactique ou évolution raisonnable ?
  • Par Fabtoulouse 30 Avr 2012 - 8 H 04

    Bonjour,

    Je dirais que tu soulèves un lièvre très intéressant mais je préfère t’apporter la réponse dans un message privé parce que je ne veux pas faire perdre trop de voix au candidat Hollande qui, malgré tout, me paraît MOINS PIRE (la faute de français est volontaire) que l’Autre…Je suis d’autant plus sensible au fait que tu poses cette question que c’est moi qui ai interpelé Najat Vallaud-Belkacem.

    F. Ryckebusch

     
  • Par Corky 30 Avr 2012 - 10 H 02

    … Bienvenu au parti socialiste français de 2012 !

    Cependant, merci pour ce billet intéressant et exemplairement pertinent pour un militant lgbt sur le web ! (Bravo!)

     
  • Par PME 30 Avr 2012 - 14 H 17

    Même si hollande a de bonne idée , je ne voterai pas pour lui car s’il vient au pouvoir je suis sur de fermé ma PME il va causer encore plus de chômage qu’aujourd’hui il veut faire de la france une france morte , pour moi cette homme est un danger pour ces citoyens et pour les patron de PME , Sarkozy aussi mais au moins avec lui on sais dans quel merde on se trouve

     
  • Par Klav' 30 Avr 2012 - 14 H 34

    « que le Parti socialiste justifie d’ores et déjà son slogan en faisant preuve, à l’inverse du parti actuellement au pouvoir, d’une réelle transparence »

    => J’les porte pas dans mon coeur, mais on peut pas blâmer l’UMP sur son manque de transparence, ils ont très très clairement dit non.

     
  • Par CEL 30 Avr 2012 - 17 H 23

    La GPA est et doit rester interdite en France. Il faut dons pénaliser ceux qui y ont recours à l’étranger, et pas qu’un peu pour que ce soit réellement dissuasif.
    Non à la marchandisation du corps des femmes.
    Si l’enfant n’y est pour rien le client si.

     
  • Par Klav' 30 Avr 2012 - 20 H 58

    J’ai beau être personnellement opposé à la GPA, faut une certaine cohérence entre la régulation des situations en France même et à l’étranger mais impliquant des français.

    Si on interdit la GPA en France, mais qu’on autorise les parents ayant eut recours à la GPA hors de France à faire reconnaître les enfants qu’ils ont eut par ce biais (uniquement basé sur l’argumentaire génétique SDEP, c’est quelques peu primitif à mon goût mais ça n’est pas le débat…) c’est hypocrite et contre-productif.
    Les gens qui veulent absolument avoir des enfants biologiques et qui en ont les moyens financiers n’auront qu’à continuer d’utiliser des mères porteuses à l’étranger puis à profiter de la brèche juridique qui aura été ouverte pour continuer à alimenter ce genre de réseaux.

    C’est juste un moyen pour le gouvernement de se garder les mains propres pour être sûr qu’on leur reproche rien, c’est assez lâche. C’est comme interdire la vente de drogues en France mais laisser les gens en ramener des pays où elles ont été légalisées.
    Que ce soit dans un sens ou dans l’autre, faut une cohérence.

     
  • Par laurentv 30 Avr 2012 - 22 H 06
    Photo du profil de laurentv

    pff. encore ce « CEL » qui vient nous servir comme seul argument cette fumisterie qu’est la « marchandisation du corps », quand ce n’est pas pour venir défendre une certaine présidente autoritaire de centre associatif pour qui se prostituer c’est être un « déversoir à sperme »…

    une femme qui préfère être mère porteuse ou se prostituer (même si ce n’est pas pareil) plutôt que d’exercer d’autres activités qui peuvent être tout aussi pénibles (et il y en a) ne vend pas son corps. cette notion selon laquelle une activité qui touche au sexe serait par nature plus dégradante ou exploitante et ne saurait être un choix n’est qu’un renvoi de morale réac héritée du religieux.

    le féminisme et la gauche qui se sont laissés gagner par ce puritanisme sont tombés bien bas.
    hommes, femmes ou enfants, c’est la liberté des personnes qu’il faut défendre, pas la sacralité des corps.

     
  • Par CEL 30 Avr 2012 - 22 H 51

    Oui GPA, prostitution le problème est le même : le client (qui est un homme en général).
    – On fait ce qu’on veut de son corps, pas du corps de l’autre.
    – Un enfant ne s’achète pas.
    Heureusement cette opinion est largement majoritaire.
    Pour info le CEL, Centre Evolutif Lilith, est une association lesbienne féministe marseillaise (créée en 1990, 187 adhérentes)

     
  • Par Noémie 01 Mai 2012 - 0 H 34

    Je suis outrée par les commentaires que je viens de lire. La GPA doit être autorisée en France, avec des règles bien établies. Il n’est en aucun cas question de marchandisation quand la mère porteuse agit en tout état de cause, de manière bénévole (sauf, bien sûr, pour les frais médicaux) et généreuse. Savez-vous qu’une mère porteuse qui se rend en Belgique doit avoir au moins 2 enfants, doit être sûre de ne pas en vouloir d’autres, ne doit pas dépasser un certain âge, etc. ? Que faites-vous de ces jeunes femmes qui, suite à un cancer, n’ont plus d’utérus ?
    Je suis outrée de lire que vous assimilez la GPA à la prostitution. Ce sont deux domaines qui ne peuvent absolument pas être comparés.
    Certes, je suis moi aussi contre la marchandisation du corps, mais si la GPA était autorisée en France ce serait, comme je l’ai dit, avec des lois bien précises, qui, par ailleurs, empêcherait la marchandisation du corps.
    Il n’est pas question d' »achat d’enfant » : pour un couple hétéro, l’homme donne ses spermatozoïdes et la femme ses ovocytes. Conclusion : l’enfant est aux deux mais est juste porté par une autre femme. J’ai entendu un enfant né ainsi expliquer clairement que « le ventre de maman était cassé ».
    Retrouvons cette manière si simple de voir le monde qu’ont les enfants.

     
  • Par laurentv 01 Mai 2012 - 3 H 40
    Photo du profil de laurentv

    « On fait ce qu’on veut de son corps, pas du corps de l’autre »…

    a-t-il jamais été question de rendre la GPA obligatoire, qu’elle soit rémunérée ou non? l’autoriser en France est le meilleur moyen pour l’encadrer sur le plan médical et juridique, mieux protéger l’enfant et la mère porteuse, s’assurer qu’elle soit psychologiquement apte à faire ce choix en connaissance de cause. c’est biens plus que ce qui est fait pour les millions de femmes qui sont enceintes chaque année (toujours par la faute de ces horribles hommes) et les enfants qui naissent de grossesses pas forcement désirées.
    en quoi un enfant serait d’ailleurs plus malheureux sous prétexte que ses parents ont investi de l’argent pour qu’il naisse? (et non pour « l’acheter », l’enfant ne devenant pas la propriété de ses parents… encore une belle escroquerie langagière)
    quand les parties concernées sont volontaires et y trouvent leur compte, « le problème », c’est ces moralisateurs qui prétendent décider à leur place.

    de même, a-t-il été question de légitimer la prostitution forcée? il faut lutter contre toute forme d’esclavage en se donnant les moyens de combattre les réseaux qui exploitent les prostituées, pas en précarisant et en marginalisant d’avantage celles et ceux qui on fait ce choix.
    et il y en a, même si ça ne cadre pas avec les schémas des bienpensants qui feraient mieux d’écouter ces prostitué(e)s qui défendent leurs conditions de vie menacées par la pénalisation du client du projet PS.
    personne ne croit sincèrement que la prostitution est une activité dont on rêve mais certain(e)s la préfèrent malgré tout au travail en usine par exemple. ou ne la trouvent pas plus dégradante que de nettoyer la merde des autres.
    « le problème » c’est encore ceux qui veulent juger à leur place de ce qui est acceptable.

     
  • Par Chris 01 Mai 2012 - 8 H 23

    Moi, je n’irai pas par 4 chemins :
    1- je suis homo, j’ai deux enfants et j’ai dû me battre pour les avoir (il y a qqs temps déjà…) mais je sais une chose, c’est que, même si elle n’est pas allée aussi vite que je l’aurais souhaité, c’est grâce à la gauche que les choses ont changé dans les mentalités. En votant le Pacs d’abord, en s’engageant depuis 2004 pour l’ouverture du mariage et de l’adoption ensuite, car cela a ouvert un débat et a permis que peu à peu soit légitimée l’idée de l’égalité des droits. Et l’ouverture du mariage et de l’adoption, suivie par celle de la PMA, fera elle aussi avancer les choses. Faire la fine bouche au motif que tout n’est pas encore dans le package – parce qu’il faut encore convaincre – est une grave erreur à mon sens. Avec Sarko, il y a une certitude : rien ne progressera et ce sera encore 5 ans d’obscurité et de rejet pour les homos (« une famille, c’est un père et une mère »).
    2- et puis, désolée, de le dire, il peut y avoir aussi d’autres considérations et d’autres convictions, qui amènent à faire un choix aussi politique que celui du 6 mai…
    Alors, bonne réflexion et bon choix !

     
  • Par Fabtoulouse 01 Mai 2012 - 8 H 29

    Bonjour à tous,

    Je vais de nouveau intervenir sur le sujet de la GPA qui me tient à coeur parce que mon fils est né comme cela et que je suis très fier de lui et de moi (shame on me qui suis sans doute un monstrueux proxénète ou client de pute qui a abusé d’une pauvre fille du tiers monde car c’est ainsi que certains semblent ici voir les hommes qui recourent à la GPA)…

    D’abord je ne saurais trop insister que les leçons de morale sur la GPA visent les hommes et je finis par me demander si la condamner aussi brutalement qu’on le fait cela ne revient pas, en réalité, à trouver méprisable l’homosexualité masculine mais en l’enrobant de la protection de la femme. Personne ne se choque que deux femmes fassent un enfant avec le sperme d’un donneur anonyme, lui il n’est pas exploité et même il en a tiré du plaisir en se masturbant. On en arrive même à trouver normal d’autoriser la PMA pour deux femmes mais à trouver normal l’interdiction de la GPA ce qui est monstrueux car devant la nature il y a une stricte inégalité, un homme ne pourra jamais porter un enfant (en tout cas pas en l’état actuel de la science). On condamne donc plutôt que de réfléchir que cela pourrait n’être qu’une phase transitoire tant qu’on n’a pas développé l’éctogenèse (les utérus artificiels). Quant à renvoyer les couples homosexuels à l’adoption, c’est une vaste fumisterie car si on ne leur donne pas une priorité ou si on n’examine pas les dossiers dans l’ordre chronologique, ils seront toujours placés en dessous de la pile.

    Ensuite l’argent : on n’achète pas nos enfants on paye pour qu’ils puissent naître, les cliniques qui ont fait le boulot médical et les femmes qui ont porté l’enfant pour le temps qui y a été consacré. Ces femmes on ne va pas les chercher dans la rue, elles ont choisi d’être mères porteuses, sans doute pour l’argent mais c’est leur choix. D’ailleurs combien d’hommes et de femmes occidentaux choisissent de ne pas avoir d’enfants trop tôt pour leurs carrières et vont ensuite se faire aider dans des cliniques pour en avoir? Leur choix de carrière serait donc meilleur et plus libre parce qu’ils sont Occidentaux? Certes parce qu’ils ne passent pas par le temple sacré de leur corps… C’est évidemment de l’ironie.

    Ensuite il y a quelque chose que les commentateurs qui parlent sans savoir doivent connaître, tout au moins concernant l’Inde. Si l’on suit à la lettre les recommandations du Ministère de la santé indien, la femme qui a porté l’enfant n’apparaît pas sur l’acte de naissance de l’enfant qui n’est pas considéré comme indien. Refuser de transcrire son acte de naissance sur l’état civil français c’est lui interdire d’avoir une identité et d’en faire un apatride. C’est lui nier le fait d’être français par le sang de son père ce qui est contraire au Code Civil et c’est en faire un enfant qui est moins qu’un enfant de l’inceste par exemple entre un frère et une soeur. Un enfant de cette union a le droit a un état civil français avec une moitié de filiation mais mon fils parce que j’ai payé une femme pour qu’il soit porté n’a même pas droit à cela. C’est intéressant la hiérarchie des valeurs dans notre République…

    Et puis au nom de quoi se permet-on de nous juger? de la perfection hétérosexuelle qui s’autorise les 5 à 7, les infidélités répétées et les partouzes? de la perfection féministe de ces femmes qui ont crié mon corps m’appartient pour baiser dans tous les sens, extorquer des pensions alimentaires et qui maintenant ne veulent pas que des femmes du tiers monde puissent utiliser leur corps comme elles l’entendent? Beau néocolonialisme. Sur ce je retourne à mes moutons.

    Bonne journée

     
  • Par Plume 01 Mai 2012 - 9 H 42

    Mouais. Il y a comme une question à la fois centrale et fantôme dans le débat sur la GPA, ainsi que sur tout ce qui touche à la procréation, celle du natalisme forcené qui règne en france depuis vingt ans et quelque. Vingt ans et quelque. Le début de la débine sociale et économique. Je ne crois pas que ce soit une coincidence. Depuis que je bosse dans le social, le recours massif à la famille et à l’enfantement en guise de « projet de vie », hétéro ou homo, m’effraie. Et la société qui va avec, fermée en mini unités. J’ai l’impression que l’on s’acharne à ressusciter, bien vainement d’ailleurs, le vieux modèle familial. Par manque de perspective et un peu aussi par résignation. Où sont passées les échappées de Solanas ou de la nana du film du FHAR « l’héritage avec nous c’est foutu, y en a plus ! » ?

     
  • Par Corky 01 Mai 2012 - 12 H 32

    + for Plume !

     
  • Par Klav' 01 Mai 2012 - 16 H 37

    Pas mieux que Plume

     
  • Par Numa Numantius 01 Mai 2012 - 16 H 40
    Photo du profil de Numa Numantius

    Plume, un individu, un couple ou un groupe qui désirent élever un enfant, ça existe depuis la nuit des temps : ça n’est pas lié au natalisme « forcené de la France » 😉

     
  • Par Klav' 01 Mai 2012 - 19 H 02

    Ce n’est pas l’existence du désir d’enfant qui est remis en question, c’est cet espèce de schéma où il faut avoir un enfant à tout prix.
    Cette espèce de pression sociale qui fait qu’on a l’impression que les gens qui n’ont pas fait d’enfant ont plus raté leur vie que ceux qui ne sont pas allés au bout de leurs rêves.
    C’est un phénomène assez dramatique chez les hétéros.
    Un schéma assez souvent vu au département gynéco, c’est des femmes qui prenaient la pilule avant même de débuter leur vie sexuelle, avec tout ce que ça fait au niveau hormonal, puis arrêtent quand elles décident de faire un enfant et paniquent quand après deux ans de rapports non protégés elles n’en ont toujours pas.
    La procréation médicalement assistée connaît une progression démesurée depuis l’époque évoquée par Plume.

    Et il y a toujours cette obsession d’avoir un enfant bien à soi. Ou un petit qui est comme ceci, qui soit comme ça mais qui n’ait surtout pas ça etc… L’enfant sur commande. Ça va être joli avec l’avènement du transhumanisme où on pourra modifier génétiquement les embryons où les cellules œuf…
    Ça doit pas toujours être facile pour l’enfant, d’avoir autant d’attentes de ses parents sur les épaules. Il y a qu’à voir le phénomène des enfants adoptés qui finissent par être rejetés par leurs parents adoptifs quand ceux-ci se rendent compte qu’il n’est pas conforme à leurs attentes, c’est beaucoup moins rare qu’on n’oserait l’imaginer.

     
  • Par laurentv 02 Mai 2012 - 1 H 40
    Photo du profil de laurentv

    c’est peut-être pas rare mais cette attente de la part de certains parents n’a rien de nouveau, quelle que soit la manière dont leur enfant est né. j’ai tendance à penser que plus d’enfants sont « rejetés » parmi ceux qui justement n’étaient pas vraiment programmés.
    c’est compliqué de faire de ceux qui doivent lutter pour être parents à la fois d’horribles égoïstes et des victimes à qui on imposerait un « projet de vie ».

    et je ne crois pas qu’ouvrir des droits et de nouvelles possibilités à ceux qui le souhaitent participe à une « pression sociale ». l’autorisation de la gpa, pma ou même l’ouverture du mariage ne veut pas dire que tous les homos vont d’un coup se caser et se mettre à pondre ou inséminer. pour ma part je ne projette ni l’un ni l’autre.

    enfin je ne pense pas que le « natalisme forcené » soit un problème et encore moins la cause de la « débine sociale et économique » en occident où la natalité reste plutôt insuffisante, où les grossesses sont souvent tardives et de moins un moins un « projet de vie ». la pma offre simplement plus de possibilités pour choisir et aménager la parentalité.

     
  • Par nath07 08 Mai 2012 - 11 H 15

    LÉGIFÉRER AU PLUS VITE POUR ARRÊTER LES DÉGÂTS,ET ACCEPTER LE MONDE TEL QU’IL EST,DANS SA RÉALITÉ OBJECTIVE: Pour ma part je suis sophrologue et psychothérapeute,je travaille dans des collèges où je rencontre toutes sortes de problèmes concernant les adolescents.Parmi ces cas un jeunes garçon né d’une relation de « co-arrangement homo- parental ».Quand je vois le résultat plus que désastreux sur ce jeune garçon qui est élevé par 2 mères(lesbiennes,dont une enseignante) et un père (homosexuel ) absent de sa vie!à un age où la référence paternel est primordiale!!
    Un autre cas où une jeune fille de parents divorcés vivant avec sa mère se rend compte subitement que l’amie qui vit à la maison depuis plusieurs années couche avec sa mère!!!Je me dis qu’il est temps et urgent de maître un cadre et de légiférer autour de la GPA;Qu’il y aie un cadre une écoute psychologique, que les mentalités évoluent .Sans avoir besoin d ‘insémination médicale les gens s’arrangent entre eux et c’est le grand n’importe quoi!!Aux états unis il y a des règles, de l’écoute, ces personnes sont encadrées et tout se passe bien.Justement il faut légaliser pour encadrer!!Car de toutes façons ça se fait,et il n’y a aucun obstacle qui peut empêcher une femme lesbienne de coucher avec un homme,homo ou hétero.Par contre ce qui est complètement injuste,c’est lorsque des couples hétéro souffrent d’un problème d’infertilité et qu’une personne de leur entourage une amie, comprend leur souffrance de ne pas réussir à avoir un enfant issu de leur amour ,uniquement parce qu’il leur manque le milieu intra- utérin ,que ces femmes ont la volonté de faire un geste d’amour,un geste altruiste,que les équipes médicales françaises leur expliquent qu’ils ne sont pas contre le principe,qu’on sait faire en france mais qu’il faut passer par toute une magouille entre médecin en passant par l’étranger pour y arriver(Belgique,suisse, Italie… etc)!!!c’est TOTALEMENT ridicule!! et cela montre un grand manque d’intelligence de la part des politiciens quels qu’ils soient !c’est le principe de l’autruche!!IL FAUT ABSOLUMENT LÉGIFÉRER,pour pouvoir contrôler,et aider!pour qu’il y ait un cadre que les parents puissent comprendre l’importance de leur engagement dans cette acte,l’importance de leur rôle de parent , de leur devoir dans l’éducation.Comprendre que leur enfant a besoin de connaitre la vérité sur leur histoire,et qu’il a surtout besoin pour se construire des 2 approches éducatives,masculine et féminine,qu’un référent du sexe opposé est important et nécessaire;et qu’en cas de difficulté qu’il n’y ait pas de honte à se retourner vers les instances psychologiques adéquat pour le bien être de l’enfant.

     
  • Par Lise 10 Mai 2012 - 23 H 14

    BRAVO NATH
    Un enfant né par GPA est un enfant VOULU, né d’un AMOUR. beaucoup içi parlent de GPA comme ils parlaient de n’importe quel sujet. Ils ne savent pas de quoi ils parlent mais étalent beaucoup d’absurdités.
    Arretons cette politique de l’autruche et ouvrez les yeux. Le couple désireux d’un enfant ne reculera pas devant des kms et tous ses problèmes pour aller aux USA ou Canada pour avoir un enfant. Seulement uniquement ceux qui ont les moyens ou se sont saignés, pourront le faire. c’est injuste pour les autres.
    Pourquoi un enfant né par GPA ne serait pas « francais » et ses parents biologiques reconnus par l’état francais? parce la GPA est interdite en France!!!un couple qui adopte un enfant dont il ne connait RIEN de ses parents biologiques portera son nom et est sur leur livret de famille. Un couple qui fournit ses gametes et a un enfant par GPA n’y a pas droit , l’enfant n’est pas à lui aux yeus de l’etat francais mais il a quand meme les memes droits (sécu, école…) qu’un enfant conçu normalement (et porte leur nom (comme sur son passeport)!! cherchez l’erreur
    Beaucoup de personnes içi devraient ne pas tout mélanger. S’ils n’avaient pas pu avoir d’enfants (eux ou des membres proches de leur entourage) ils se tairaient ou carrément seraient de l’autre coté de la barrière. Ils ne savent pas de quoi ils parlent et nous ne pourrions lire des commentaires abjects de « prostitution », « natalisme forcé » etc…c’est une honte de lire de tels propos sur un sujet de GPA qui est à l’origine quelque chose de très sain. Les personnes qui refusent la GPA ne savent pas ce qu’est un désir d’enfant dans le sens AMOUR et non « natalisme forcé, contrat commercial, achat d’enfant » et tout ce qu’on a pu lire içi.Allez plutot vous dégourdir les idéées sur le prix du pain ou le réchauffement de la planete mais ne parlez pas d’un sujet aussi sérieux

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Publicité